Le ministre a présenté au conseil du gouvernement son plan d’action pour un meilleur système de santé à l'horizon 2025. La stratégie est structurée autour de 6 valeurs, 3 piliers, 25 axes et 125 mesures. Les premiers détails.

Tous les rapports nationaux et internationaux le disent et le répètent. Le secteur marocain de la santé a besoin d’une profonde réforme pour répondre aux besoins des citoyens. L’urgence de ce chantier est telle qu’une pression à la fois interne et externe est palpable.

Le nouveau ministre de la Santé, Anas Doukkali, est donc face à un défi de taille. Réussir là où ses prédécesseurs n’ont pas donné totale satisfaction. Certes des progrès ont été enregistrés ces dernières années, mais ils restent en deçà des attentes. De plus, les réformes engagées ont été dépassées par les besoins grandissants et le manque de moyens alloués au secteur.

Le jeudi 19 avril, Anas Doukkali a présenté au conseil du gouvernement la nouvelle feuille de route du secteur de la santé. Il a expliqué que le plan Santé 2025 vise au maintien des acquis et la mise en perspective des défis qui empêchent la mise en place d’un service de santé de qualité et équitable.

Ces défis sont connus de tous :

- Faible accès aux soins

- Faible taux de suivi des grossesses

- Faible encadrement médical dans le milieu rural et dans les zones montagneuses

- Manque de ressources humaines

- Ressources financières insuffisantes

- Qualité des services en deçà des attentes.

Pour relever ces défis au cours des sept prochaines années, la nouvelle stratégie signée Anas Doukkali est structurée autour de six valeurs que sont : la continuité et la proximité, la responsabilité et la reddition des comptes, la solidarité, l’égalité dans l’accès aux soins, l’efficience et enfin la qualité des services

Cela passe par trois piliers déclinés en 25 axes et 125 mesures.

Le premier pilier est relatif à l’organisation et le développement de l'offre de soins dans le but d'améliorer l'accès aux services de santé. Les principaux axes de ce pilier sont :

- Organisation de l'offre nationale de santé

- Développement du réseau public

- Renforcement du réseau des institutions de soins de santé primaires

- Développement de la santé mobile dans le monde rural

- Amélioration de la santé de proximité et de la médecine de famille

Le deuxième pilier est consacré au renforcement de la santé nationale et des programmes de lutte contre les maladies à travers :

- Eriger les programmes maternels et infantiles en tant que priorité nationale,

- Promouvoir la santé des personnes ayant des besoins spécifiques

- Renforcer la lutte contre les maladies transmissibles

- Relancer le plan national de santé mentale

- Promouvoir la vigilance sanitaire et la sécurité sanitaire.

Enfin, le dernier pilier est relatif au développement de la gouvernance du secteur de la santé et la rationalisation de l'usage des ressources. Les axes de ce pilier sont les suivants :

- L'élargissement de la couverture sanitaire de base

- Le renforcement des moyens humains dans le secteur

- L’amélioration des conditions de travail et la motivation des professionnels,

- Le renforcement de la surveillance législative et réglementaire dans le secteur de la santé.

 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le ministre a présenté au conseil du gouvernement son plan d’action pour un meilleur système de santé à l'horizon 2025. La stratégie est structurée autour de 6 valeurs, 3 piliers, 25 axes et 125 mesures. Les premiers détails.

Tous les rapports nationaux et internationaux le disent et le répètent. Le secteur marocain de la santé a besoin d’une profonde réforme pour répondre aux besoins des citoyens. L’urgence de ce chantier est telle qu’une pression à la fois interne et externe est palpable.

Le nouveau ministre de la Santé, Anas Doukkali, est donc face à un défi de taille. Réussir là où ses prédécesseurs n’ont pas donné totale satisfaction. Certes des progrès ont été enregistrés ces dernières années, mais ils restent en deçà des attentes. De plus, les réformes engagées ont été dépassées par les besoins grandissants et le manque de moyens alloués au secteur.

Le jeudi 19 avril, Anas Doukkali a présenté au conseil du gouvernement la nouvelle feuille de route du secteur de la santé. Il a expliqué que le plan Santé 2025 vise au maintien des acquis et la mise en perspective des défis qui empêchent la mise en place d’un service de santé de qualité et équitable.

Ces défis sont connus de tous :

- Faible accès aux soins

- Faible taux de suivi des grossesses

- Faible encadrement médical dans le milieu rural et dans les zones montagneuses

- Manque de ressources humaines

- Ressources financières insuffisantes

- Qualité des services en deçà des attentes.

Pour relever ces défis au cours des sept prochaines années, la nouvelle stratégie signée Anas Doukkali est structurée autour de six valeurs que sont : la continuité et la proximité, la responsabilité et la reddition des comptes, la solidarité, l’égalité dans l’accès aux soins, l’efficience et enfin la qualité des services

Cela passe par trois piliers déclinés en 25 axes et 125 mesures.

Le premier pilier est relatif à l’organisation et le développement de l'offre de soins dans le but d'améliorer l'accès aux services de santé. Les principaux axes de ce pilier sont :

- Organisation de l'offre nationale de santé

- Développement du réseau public

- Renforcement du réseau des institutions de soins de santé primaires

- Développement de la santé mobile dans le monde rural

- Amélioration de la santé de proximité et de la médecine de famille

Le deuxième pilier est consacré au renforcement de la santé nationale et des programmes de lutte contre les maladies à travers :

- Eriger les programmes maternels et infantiles en tant que priorité nationale,

- Promouvoir la santé des personnes ayant des besoins spécifiques

- Renforcer la lutte contre les maladies transmissibles

- Relancer le plan national de santé mentale

- Promouvoir la vigilance sanitaire et la sécurité sanitaire.

Enfin, le dernier pilier est relatif au développement de la gouvernance du secteur de la santé et la rationalisation de l'usage des ressources. Les axes de ce pilier sont les suivants :

- L'élargissement de la couverture sanitaire de base

- Le renforcement des moyens humains dans le secteur

- L’amélioration des conditions de travail et la motivation des professionnels,

- Le renforcement de la surveillance législative et réglementaire dans le secteur de la santé.

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.