Industrie: détails inédits sur le futur Plan d'accélération 2021-2025 de MHE

Le Plan d'accélération industrielle arrive bientôt à échéance. Le ministre travaille avec ses équipes sur une nouveau plan qui intégrera de nouveaux écosystèmes innovants et des mesures pour encourager le capital marocain à investir dans l'industrie. Détails exclusifs. 

Industrie: détails inédits sur le futur Plan d'accélération 2021-2025 de MHE

Le 19 septembre 2019 à 18:25

Modifié le 20 septembre 2019 à 08:15

Moulay Hafid Elalamy planche avec ses équipes sur la deuxième génération du plan d'accélération industrielle (PAI) lancé en 2014 et qui arrive à échéance en 2020. L'information a été annoncée par le ministre lui-même lors de son intervention à l'Université d'été de la CGEM

Le ministre de l'industrie avait déclaré, sans dévoiler des détails, que "le plan d'accélération industrielle 2.0" sur lequel travaille le ministère, intégrera les objets connectés, l'innovation, la recherche et surtout l'intégration dans le tissu économique industriel du Maroc davantage de capital marocain.

Médias24 livre aujourd'hui des détails inédits sur les grandes lignes du nouveau PAI.

De nouveaux écosystèmes

Selon des sources bien informées, l’intégration des objets connectés dans le nouveau plan industriel passera par la mise en place d'un écosystème des objets connectés

MHE compte attirer des investisseurs étrangers, impliquer les universités et les Start-ups marocaines dans ce projet.

Le marché des objets connectés est en plein essor et il est promis à une croissance considérable au cours des années à venir surtout qu'il touche à tous les secteurs.

Dans une étude publiée en 2018 par le pôle interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations économiques français (Pipame) sur ce marché, le département explique "qu'à l’instar du numérique, l’internet des objets est souvent vu comme une lame de fond qui devrait bouleverser les différents écosystèmes. Dans l’industrie, on parle de 4e révolution industrielle (l’Allemagne a lancé une initiative Industrie 4.0). Sur le marché grand public également, on anticipe d’importantes mutations avec évidemment des répercussions dans les différents écosystèmes aussi bien du point de vue de l’offre (nouvelles propositions de valeur, arrivée de nouveaux acteurs, nouveaux modèles économiques, etc.) mais aussi de la demande (besoin de sécurité, automatisation, suivi en temps réel, etc.)". 

C'est dire que c'est un marché d'avenir. 

Selon nos sources, la liste des écosystèmes s'enrichira également par un écosystème Spatial, dans lequel seront mis à contribution les satellites marocains.

Encore quelques mois pour finaliser le plan 

Sur le point de la Recherche et l’Innovation évoqué par le ministre, nos sources nous expliquent qu'un dispositif est à l'étude. D'un côté, des centres d’innovation seront mis en place, accompagnés par des mesures d'encouragement de la recherche et de l’innovation intra-entreprise avec un accent particulier sur ce dernier point.

L'autre annonce majeure dans la déclaration de MHE à l'université d'été est relative à l'intégration de davantage de capital marocain dans l'industrie. Les récentes avancées majeures enregistrées dans le secteur industriel sont majoritairement le fait d'importants investisseurs étrangers qui s'installent sur le sol marocain.

Il est vrai que la stratégie des écosystèmes a permis de faire participer le tissu marocain autant que possible, mais il reste des efforts sur ce volet. Ainsi, selon nos sources, le ministère envisage de mettre en place une banque de projets industriels à la disposition des acteurs marocains. Ces derniers seront accompagnés par l'Etat et des opérateurs internationaux experts, disposés à conclure des joint-ventures.

Les objectifs de ce nouveau plan d'accélération industrielle, qui aura pour horizon 2021-2025, n'ont pas encore été définis car il fait  toujours l'objet de discussions entre le ministère et les opérateurs qui ont quelques mois pour le finaliser. 

Industrie: détails inédits sur le futur Plan d'accélération 2021-2025 de MHE

Le 19 septembre 2019 à18:34

Modifié le 20 septembre 2019 à 08:15

Le Plan d'accélération industrielle arrive bientôt à échéance. Le ministre travaille avec ses équipes sur une nouveau plan qui intégrera de nouveaux écosystèmes innovants et des mesures pour encourager le capital marocain à investir dans l'industrie. Détails exclusifs. 

Moulay Hafid Elalamy planche avec ses équipes sur la deuxième génération du plan d'accélération industrielle (PAI) lancé en 2014 et qui arrive à échéance en 2020. L'information a été annoncée par le ministre lui-même lors de son intervention à l'Université d'été de la CGEM

Le ministre de l'industrie avait déclaré, sans dévoiler des détails, que "le plan d'accélération industrielle 2.0" sur lequel travaille le ministère, intégrera les objets connectés, l'innovation, la recherche et surtout l'intégration dans le tissu économique industriel du Maroc davantage de capital marocain.

Médias24 livre aujourd'hui des détails inédits sur les grandes lignes du nouveau PAI.

De nouveaux écosystèmes

Selon des sources bien informées, l’intégration des objets connectés dans le nouveau plan industriel passera par la mise en place d'un écosystème des objets connectés

MHE compte attirer des investisseurs étrangers, impliquer les universités et les Start-ups marocaines dans ce projet.

Le marché des objets connectés est en plein essor et il est promis à une croissance considérable au cours des années à venir surtout qu'il touche à tous les secteurs.

Dans une étude publiée en 2018 par le pôle interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations économiques français (Pipame) sur ce marché, le département explique "qu'à l’instar du numérique, l’internet des objets est souvent vu comme une lame de fond qui devrait bouleverser les différents écosystèmes. Dans l’industrie, on parle de 4e révolution industrielle (l’Allemagne a lancé une initiative Industrie 4.0). Sur le marché grand public également, on anticipe d’importantes mutations avec évidemment des répercussions dans les différents écosystèmes aussi bien du point de vue de l’offre (nouvelles propositions de valeur, arrivée de nouveaux acteurs, nouveaux modèles économiques, etc.) mais aussi de la demande (besoin de sécurité, automatisation, suivi en temps réel, etc.)". 

C'est dire que c'est un marché d'avenir. 

Selon nos sources, la liste des écosystèmes s'enrichira également par un écosystème Spatial, dans lequel seront mis à contribution les satellites marocains.

Encore quelques mois pour finaliser le plan 

Sur le point de la Recherche et l’Innovation évoqué par le ministre, nos sources nous expliquent qu'un dispositif est à l'étude. D'un côté, des centres d’innovation seront mis en place, accompagnés par des mesures d'encouragement de la recherche et de l’innovation intra-entreprise avec un accent particulier sur ce dernier point.

L'autre annonce majeure dans la déclaration de MHE à l'université d'été est relative à l'intégration de davantage de capital marocain dans l'industrie. Les récentes avancées majeures enregistrées dans le secteur industriel sont majoritairement le fait d'importants investisseurs étrangers qui s'installent sur le sol marocain.

Il est vrai que la stratégie des écosystèmes a permis de faire participer le tissu marocain autant que possible, mais il reste des efforts sur ce volet. Ainsi, selon nos sources, le ministère envisage de mettre en place une banque de projets industriels à la disposition des acteurs marocains. Ces derniers seront accompagnés par l'Etat et des opérateurs internationaux experts, disposés à conclure des joint-ventures.

Les objectifs de ce nouveau plan d'accélération industrielle, qui aura pour horizon 2021-2025, n'ont pas encore été définis car il fait  toujours l'objet de discussions entre le ministère et les opérateurs qui ont quelques mois pour le finaliser. 

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.