Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil SOCIETECasablanca: impatience, incivilité et vandalisme sur la nouvelle Promenade de la mosquée Hassan II

Casablanca: impatience, incivilité et vandalisme sur la nouvelle Promenade de la mosquée Hassan II 

Mardi 1 janvier 2019 à 13h10
Casablanca: impatience, incivilité et vandalisme sur la nouvelle Promenade de la mosquée Hassan II
13 hectares aménagés sur 1,5 km de long. (Photo Casa Aménagement) 

La magnifique promenade maritime de la Mosquée Hassan II est prise d’assaut chaque jour férié ou chômé. Pourtant, les travaux ne sont pas terminés. L’achèvement est prévu pour mars 2019.

Tous les jours, la nouvelle promenade regorge de monde. Les week-ends et jours fériés, c’est pire. Elle est littéralement prise d’assaut.

Le chantier est actuellement achevé à environ 95%. Il reste encore deux ou trois mois de travaux.

Sur 1,5 km de long, entre la Mosquée Hassan II et la pointe d’El Hank, 13 hectares sont en cours d’aménagement pour un espace dédié aux promeneurs, joggeurs, sportifs… bref, aux Casablancais. La Corniche de Aïn Diab est également en cours d’aménagement, les travaux sont avancés à 71% selon Casa Aménagement et ils doivent s’achever également en mars 2019.

Vue magnifique sur la mosquée posée dans l'eau

Pêcheurs à la ligne

On laisse un souvenir de son passage

L'une des 4 aires de fitness

Les poubelles sont une cible facile des vandales

Sur 1,5 km de long, un espace magnifique gagné sur l'océan

Kiosques, stations ombragées pour le pique-nique. On voit sur le sol ce qui reste de la fréquentation de la veille

PHOTOS MEDIAS24

De Dar Bouazza à Mohammédia, tout le littoral est censé se réconcilier avec les Casablancais. Mais c’est compter sans la présence d’une petite minorité d’individus dont la capacité de nuisance sous forme d’incivilité, de vandalisme, voire d’insécurité, est en train de gâcher la fête.

Ce mardi 1er janvier 2019, l’auteur de ces lignes se rend sur la promenade. A 09H30, heure très matinale pour un premier jour de l’année, les promeneurs sont déjà là ainsi que quelques agents de sécurité, quelques jardiniers, des pêcheurs à la ligne, des promeneurs, seuls ou en couple, des joggeurs. De nombreux agents de la sécurité publique sont présents au rond-point ce qui, on va le voir, rassure les promeneurs.

Pour accéder à la promenade, j’ai fait comme tout le monde : j’ai écarté une barrière et je suis entré sur le chantier comme si de rien n’était. Deux ouvriers qui sont en train d’utiliser une meule pour polir un objet ne lèvent pas la tête. Ni l’agent de sécurité. Seul le chien berger allemand de garde semble nerveux et tire sur sa chaîne.

Les barrières entourent totalement le chantier. Mais il suffit d’en pousser une pour y accéder. La signalétique, les panneaux, les barrières, tout indique qu’il s’agit bien d’un chantier où il y a encore des travaux. Cela ne dissuade personne. Ni les vandales, ni les promeneurs, ni les journalistes.

A l’intérieur, je fais connaissance de visu avec cet espace bien conçu, qui aura coûté 200 MDH au contribuable, financés par le ministère de l’Intérieur.

Un jeune bien bâti s’appuie sur le parapet métallique permettant d’admirer les vagues de près. Il trouve le spectacle tellement attractif, que d’un seul coup, il enjambe le garde-corps et se retrouve de l’autre côté. Un ouvrier s’étonne de mon étonnement : “filme-le, il est en train de se suicider“, me lance-t-il dans un humour qui m’est inaccessible.

De l’autre côté du garde-corps, ils sont deux devant moi à taquiner le poisson. Leurs paniers sont encore vides. Ils sont debout sur une mince corniche qui surplombe les vagues, avec leurs cannes à pêche.

Des stations sont aménagées avec des sièges et des tables en maçonnerie. Un brise-soleil les surplombe, il est encore sous plastique de protection. Mais le sol autour des sièges est jonché de détritus qu’une femme d’un âge avancé essaie de ramasser pour nettoyer un tant soit peu l’endroit.

Les kiosques pour sandwiches ou cafés sont nombreux et coquets. Il y a des espaces réservés à des toilettes publiques. Une piste cyclable. Des espaces ombragés pour le pique-nique. Des jeux pour enfants.  Un peu plus loin, un petit espace de fitness. Il y en a quatre au total. Avec quelques appareils et un tapis de mousse au sol.

L’un des ouvriers ne quitte pas le matériel des yeux : “il y a des actes de vandalisme tous les jours, des appareils ont été cassés, ce matin deux poubelles métalliques avaient été arrachées et jetées à la mer“, soupire-t-il. “Chaque matin, il y a des bouteilles de vin vides qui traînent. Un ouvrier a été agressé et blessé à la main. Plus personne n’accepte de travailler ici“.

Une promeneuse nous confie qu’elle aimerait venir tôt chaque matin à condition qu’il y ait des caméras de surveillance et des agents de sécurité en nombre suffisant. Bref, la population a pris possession des lieux avant l’achèvement des travaux, c’est dire à quel point le projet vient combler un vide. Mais une poignée de vandales risquent de gâcher la fête et des mesures de sécurité s’imposent.

Et le chantier de réaménagement de la Corniche Ain Diab sera également achevé en mars 2019:

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close