Rencontre USA-Israël-Emirats pour relancer la dynamique des accords de normalisation

(AFP)

Le 13 octobre 2021

Les Etats-Unis de Joe Biden vont réaffirmer mercredi, en recevant ensemble les ministres israélien et émirati des Affaires étrangères, leur soutien au processus de reconnaissance d’Israël par les pays arabes que Washington a promis de promouvoir « activement » auprès d’autres Etats du Moyen-Orient.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken aura des entretiens bilatéraux séparés avec son homologue israélien Yaïr Lapid puis avec celui des Emirats arabes unis, Cheikh Abdallah ben Zayed Al Nahyane, avant une rencontre à trois.

« Cette réunion souligne notre volonté de continuer à célébrer le premier anniversaire des accords d’Abraham de normalisation », a dit un haut responsable américain à des journalistes, ajoutant qu’elle aboutirait à la création de deux « groupes de travail trilatéraux » sur la « coexistence religieuse » et sur « l’eau et l’énergie ».

Dès mardi, en recevant Yaïr Lapid, la vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris a affiché un « soutien ferme » à ces accords de reconnaissance de l’Etat hébreu signés en septembre 2020, sous l’égide du président de l’époque, Donald Trump, par les Emirats et Bahreïn — les premiers pays arabes à normaliser leurs relations avec Israël depuis l’Egypte et la Jordanie, respectivement en 1979 et 1994.

Le Maroc avait suivi cet exemple, ainsi que le Soudan, même si la position de ce dernier est aujourd’hui plus incertaine.

Le milliardaire républicain avait fait de ces « accords d’Abraham » l’une de ses principales réussites diplomatiques.

– « Plan B » sur l’Iran –

Les détracteurs de Donald Trump, tout en saluant cette percée, avaient alors exprimé des réserves quant au risque de voir la question palestinienne marginalisée.

Aujourd’hui, le président Biden, qui n’entrevoit aucun progrès possible à moyen-terme sur le conflit israélo-palestinien, a décidé de se mettre résolument dans les pas de son prédécesseur et de faire sienne la dynamique créée par ces accords historiques.

« Ces accords ont montré qu’il y a de vrais bénéfices à briser les barrières, augmenter la coopération, notamment en favorisant le développement économique », a estimé le haut responsable américain.

« Nous travaillons activement afin de les étendre », a-t-il ajouté, tout en refusant de citer un pays en particulier — les espoirs ont un temps porté sur l’Arabie saoudite, mais Ryad a rejeté toute normalisation sans un règlement de la question palestinienne.

Tout en assurant que ce processus ne visait pas à « remplacer la solution à deux Etats », le haut responsable américain a dit espérer qu’il permettrait de « faire progresser les discussions israélo-palestiniennes ».

Mi-septembre, Antony Blinken avait déjà tenu une réunion virtuelle avec ses homologues de l’Etat hébreu, des Emirats et du Maroc, à l’issue de laquelle il avait encouragé davantage de pays arabes à reconnaître Israël.

A Washington, Yaïr Lapid est aussi venu en quête de garanties face à l’Iran, alors que les efforts diplomatiques de l’administration Biden pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien tardent à porter leurs fruits.

Lors d’une rencontre mardi, il a affirmé au conseiller du président américain pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, qu’il fallait « un plan B alternatif à l’accord » conclu en 2015 par les grandes puissances avec Téhéran, mais que l’Etat hébreu a toujours trouvé insuffisant.

Le nouveau gouvernement israélien de Naftali Bennett et Yaïr Lapid « ne veut pas une répétition de l’expérience » de 2015, quand l’accord avait été signé par les Américains en dépit de l’opposition israélienne, « et tente de se coordonner plus efficacement avec les Etats-Unis en coulisse », a estimé mardi Michael Singh, du cercle de réflexion Washington Institute.

Le 13 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.