Younes Maamar

Ingénieur, ex DG ONE, ex Banque mondiale.

Le port Tanger-Med, sur le Détroit de Gibraltar.

Au fil des jours. Vendredi 21 mai 2021

Le 21 mai 2021 à 10h47

Modifié 21 mai 2021 à 17h13

Younes Mâamar tiendra ici une chronique sous forme de carnet, partageant avec nous ce que lui inspire l'actualité ou les réminiscences du passé.

Voici une histoire personnelle jamais relatée.
J’étais à NYC quelques semaines après ma nomination par Sa Majesté le Roi à la tête de l’ONE.
J’accompagnais un ami juif marocain à une petite fête, m’avait-il dit. Me voilà arrivant dans une grande réception en l’honneur d’un vieux rabbin qui jouissait de beaucoup de déférence de la part d’une assistance venue pour recevoir sa bénédiction.

Arrivé au niveau de cet homme du Livre, mon ami me présenta. Le vacarme et la surdité de l’âge aidant, le hakham pensait que j’étais un proche de notre Roi, dont je ne suis que le sujet.

Il me dit alors : « Dis au Roi d’avancer et de n’avoir crainte« . Et il poursuivit : « …car le Maroc est un pays de saints« .

Il y a beaucoup de subjectif et d’intime dans cette conviction qui était mienne, inculquée par mon père et que ce vieux sage d’un autre horizon m’a, ce soir-là, rappelée.

C’est pourquoi je pense avec force qu’être en conflit avec tant de pays ne signifie pas nécessairement que nous sommes dans le faux. Certes les manières peuvent être parfois imparfaites mais cela découle, je le sais en mon fort, d’une raison plus profonde.

Telle une jeune plante qui sort d’un sol qui lui résiste, le Maroc émerge. Il crée naturellement un déséquilibre car il aspire à sortir de la case où il a été mis et dans laquelle il s’est assoupi depuis Isly.

Aujourd’hui, il aspire à un rang économique et géopolitique qui lui revient mais qui dérange le modus en place. Lequel, en réaction, lui résiste. Mon pays prend le large quand le voisin de l’Est s’embourbe et ne voit comme diversion pour les siens que la confrontation et la chimère de l’ennemi de l’extérieur : le Maroc. Demain, il sera en banqueroute et nous vivrons au Maroc ce que la Colombie a vécu avec son voisin vénézuélien. Je le dis avec beaucoup de tristesse car je sais, moi, que mon salut ne passe pas par la misère de mon frère. Bien au contraire.

Mon pays prend le large quand les voisins du nord s’étonnent que ne soit gobées leurs postures clairement inamicales et parfois irrespectueuses et se surprennent de notre « dssara ». « Comment osent-ils ? » doivent-ils se dire !

Mon pays prend le large quand nos amis de la péninsule s’acharnent à quémander une allégeance inconditionnelle et capricieuse quand les codes transcendent le palliatif pécuniaire.

Je le clame fort: mon pays, le Maroc, est une vieille nation dans un pays jeune. Et ce jeune pays se meut pour sortir de son costume devenu étroit. C’est notre combat actuel. Il est légitime, mais sera long.

Alors oui, n’aillez crainte. Et avancez. Sire !

ABFAS!!

NOTE: Beaucoup de lecteurs me questionnent sur la référence à Isly. La bataille d’Isly fut perdue contre la France lorsque malgré le tumulte que vivait le Maroc à cette époque, le sultan Mly Abderrahmane mobilisa ses troupes pour répondre à la demande d’aide de l’Emir Abdelkader d’Algérie, lequel ira ensuite demander exil aux Français. Le Maroc a perdu cette guerre menée pour défendre son voisin de l’Est pourtant sous allégeance depuis des siècles à la Sublime Porte qui lui tourna le dos.

C’est suite à cette défaite que les Espagnols ont profité de la faiblesse du Maroc pour envahir Tétouan et poser des conditions onéreuses lors du traité de Wad Ras.

L’Histoire, ce témoin impartial….

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Résultats annuels du Groupe Al Omrane

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.