Bank Al-Maghrib baisse son taux directeur à 2%

Le conseil de Bank Al-Maghrib, réuni ce mardi 17 mars, a décidé de réduire son taux directeur de 25 points de base, compte tenu des répercussions des conditions climatiques défavorables et de la propagation à l’échelle mondiale de la pandémie Covid-19.

Bank Al-Maghrib baisse son taux directeur à 2%

Le 17 mars 2020 à 13:48

Modifié le 17 mars 2020 à 14:12

Cette décision a été prise en tenant compte du contexte précité, des prévisions d’évolution de l’inflation à moyen terme et dans l’objectif de soutenir l’activité économique, annonce le communiqué de la Banque centrale. Celle-ci précise que l’évolution rapide de la pandémie exige l’actualisation fréquente de l’évaluation de la situation et des prévisions économiques.

Voici les principales prévisions de Bank Al-Maghrib :

- L'inflation devrait se situer à 0,7% en moyenne sur l’ensemble de l’année 2020 et s’accélérer à 1,2% en 2021, avec une augmentation graduelle de sa composante sous-jacente de 0,6% en 2019 à 1% puis à 1,3% en 2021.

- Les cours du pétrole devraient diminuer de nouveau cette année, pour s’établir à 48,5 USD/bl en moyenne pour le Brent, avant d’augmenter à 59,5 USD/bl en 2021.

- Pour la croissance, elle devrait stagner à 2,3% pâtissant de l’effet conjugué des conditions climatiques défavorables et de la propagation au niveau mondial de la pandémie Covid-19.

La valeur ajoutée agricole régresserait de 2,7%, avec une récolte céréalière estimée à 40 millions de quintaux sur la base des données relatives aux conditions climatiques et à l’état de la végétation disponibles au 10 mars, et le rythme des activités non agricoles ralentirait à 2,9%.

En 2021, la croissance enregistrerait un rebond à 3,8%, avec une augmentation de la valeur ajoutée agricole de 8,1%, sous l’hypothèse d’une récolte céréalière moyenne de 75 millions de quintaux, et une amélioration de la croissance non agricole à 3,3%.

"Ces prévisions restent entourées de fortes incertitudes et sont sujettes à une révision à la baisse si la propagation de la pandémie Covid-19 au niveau mondial n’est pas contenue à court terme", précise BAM.

- Sur le plan des comptes extérieurs, le déficit du compte courant devrait s’alléger sur l’horizon de prévision pour revenir à 3,5% du PIB en 2020 et à 2,5% du PIB en 2021.

- Les importations continueraient à progresser à un rythme modéré en 2020 avant d’enregistrer une accélération en 2021, reflétant principalement l’évolution de la facture énergétique.

- A l’inverse, les exportations afficheraient une nette accélération, sous l’effet essentiellement de la hausse de la production que devrait connaitre la construction automobile selon les chiffres annoncés par l’usine PSA.

- Quant aux recettes de voyage, elles sont prévues en diminution en 2020 en lien avec la propagation de la pandémie Covid-19, mais devraient reprendre en 2021.

- Pour ce qui est des opérations financières, après le recul observé en 2019, les recettes des IDE devraient se stabiliser à 3% du PIB en 2020 avant de progresser à l’équivalent de 3,2% du PIB en 2021.

- Tenant compte de la sortie prévue du Trésor sur le marché international en 2020, les réserves internationales nettes progresseraient de 245,6 milliards de dirhams en 2019 à 246 milliards à fin 2020 puis à 251,9 milliards au terme de 2021. Elles devraient ainsi assurer une couverture de plus de 5 mois d’importations de biens et services.

- S’agissant des conditions monétaires, le taux de change effectif réel connaitrait une quasi-stabilité sur l’horizon de prévision.

- Quant au crédit bancaire au secteur non financier, il devrait terminer l’année en progression de 4,5% avant de se renforcer de 5,3% en 2021.

- Concernant les finances publiques, Le déficit budgétaire, hors privatisation, devrait connaitre une légère atténuation à 4% du PIB en 2020, puis à 3,9% du PIB en 2021, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib compte non tenu des efforts exceptionnels que le Gouvernement est amené à consentir dans la conjoncture difficile actuelle.

>>Lire aussi: Coronavirus: les annonces de Jouahri très attendues par les milieux d'affaires

Bank Al-Maghrib baisse son taux directeur à 2%

Le 17 mars 2020 à13:48

Modifié le 17 mars 2020 à 14:12

Le conseil de Bank Al-Maghrib, réuni ce mardi 17 mars, a décidé de réduire son taux directeur de 25 points de base, compte tenu des répercussions des conditions climatiques défavorables et de la propagation à l’échelle mondiale de la pandémie Covid-19.

Cette décision a été prise en tenant compte du contexte précité, des prévisions d’évolution de l’inflation à moyen terme et dans l’objectif de soutenir l’activité économique, annonce le communiqué de la Banque centrale. Celle-ci précise que l’évolution rapide de la pandémie exige l’actualisation fréquente de l’évaluation de la situation et des prévisions économiques.

Voici les principales prévisions de Bank Al-Maghrib :

- L'inflation devrait se situer à 0,7% en moyenne sur l’ensemble de l’année 2020 et s’accélérer à 1,2% en 2021, avec une augmentation graduelle de sa composante sous-jacente de 0,6% en 2019 à 1% puis à 1,3% en 2021.

- Les cours du pétrole devraient diminuer de nouveau cette année, pour s’établir à 48,5 USD/bl en moyenne pour le Brent, avant d’augmenter à 59,5 USD/bl en 2021.

- Pour la croissance, elle devrait stagner à 2,3% pâtissant de l’effet conjugué des conditions climatiques défavorables et de la propagation au niveau mondial de la pandémie Covid-19.

La valeur ajoutée agricole régresserait de 2,7%, avec une récolte céréalière estimée à 40 millions de quintaux sur la base des données relatives aux conditions climatiques et à l’état de la végétation disponibles au 10 mars, et le rythme des activités non agricoles ralentirait à 2,9%.

En 2021, la croissance enregistrerait un rebond à 3,8%, avec une augmentation de la valeur ajoutée agricole de 8,1%, sous l’hypothèse d’une récolte céréalière moyenne de 75 millions de quintaux, et une amélioration de la croissance non agricole à 3,3%.

"Ces prévisions restent entourées de fortes incertitudes et sont sujettes à une révision à la baisse si la propagation de la pandémie Covid-19 au niveau mondial n’est pas contenue à court terme", précise BAM.

- Sur le plan des comptes extérieurs, le déficit du compte courant devrait s’alléger sur l’horizon de prévision pour revenir à 3,5% du PIB en 2020 et à 2,5% du PIB en 2021.

- Les importations continueraient à progresser à un rythme modéré en 2020 avant d’enregistrer une accélération en 2021, reflétant principalement l’évolution de la facture énergétique.

- A l’inverse, les exportations afficheraient une nette accélération, sous l’effet essentiellement de la hausse de la production que devrait connaitre la construction automobile selon les chiffres annoncés par l’usine PSA.

- Quant aux recettes de voyage, elles sont prévues en diminution en 2020 en lien avec la propagation de la pandémie Covid-19, mais devraient reprendre en 2021.

- Pour ce qui est des opérations financières, après le recul observé en 2019, les recettes des IDE devraient se stabiliser à 3% du PIB en 2020 avant de progresser à l’équivalent de 3,2% du PIB en 2021.

- Tenant compte de la sortie prévue du Trésor sur le marché international en 2020, les réserves internationales nettes progresseraient de 245,6 milliards de dirhams en 2019 à 246 milliards à fin 2020 puis à 251,9 milliards au terme de 2021. Elles devraient ainsi assurer une couverture de plus de 5 mois d’importations de biens et services.

- S’agissant des conditions monétaires, le taux de change effectif réel connaitrait une quasi-stabilité sur l’horizon de prévision.

- Quant au crédit bancaire au secteur non financier, il devrait terminer l’année en progression de 4,5% avant de se renforcer de 5,3% en 2021.

- Concernant les finances publiques, Le déficit budgétaire, hors privatisation, devrait connaitre une légère atténuation à 4% du PIB en 2020, puis à 3,9% du PIB en 2021, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib compte non tenu des efforts exceptionnels que le Gouvernement est amené à consentir dans la conjoncture difficile actuelle.

>>Lire aussi: Coronavirus: les annonces de Jouahri très attendues par les milieux d'affaires

A lire aussi


Communication financière

Titre : Avis rectificatif de la convocation AGOA d'Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.