Triste fin de ramadan à Jérusalem, où l’accalmie n’efface pas les violences

(AFP)

Le 13 mai 2021

Dans la Vieille ville de Jérusalem, l’effervescence se lit dans les yeux des enfants, vêtus de leurs plus belles chemises. Mais, en cette fin de ramadan, si les coeurs semblent à la fête, les esprits restent travaillés par les violences des derniers jours.

Les rayons du soleil percent tout juste la nuit que des Palestiniens se pressent déjà vers l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam, pour les prières matinales de l’Aïd el-Fitr.

Au coeur du centre historique de Jérusalem, les marchands ambulants installent leurs stands de jouets en plastique et les tonitruants vendeurs de ka’ak, long bagel recouvert de sésame et spécialité de la ville, tentent d’appâter le chaland.

Sur l’esplanade, ils sont des dizaines de milliers à prier en cette fin de ramadan. A la porte de Damas, l’une des interstices dans la muraille qui ceint la Vieille ville, deux énormes bouquets de ballons gonflés à l’hélium, à l’effigie de Spiderman et Mickey, flottent au vent.

Ici et là, trois jours auparavant, la police israélienne tirait des grenades assourdissantes et pulvérisait de l’eau putride pour disperser des manifestants après un week-end de heurts à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville occupée et annexée par l’Etat hébreu.

En l’espace de quelques jours, des centaines de Palestiniens et plusieurs dizaines de policiers ont été blessés dans ces affrontements qui ont pour beaucoup eu lieu sur l’esplanade des Mosquées.

Depuis, les violences se sont déplacées vers la bande de Gaza, sur laquelle Israël mène des frappes et d’où des groupes armés comme le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans l’enclave palestinienne, tirent des roquettes vers Israël visant notamment plusieurs villes mixtes, juives et arabes.

Plus de 80 Palestiniens ont été tués dans ces frappes depuis quatre jours, selon le Hamas, tandis qu’Israël a rapporté la mort de sept personnes sur son territoire dans les tirs de roquettes.

A Jérusalem, quelques tirs de grenades assourdissantes rompent de temps à autre le calme qui est revenu. Mais de l’avis de tous, l’accalmie peut être trompeuse.

« Vous voyez des problèmes, là, maintenant? Non », lance Jabbar, un soixantenaire claudiquant, pointant du doigt la foule de Palestiniens et les policiers israéliens postés porte de Damas. « Mais ça peut reprendre d’un seul coup », glisse-t-il.

– Ligne rouge –

« Si Dieu le veut, tout va redevenir dans l’ordre », espère Fefka, une habitante d’Issawiya, un quartier de Jérusalem-Est. « Il faut que la violence cesse, mais tout n’est fait que pour les colons ici », accuse-t-elle.

« Jérusalem est aussi à nous », ajoute-t-elle, fustigeant la colonisation israélienne dans le secteur palestinien de la ville.

Hiba et Soujoud, 26 et 21 ans, sont allées tous les jours sur l’esplanade des Mosquées depuis vendredi. C’est ce jour-là qu’ont éclaté les premiers heurts avec la police, sur fond de tensions autour de la menace d’éviction de familles palestiniennes au profit de colons juifs à Jérusalem-Est.

« Matin et soir, nous sommes restées à Al-Aqsa », la grande mosquée de l’esplanade. « Nous ne voulons pas de problèmes (avec la police) mais cette mosquée est à nous, nous devons la défendre », affirme Soujoud, étudiante en secrétariat.

Sur l’esplanade, tandis que des enfants jouent avec un clown, des Palestiniens brandissent des drapeaux du Hamas et accrochent des banderoles à la gloire du mouvement islamiste. « Jérusalem est une ligne rouge », peut-on lire sur l’une d’elles.

Dans la rue Al-Wad, qui traverse la Vieille ville, quelques passants arborent un drapeau palestinien sur leur t-shirt, d’autres l’ont dessiné sur leurs joues.

Beaucoup portent le keffieh, coiffe devenue emblème de la cause palestinienne.

« Aujourd’hui nous nous sentons tristes pour l’Aïd, à cause de la situation, de la violence », explique Hiba, qui en porte un noué autour de la tête. Elle cite les frappes sur Gaza, les émeutes entre juifs et arabes dans des villes israéliennes. Et conclut qu' »on ne peut pas être heureux avec ce qu’il se passe à Gaza et ailleurs ».

Le 13 mai 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.