Le Conseil de la ville de Casablanca a entamé, jeudi 3 mai, les procédures pour la résiliation du contrat avec Ecomed, chargée depuis 2008 de la gestion de la décharge actuelle de Mediouna, confie à Médias24 Mohammed Haddadi, adjoint maire de Casablanca, chargé du nettoiement.

Comme nous l'avions annoncé début mai dernier, les membres du Conseil privilégient une résiliation à l'amiable.

L'appel d'offres international portant sur la construction d'une unité de traitement et de valorisation des déchets ménagers, prévu pour fin 2017, n'a quant à lui pas encore été lancé, selon M. Haddadi.

L'appel d'offres ne peut être lancé avant la résiliation du contrat avec la société chargée de l'enfouissement des déchets à Médiouna, nous avait-il expliqué auparavant. Son lancement ne devrait donc plus tarder. 

Rappelons qu'en attendant la construction de cette unité de traitement, les déchets seront ensevelis dans un casier d’enfouissement de 7 ha, pendant une période transitoire d’un an et demi. Ce casier, qui a bénéficié d’un traitement spécifique afin d’empêcher le passage du lixiviat dans la nappe phréatique, fait partie d’un terrain de 35 ha appartenant à la commune de Casablanca et dédié à la gestion des déchets.

Au cours de cette période transitoire, le conseil devra choisir la technique de valorisation des déchets.

M. Haddadi laisse entendre que le Conseil préfère l'incinération, mais "aucune décision n'a encore été prise pour le moment". 

"Nous restons ouverts à toutes les techniques, pour en choisir la meilleure pour la ville de Casablanca", nous indique-t-il. Tout dépendera des déchets à traiter.  

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le Conseil de la ville de Casablanca a entamé, jeudi 3 mai, les procédures pour la résiliation du contrat avec Ecomed, chargée depuis 2008 de la gestion de la décharge actuelle de Mediouna, confie à Médias24 Mohammed Haddadi, adjoint maire de Casablanca, chargé du nettoiement.
 

Comme nous l'avions annoncé début mai dernier, les membres du Conseil privilégient une résiliation à l'amiable.

L'appel d'offres international portant sur la construction d'une unité de traitement et de valorisation des déchets ménagers, prévu pour fin 2017, n'a quant à lui pas encore été lancé, selon M. Haddadi.

L'appel d'offres ne peut être lancé avant la résiliation du contrat avec la société chargée de l'enfouissement des déchets à Médiouna, nous avait-il expliqué auparavant. Son lancement ne devrait donc plus tarder. 

Rappelons qu'en attendant la construction de cette unité de traitement, les déchets seront ensevelis dans un casier d’enfouissement de 7 ha, pendant une période transitoire d’un an et demi. Ce casier, qui a bénéficié d’un traitement spécifique afin d’empêcher le passage du lixiviat dans la nappe phréatique, fait partie d’un terrain de 35 ha appartenant à la commune de Casablanca et dédié à la gestion des déchets.

Au cours de cette période transitoire, le conseil devra choisir la technique de valorisation des déchets.

M. Haddadi laisse entendre que le Conseil préfère l'incinération, mais "aucune décision n'a encore été prise pour le moment". 

"Nous restons ouverts à toutes les techniques, pour en choisir la meilleure pour la ville de Casablanca", nous indique-t-il. Tout dépendera des déchets à traiter.  

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.