La dernière étude Pirls (Progress in international reading literacy study), présentée mercredi 16 janvier à Rabat, indique une amélioration du niveau de lecture et de compréhension chez les écoliers marocains par rapport à 2011. Ce niveau reste toutefois faible par rapport aux 50 pays étudiés, dont sept pays arabes à savoir le Koweït, le Sultanat d'Oman, le Qatar, l'Egypte, le Bahreïn, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Le rapport Pirls 2016 a été dévoilé en décembre 2017. Les résultats détaillés concernant le Maroc ont été présentés ce mercredi dans le cadre de la 15e session du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Il s'agit de la 4e édition, après celles de 2001, 2006 et 2011.

L'étude, effectuée tous les cinq ans, a été menée auprès de 10.942 élèves marocains en 4e année du primaire, répartis sur 360 écoles. Au total, environ 319.000 élèves, répartis sur 12.000 écoles dans 50 pays, ont participé à cette enquête.

Les élèves ont répondu par écrit à 180 questions de compréhension sur 12 textes littéraires (6) et informatifs (6).

Les résultats montrent que le Maroc, qui occupe la 48e position, occupe, aux côtés de l'Egypte (49e) et de l'Afrique du sud (50e) les trois dernières places du classement. Toutefois, le Royaume fait partie des pays qui ont réalisé le plus de progrès entre 2011 et 2016, aux côtés de 18 autres, dont l’Australie, l’Italie, le Sultanat d'Oman, le Qatar, la Russie, l’Espagne et les Emirats arabes unis.

Le niveau des filles est supérieur à celui des garçons

Son score est passé de 310 en 2011 à 358 en 2016. Le Maroc a donc gagné 48 points mais reste en dessous de la moyenne fixée par Pirls: 500 points.

L'étude montre également que 35% des élèves marocains n'ont pas eu accès à l'enseignement primaire en 2016, contre 22% en 2011. 

Les filles représentent 49% des étudiants marocains en 4e année du primaire. Selon l'étude, leurs résultats sont supérieurs de 28 points par rapport à ceux des garçons. Par ailleurs, les élèves avec le plus faible taux d'absence ont obtenu les meilleurs résultats.

Les résultats indiquent aussi que le niveau d'éducation des parents joue un rôle important dans la vie quotidienne des élèves. Au Maroc, en 2016, 63% des parents d'élèves n'ont pas terminé leurs études secondaires, ou primaires, ou sont analphabètes, contre 42% en 2011. Ce chiffre est donc en hausse de 21%. Seuls 8% des parents ont une licence, un master ou un doctorat en 2016, contre 11% en 2011. 

Plus d'élèves scolarisés dans le secteur privé

Selon le rapport, 57% des élèves marocains ne disposent pas d'ordinateurs ou de tablettes à la maison. 68% d'entre eux disposent entre 0 et 10 livres, 20% entre 11 et 25 livres et seuls 9% ont entre 26 et 100 livres chez eux. L'étude souligne par ailleurs que les élèves ayant le plus de livres, une connexion internet, ou encore un ordinateur ou une tablette ont des résultats supérieurs aux autres.

Les élèves scolarisés dans des écoles en milieu rural (17% en 2016) ont obtenu des résultats inférieurs de 83 points par rapport à ceux scolarisés en milieu urbain (29% en 2016). L'étude montre également que le nombre d'élèves scolarisés dans des écoles privées augmente à travers les années: 15% des élèves en 4e année du primaire en 2016 contre 9% en 2011. Ces derniers ont de meilleurs résultats que les écoliers des écoles publiques. 

Enfin, le rapport montre qu'au Maroc, 63% des élèves ne disposent pas de bibliothèque dans leurs écoles. Ce taux est le plus élevé au niveau international. 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

La dernière étude Pirls (Progress in international reading literacy study), présentée mercredi 16 janvier à Rabat, indique une amélioration du niveau de lecture et de compréhension chez les écoliers marocains par rapport à 2011. Ce niveau reste toutefois faible par rapport aux 50 pays étudiés, dont sept pays arabes à savoir le Koweït, le Sultanat d'Oman, le Qatar, l'Egypte, le Bahreïn, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. 

Le rapport Pirls 2016 a été dévoilé en décembre 2017. Les résultats détaillés concernant le Maroc ont été présentés ce mercredi dans le cadre de la 15e session du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Il s'agit de la 4e édition, après celles de 2001, 2006 et 2011.

L'étude, effectuée tous les cinq ans, a été menée auprès de 10.942 élèves marocains en 4e année du primaire, répartis sur 360 écoles. Au total, environ 319.000 élèves, répartis sur 12.000 écoles dans 50 pays, ont participé à cette enquête.

Les élèves ont répondu par écrit à 180 questions de compréhension sur 12 textes littéraires (6) et informatifs (6).

Les résultats montrent que le Maroc, qui occupe la 48e position, occupe, aux côtés de l'Egypte (49e) et de l'Afrique du sud (50e) les trois dernières places du classement. Toutefois, le Royaume fait partie des pays qui ont réalisé le plus de progrès entre 2011 et 2016, aux côtés de 18 autres, dont l’Australie, l’Italie, le Sultanat d'Oman, le Qatar, la Russie, l’Espagne et les Emirats arabes unis.

Le niveau des filles est supérieur à celui des garçons

Son score est passé de 310 en 2011 à 358 en 2016. Le Maroc a donc gagné 48 points mais reste en dessous de la moyenne fixée par Pirls: 500 points.

L'étude montre également que 35% des élèves marocains n'ont pas eu accès à l'enseignement primaire en 2016, contre 22% en 2011. 

Les filles représentent 49% des étudiants marocains en 4e année du primaire. Selon l'étude, leurs résultats sont supérieurs de 28 points par rapport à ceux des garçons. Par ailleurs, les élèves avec le plus faible taux d'absence ont obtenu les meilleurs résultats.

Les résultats indiquent aussi que le niveau d'éducation des parents joue un rôle important dans la vie quotidienne des élèves. Au Maroc, en 2016, 63% des parents d'élèves n'ont pas terminé leurs études secondaires, ou primaires, ou sont analphabètes, contre 42% en 2011. Ce chiffre est donc en hausse de 21%. Seuls 8% des parents ont une licence, un master ou un doctorat en 2016, contre 11% en 2011. 

Plus d'élèves scolarisés dans le secteur privé

Selon le rapport, 57% des élèves marocains ne disposent pas d'ordinateurs ou de tablettes à la maison. 68% d'entre eux disposent entre 0 et 10 livres, 20% entre 11 et 25 livres et seuls 9% ont entre 26 et 100 livres chez eux. L'étude souligne par ailleurs que les élèves ayant le plus de livres, une connexion internet, ou encore un ordinateur ou une tablette ont des résultats supérieurs aux autres.

Les élèves scolarisés dans des écoles en milieu rural (17% en 2016) ont obtenu des résultats inférieurs de 83 points par rapport à ceux scolarisés en milieu urbain (29% en 2016). L'étude montre également que le nombre d'élèves scolarisés dans des écoles privées augmente à travers les années: 15% des élèves en 4e année du primaire en 2016 contre 9% en 2011. Ces derniers ont de meilleurs résultats que les écoliers des écoles publiques. 

Enfin, le rapport montre qu'au Maroc, 63% des élèves ne disposent pas de bibliothèque dans leurs écoles. Ce taux est le plus élevé au niveau international. 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.