L'agence de notation Standard & Poors relève la perspective du Maroc

Elle a gardé la même notation, mais la perspective est maintenant stable, alors qu'elle était négative. S&P est positive sur les perspectives marocaines d'ici 2022.

L'agence de notation Standard & Poors relève la perspective du Maroc S&P a relevé les perspectives de l'assainissement budgétaire ainsi que les perspectives des industries automobile et aéronautique.

Le 05 octobre 2019 à 16:59

Modifié le 05 octobre 2019 à 22:20

 Voici les principaux points de la note publiée par S&P.

"Nous prévoyons que la croissance du PIB réel du Maroc sera d’environ 2,8% cette année [2019], freinée par la baisse de la demande extérieure et de la production agricole, et devrait rebondir à environ 4,0% d’ici 2021.
La situation budgétaire du pays devrait s'améliorer progressivement, grâce à la stratégie budgétaire globale du gouvernement et aux résultats de la privatisation au cours de la période de prévision, pour atteindre 3% du PIB en 2022.
Nous estimons que la ligne de précaution et de liquidité approuvée par le Fonds monétaire international (FMI) en décembre 2018 sous-tend la stabilité macrofinancière du Maroc et ses objectifs de politique économique et budgétaire.
"En conséquence, nous révisons les perspectives sur le pays de négatives à stables.
"Dans le même temps, nous affirmons notre classement «BBB- / A-3» sur le Maroc.

"Les perspectives sont stables, conciliant nos prévisions d'un nouvel assainissement budgétaire et d'une amélioration progressive de la position du compte courant au cours des deux prochaines années contre les risques pour la croissance économique dus à des défaillances structurelles internes ou à des chocs externes, tels que le ralentissement du commerce mondial.

>Nous pourrions relever la note si les perspectives d'assainissement budgétaire s'amélioraient sensiblement ou si la transition en cours vers un taux de change plus flexible et ciblé sur l'inflation renforçait de manière significative la compétitivité extérieure du Maroc et sa capacité à résister aux chocs externes macroéconomiques. Nous pourrions également augmenter les notations si la stratégie de diversification économique en cours au Maroc se traduisait par des taux de croissance économique moins volatils et plus élevés.

>Inversement, nous pourrions abaisser la note si le gouvernement déviait de son plan d’assainissement budgétaire, ce qui entraînerait une dette publique nettement plus élevée par rapport à nos prévisions. Si les taux de croissance du PIB réel sont nettement inférieurs à nos attentes; ou les déséquilibres extérieurs se creusent, entraînant une augmentation significative des besoins de financement bruts de l'économie.

“Nous ne prévoyons pas que la hausse des salaires du secteur public annoncée au printemps affectera le solde budgétaire, car elle avait déjà été incluse dans le budget de 2019. Des économies supplémentaires proviendront des dépenses moins importantes que prévu au titre des subventions au gaz de pétrole liquéfié (GPL). Par exemple, le gouvernement a mis en place une stratégie de couverture qui protège ses dépenses en subventions pour le GPL contre les augmentations potentielles des prix du GPL en 2019.

“En outre, la stratégie du gouvernement visant à promouvoir l'activité du secteur privé comprend la mise en place de mécanismes similaires aux partenariats public-privé, y compris des concessions à des investisseurs du secteur privé, ce qui devrait lui permettre de réduire ses dépenses d'investissement public ompte tenu de l'engagement du gouvernement de privatiser certains actifs de 2019 à 2024, nous nous attendons à ce que la variation de la dette nette des administrations publiques - notre indicateur privilégié des flux budgétaires - prenne de l'ampleur à partir de 2019.

“Nous pensons que le changement en cours de la structure économique sous-jacente du Maroc, entraîné par des investissements directs étrangers importants et un secteur agricole plus résistant, tous deux soutenus par la stratégie du gouvernement visant à promouvoir l'activité du secteur privé et à limiter ou - dans certains secteurs - réduire le rôle du gouvernement dans l'économie, profite aux perspectives de croissance économique et à la stabilité. De ce fait, la refonte de la structure économique et l’accélération de la croissance économique devraient, selon nous, conduire à une réduction progressive de la vulnérabilité économique due aux déficits persistants des comptes courants et budgétaires. Nous estimons que la ligne de précaution et de liquidité approuvée par le FMI depuis décembre 2018 sous-tend la stabilité macrofinancière du pays et ses objectifs de politique économique et budgétaire.

“Les notes attribuées au Maroc sont soutenues par une dette publique modérée et des déficits des comptes courants gérables, malgré une détérioration en 2018, dans un contexte d'élaboration de politiques relativement stable. Les notations restent limitées par un PIB par habitant inférieur à celui de pays bénéficiant d'une notation similaire, une dépendance économique importante vis-à-vis de l'agriculture, des besoins sociaux élevés et une approche relativement lente en matière d'assainissement budgétaire.

"La stabilité politique du Maroc sous la conduite du roi"

“Nous pensons que le Maroc a largement fait preuve de stabilité politique et sociale, notamment après le printemps arabe. Il y est parvenu grâce à des réformes constitutionnelles, à une augmentation des dépenses publiques consacrées au développement économique et à la réduction des inégalités économiques dans les régions moins développées, avec le soutien du roi Mohammed VI. Le roi préside le Conseil des ministres, qui délibère sur les lois stratégiques et les orientations politiques des États.

"Son rôle dans l'élaboration des politiques revêt une plus grande importance depuis 2017, lorsqu'il est intervenu pour réduire les tensions sociales dans les régions de Rif et de Jerada.
"Bien que les divisions ethniques, tribales, religieuses et régionales soient moins prononcées au Maroc que dans une grande partie du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, certaines parties de la population marocaine réclament une croissance économique plus inclusive.

“À notre avis, cela tient en partie au taux de chômage élevé chez les jeunes et aux disparités de revenus entre les régions les plus développées et les moins développées.

“Au niveau national, le taux de chômage semble faible et en diminution, mais les différences entre les segments de la population sont importantes (plus élevées dans les zones urbaines et chez les jeunes et les femmes). De plus, nous pensons qu'une plus forte participation des femmes au marché du travail (estimée à 22,2% en 2018) pourrait augmenter considérablement le potentiel de croissance économique du pays.

  • Pour 2019, nous prévoyons que le gouvernement enregistrera un déficit budgétaire d'environ 3,3% du PIB, y compris le produit de la privatisation prévu.
    • Après un déficit de la balance courante nettement plus important en 2018, nous prévoyons une réduction progressive du déficit, grâce aux nouvelles capacités d'exportation et aux tendances de la demande extérieure.
    • Nous prévoyons que les autorités adopteront un régime de taux de change plus flexible à moyen terme.

"En privatisant des actifs représentant environ 4% du PIB entre 2019 et 2024, nous nous attendons à ce que la dette nette des administrations publiques diminue en 2019 par rapport à 2018.

"Le gouvernement s'attaque aux demandes sociales croissantes d'amélioration du niveau de vie, y compris l'éducation et les soins de santé, et lutter contre le taux de chômage élevé dans les régions les plus pauvres du pays en renforçant les programmes de protection sociale.

"Cela comprend l’Initiative nationale de développement humain visant à soutenir les couches vulnérables de la population, financée par des sources des secteurs public et privé. Le Maroc fournit des subventions socialement sensibles sur les produits de base (farine, sucre et GPL) et met en place un registre unique des subventions afin de fournir un soutien mieux ciblé et plus efficace.  

"En ce qui concerne les recettes, dans le contexte des décisions prises à la suite des Assises de la fiscalité tenues en mai 2019, nous accueillons favorablement les projets du gouvernement d'élargir l'assiette fiscale afin d'améliorer le recouvrement des impôts. Cela implique de réduire de nombreuses exonérations fiscales au profit de l'activité d'investissement et de tenter de remédier à des problèmes importants d'évasion et de fraude fiscales, tout en ciblant les groupes sociaux vulnérables.

"Nous prévoyons que le ratio dette publique brute / PIB se stabilisera à environ 53% du PIB à moyen terme. Nous prévoyons que la dette nette des administrations publiques atteindra en moyenne environ 51% du PIB en 2019-2022. La maturité moyenne de l'encours de la dette de l'administration centrale est d'environ 6,75 ans, le taux d'intérêt moyen étant estimé à moins de 3,9%.

“Nos prévisions budgétaires incluent les produits de privatisation prévus pour 2019-2022. Nous avons incorporé dans nos prévisions de recettes de privatisation environ 0,4% du PIB en 2020 et 2021 et 0,2% du PIB en 2022.

"Si les recettes réalisées sont supérieures aux prévisions, la diminution du ratio de la dette publique aux PIB sera plus rapide que notre prévision suggère". (EXTRAITS)

S&P a relevé les perspectives de l'assainissement budgétaire ainsi que les perspectives des industries automobile et aéronautique.

L'agence de notation Standard & Poors relève la perspective du Maroc

Le 05 octobre 2019 à17:30

Modifié le 05 octobre 2019 à 22:20

Elle a gardé la même notation, mais la perspective est maintenant stable, alors qu'elle était négative. S&P est positive sur les perspectives marocaines d'ici 2022.

 Voici les principaux points de la note publiée par S&P.

"Nous prévoyons que la croissance du PIB réel du Maroc sera d’environ 2,8% cette année [2019], freinée par la baisse de la demande extérieure et de la production agricole, et devrait rebondir à environ 4,0% d’ici 2021.
La situation budgétaire du pays devrait s'améliorer progressivement, grâce à la stratégie budgétaire globale du gouvernement et aux résultats de la privatisation au cours de la période de prévision, pour atteindre 3% du PIB en 2022.
Nous estimons que la ligne de précaution et de liquidité approuvée par le Fonds monétaire international (FMI) en décembre 2018 sous-tend la stabilité macrofinancière du Maroc et ses objectifs de politique économique et budgétaire.
"En conséquence, nous révisons les perspectives sur le pays de négatives à stables.
"Dans le même temps, nous affirmons notre classement «BBB- / A-3» sur le Maroc.

"Les perspectives sont stables, conciliant nos prévisions d'un nouvel assainissement budgétaire et d'une amélioration progressive de la position du compte courant au cours des deux prochaines années contre les risques pour la croissance économique dus à des défaillances structurelles internes ou à des chocs externes, tels que le ralentissement du commerce mondial.

>Nous pourrions relever la note si les perspectives d'assainissement budgétaire s'amélioraient sensiblement ou si la transition en cours vers un taux de change plus flexible et ciblé sur l'inflation renforçait de manière significative la compétitivité extérieure du Maroc et sa capacité à résister aux chocs externes macroéconomiques. Nous pourrions également augmenter les notations si la stratégie de diversification économique en cours au Maroc se traduisait par des taux de croissance économique moins volatils et plus élevés.

>Inversement, nous pourrions abaisser la note si le gouvernement déviait de son plan d’assainissement budgétaire, ce qui entraînerait une dette publique nettement plus élevée par rapport à nos prévisions. Si les taux de croissance du PIB réel sont nettement inférieurs à nos attentes; ou les déséquilibres extérieurs se creusent, entraînant une augmentation significative des besoins de financement bruts de l'économie.

“Nous ne prévoyons pas que la hausse des salaires du secteur public annoncée au printemps affectera le solde budgétaire, car elle avait déjà été incluse dans le budget de 2019. Des économies supplémentaires proviendront des dépenses moins importantes que prévu au titre des subventions au gaz de pétrole liquéfié (GPL). Par exemple, le gouvernement a mis en place une stratégie de couverture qui protège ses dépenses en subventions pour le GPL contre les augmentations potentielles des prix du GPL en 2019.

“En outre, la stratégie du gouvernement visant à promouvoir l'activité du secteur privé comprend la mise en place de mécanismes similaires aux partenariats public-privé, y compris des concessions à des investisseurs du secteur privé, ce qui devrait lui permettre de réduire ses dépenses d'investissement public ompte tenu de l'engagement du gouvernement de privatiser certains actifs de 2019 à 2024, nous nous attendons à ce que la variation de la dette nette des administrations publiques - notre indicateur privilégié des flux budgétaires - prenne de l'ampleur à partir de 2019.

“Nous pensons que le changement en cours de la structure économique sous-jacente du Maroc, entraîné par des investissements directs étrangers importants et un secteur agricole plus résistant, tous deux soutenus par la stratégie du gouvernement visant à promouvoir l'activité du secteur privé et à limiter ou - dans certains secteurs - réduire le rôle du gouvernement dans l'économie, profite aux perspectives de croissance économique et à la stabilité. De ce fait, la refonte de la structure économique et l’accélération de la croissance économique devraient, selon nous, conduire à une réduction progressive de la vulnérabilité économique due aux déficits persistants des comptes courants et budgétaires. Nous estimons que la ligne de précaution et de liquidité approuvée par le FMI depuis décembre 2018 sous-tend la stabilité macrofinancière du pays et ses objectifs de politique économique et budgétaire.

“Les notes attribuées au Maroc sont soutenues par une dette publique modérée et des déficits des comptes courants gérables, malgré une détérioration en 2018, dans un contexte d'élaboration de politiques relativement stable. Les notations restent limitées par un PIB par habitant inférieur à celui de pays bénéficiant d'une notation similaire, une dépendance économique importante vis-à-vis de l'agriculture, des besoins sociaux élevés et une approche relativement lente en matière d'assainissement budgétaire.

"La stabilité politique du Maroc sous la conduite du roi"

“Nous pensons que le Maroc a largement fait preuve de stabilité politique et sociale, notamment après le printemps arabe. Il y est parvenu grâce à des réformes constitutionnelles, à une augmentation des dépenses publiques consacrées au développement économique et à la réduction des inégalités économiques dans les régions moins développées, avec le soutien du roi Mohammed VI. Le roi préside le Conseil des ministres, qui délibère sur les lois stratégiques et les orientations politiques des États.

"Son rôle dans l'élaboration des politiques revêt une plus grande importance depuis 2017, lorsqu'il est intervenu pour réduire les tensions sociales dans les régions de Rif et de Jerada.
"Bien que les divisions ethniques, tribales, religieuses et régionales soient moins prononcées au Maroc que dans une grande partie du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, certaines parties de la population marocaine réclament une croissance économique plus inclusive.

“À notre avis, cela tient en partie au taux de chômage élevé chez les jeunes et aux disparités de revenus entre les régions les plus développées et les moins développées.

“Au niveau national, le taux de chômage semble faible et en diminution, mais les différences entre les segments de la population sont importantes (plus élevées dans les zones urbaines et chez les jeunes et les femmes). De plus, nous pensons qu'une plus forte participation des femmes au marché du travail (estimée à 22,2% en 2018) pourrait augmenter considérablement le potentiel de croissance économique du pays.

  • Pour 2019, nous prévoyons que le gouvernement enregistrera un déficit budgétaire d'environ 3,3% du PIB, y compris le produit de la privatisation prévu.
    • Après un déficit de la balance courante nettement plus important en 2018, nous prévoyons une réduction progressive du déficit, grâce aux nouvelles capacités d'exportation et aux tendances de la demande extérieure.
    • Nous prévoyons que les autorités adopteront un régime de taux de change plus flexible à moyen terme.

"En privatisant des actifs représentant environ 4% du PIB entre 2019 et 2024, nous nous attendons à ce que la dette nette des administrations publiques diminue en 2019 par rapport à 2018.

"Le gouvernement s'attaque aux demandes sociales croissantes d'amélioration du niveau de vie, y compris l'éducation et les soins de santé, et lutter contre le taux de chômage élevé dans les régions les plus pauvres du pays en renforçant les programmes de protection sociale.

"Cela comprend l’Initiative nationale de développement humain visant à soutenir les couches vulnérables de la population, financée par des sources des secteurs public et privé. Le Maroc fournit des subventions socialement sensibles sur les produits de base (farine, sucre et GPL) et met en place un registre unique des subventions afin de fournir un soutien mieux ciblé et plus efficace.  

"En ce qui concerne les recettes, dans le contexte des décisions prises à la suite des Assises de la fiscalité tenues en mai 2019, nous accueillons favorablement les projets du gouvernement d'élargir l'assiette fiscale afin d'améliorer le recouvrement des impôts. Cela implique de réduire de nombreuses exonérations fiscales au profit de l'activité d'investissement et de tenter de remédier à des problèmes importants d'évasion et de fraude fiscales, tout en ciblant les groupes sociaux vulnérables.

"Nous prévoyons que le ratio dette publique brute / PIB se stabilisera à environ 53% du PIB à moyen terme. Nous prévoyons que la dette nette des administrations publiques atteindra en moyenne environ 51% du PIB en 2019-2022. La maturité moyenne de l'encours de la dette de l'administration centrale est d'environ 6,75 ans, le taux d'intérêt moyen étant estimé à moins de 3,9%.

“Nos prévisions budgétaires incluent les produits de privatisation prévus pour 2019-2022. Nous avons incorporé dans nos prévisions de recettes de privatisation environ 0,4% du PIB en 2020 et 2021 et 0,2% du PIB en 2022.

"Si les recettes réalisées sont supérieures aux prévisions, la diminution du ratio de la dette publique aux PIB sera plus rapide que notre prévision suggère". (EXTRAITS)

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.