Le président de la Fed exhorte le Congrès à relever sans délai le plafond de la dette

(AFP)

Le 22 septembre 2021

Le président de la Banque centrale américaine a lancé mercredi un ferme avertissement au Congrès où les républicains refusent de relever le plafond de la dette au risque de précipiter les Etats-Unis dans une grave crise financière aux ramifications mondiales.

Jerome Powell a ainsi rejoint une cohorte de responsables actuels et anciens qui avertissent des conséquences économiques désastreuses en cas de défaut de paiement de la première puissance économique du monde.

Il est « très important » de relever le plafond de la dette « dans les meilleurs délais afin que les Etats-Unis puissent payer leurs factures », a déclaré Jerome Powell, patron de la puissante Réserve fédérale (Fed) alors que le Trésor estime que le plafond sera atteint d’ici fin octobre.

Le plafond de la dette est le montant de dette à partir duquel le pays ne peut plus émettre de nouveaux emprunts pour se financer, ce qui l’empêche d’honorer ses paiements.

« C’est d’une importance cruciale », a ainsi tonné M. Powell. « Ne pas le faire pourrait entraîner de graves réactions, de graves dommages à l’économie, sur les marchés financiers et ce n’est tout simplement pas quelque chose que nous pouvons, que nous devrions envisager », a-t-il mis en garde.

Les démocrates de la Chambre des représentants ont voté mardi soir un texte qui comprend la suspension de la limite de la dette jusqu’en décembre 2022.

Mais ce texte est voué à l’échec au Sénat en raison de l’opposition républicaine.

Un défaut de paiement provoquerait un cataclysme financier mondial. Et la seule image de parlementaires dans l’impasse pourrait affecter les marchés et augmenter le coût des emprunts pour les Etats-Unis.

Si tous s’accordent au Congrès sur ce sombre scénario, les deux partis sont farouchement opposés sur la façon de l’éviter.

Les démocrates exhortent les républicains à approuver la suspension de la dette, comme ils l’ont déjà fait ensemble à de nombreuses reprises dans le passé.

Les républicains martèlent qu’il n’est pas question de soutenir une telle mesure destinée, selon eux, à financer les gigantesques projets d’investissements voulus par Joe Biden.

– « Cette fois, c’est différent » –

« Cette fois, c’est différent parce que les démocrates engagent toutes ces dépenses. Ils proposent des milliers et des milliers de milliards de dollars de dépenses sans une seule voix républicaine », a tempêté le sénateur John Barrasso.

Il faisait allusion à la possibilité de recourir à une procédure législative pour faire adopter des lois avec les seules voix démocrates.

Mais les démocrates sont eux-mêmes divisés sur les grands plans d’investissements qui engageraient un total de 3.500 milliards de dollars de dépenses.

Pour le moment, le Trésor a essayé de gagner du temps en rognant sur les dépenses.

Face à une échéance désormais à l’horizon et des républicains inflexibles, six anciens secrétaires au Trésor, cinq démocrates et un républicain, ont alerté à leur tour sur les conséquences économiques dans un courrier adressé aux responsables du Congrès.

« Même un défaut de paiement de courte durée pourrait menacer la croissance économique », écrivent-ils.

« Il serait très dommageable de saper la confiance dans la solidité et le crédit des États-Unis, et ce dommage serait difficile à réparer », opinent-ils.

Les deux partis ont continué mercredi de camper sur leur position.

Ainsi le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, qui avait plaidé en faveur d’une augmentation du plafond sous l’ancien président Donald Trump, a demandé aux démocrates d’endosser seuls cette décision.

« Mon conseil au gouvernement démocrate, au président, à la Chambre et au Sénat: ne jouez pas à la roulette russe avec notre économie », a-t-il dit lors d’une conférence de presse. « Prenez vos responsabilités et relevez le plafond de la dette pour couvrir tout ce que vous avez fait, au cours de toute cette année ».

Bernie Sanders, élu indépendant et figure progressiste majeure, a, lui, déploré l’attitude des républicains.

« Je n’arriverais pas à comprendre, et je pense que les Américains non plus, que le parti républicain permette que la plus grande économie du monde se retrouve en défaut de paiement sur des prêts et de l’argent déjà dépensés, surtout dépensés sous l’administration Trump. »

Cela « mettrait l’économie mondiale à genoux », a-t-il insisté. Pour ces raisons, il estime que les républicains vont finir par flancher.

Jerome Powell a, lui, conclu: « Personne ne devrait partir du principe que la Fed ou qui que ce soit d’autre peut protéger les marchés ou l’économie en cas de défaillance ».

Le 22 septembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement du jeudi 28 octobre.