Le Maroc entame le déconfinement sans l'annoncer officiellement

Officiellement, l'état d'urgence sanitaire et le confinement sont en vigueur jusqu'au 10 juin. Néanmoins, au lendemain de Aid Al Fitr, plusieurs décisions officielles ou officieuses ont permis un assouplissement des restrictions. Analyse.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/28-05-2020/tramwayghandi.jpg-oui
Le Maroc entame le déconfinement sans l'annoncer officiellement

Le 28 mai 2020 à 20:49

Modifié le 30 mai 2020 à 11:18

Sauf changement de dernière minute, nous sommes à 13 jours de la fin de l'Etat d'urgence Sanitaire et du confinement, en vigueur depuis le 20 mars.

Mais la vie semble déjà reprendre son cours normal petit à petit. Les conditions du confinement sont assouplies jour après jour depuis la fin du Ramadan bien que l'état d'urgence sanitaire et le confinement soient encore en vigueur en vertu de la loi. 

Sommes-nous déjà face à un déconfinement qui ne dit pas son nom ? Les trois semaines de prolongement du confinement sont-elles une sorte de période tampon pendant laquelle les pouvoirs publics cherchent à mettre les bases d'un déconfinement progressif et amener les citoyens à maintenir les réflexes de la période d'urgence au-delà du 10 juin ? 

Tout porte à le croire. Car le déconfinement, s'il n'est pas bien mené, pourrait être dangereux avec le risque d'avoir une nouvelle vague de contaminations bien plus grave que celle que nous avons vécue jusque-là. 

De passage au Parlement le 18 mai pour annoncer justement le prolongement du confinement au 10 juin, le chef du gouvernement Saad Eddine Elotmani l'a bien souligné. "Sortir du confinement est plus difficile que d'y entrer. Le confinement est une épreuve, certes, mais cela nous a permis des acquis, dont la maîtrise de la propagation." 

Tous les experts conseillent et recommandent une stratégie qui allie reprise des activités économiques et maintien de mesures de contrôle, pour maintenir un taux bas de reproduction du virus.

Et c'est justement ce que le Maroc est en train d'opérer depuis ce mardi 26 mai, encouragé certainement par des indicateurs évoluant dans le bon sens. Les indicateurs décisifs pour une levée du confinement sont : 

- Un taux de létalité inférieur à 3% : c'est le cas depuis plusieurs jours.

- Un taux de cas graves ou critiques inférieur à 10% : Actuellement, il est de 1% au Maroc. 

- Un taux d'utilisation des moyens de réanimation inférieur à 30% : Il est de 4% au Maroc.

- Un taux de reproduction inférieur à 1 pendant deux semaines au moins : C'est le seul indicateur qui n'est pas toujours stabilisé, sachant qu'il y a des disparités importantes entre les régions. 

Les décisions d'assouplissement du confinement se succèdent 

Ce 28 mai, deux décisions majeures ont été annoncées officiellement appuyant l'hypothèse qu'il n'y aura pas une autre prolongation du confinement au-delà du 10 juin. 

La première est l'autorisation accordée aux cafés et restaurants pour reprendre leur activité pour les services à emporter et livraison à domicile.

La deuxième est l'annonce faite par l'ONCF au sujet de la reprise progressive du trafic ferroviaire à partir du 1er juin.

Cette dernière annonce fait écho à une autre décision des autorités publiques annoncée le 26 mai. Le ministère de l'Intérieur a précisé que les déplacements entre les villes étaient autorisés sur présentation uniquement d'ordres de mission, dûment signés par les employeurs et que cela dispensait les employés de tout autre document. 

Mais d'autres annonces ou décisions qui ont eu lieu ces derniers jours, versent toutes dans ce sens comme l'autorisation accordée par le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports Othmane El Ferdaous à la presse écrite pour la reprise de l'impression et la diffusion de leurs éditions à partir du 26 mai en respectant les mesures sanitaires. Dans le sillage de cette reprise, les kiosques et les librairies ont également ont été autorisés à reprendre. 

Par ailleurs, les commerces sont également autorisés à reprendre leurs activités commerciales. Cela dit, cette autorisation n'a pas fait l'objet d'une annonce officielle des pouvoirs publics. Elle est laissée à la discrétion des représentants des autorités locales qui contactent les commerces dans leur juridiction pour les informer qu'ils peuvent reprendre s'ils le souhaitent.

En plus de cela, bon nombre d'entreprises, notamment industrielles, ont repris ou se préparent à accueillir de nouveau les salariés ou une partie dans les sièges. 

Même l'ONDA est en train de préparer la réouverture des aéroports. Les préparatifs ont déjà commencé à l'aéroport Mohammed V, avec notamment l'installation de stickers de distanciation, même si la date de reprise du trafic aérien n'est toujours pas fixée.

Voici une vidéo de Moulay Hafid Elalamy, diffusée ce jeudi 28 mai dans la soirée, expliquant la reprise progressive des activités économiques :

Aucun plan de déconfinement officiel n'est annoncé

Ces décisions et annonces, qu'elles soient officielles ou officieuses, sont annonciatrices d'une reprise de l'activité économique, d'un assouplissement des conditions de confinement, mais non d'un déconfinement à proprement dit. 

Est-ce qu'elles font partie du plan de déconfinement du gouvernement ? On ne saura le dire, d'autant plus que le chef du gouvernement et le CVE n'ont pas encore annoncé ce plan tant attendu. 

Si la date du 10 juin semble actée, sauf surprise, d'autres questions restent en suspens. Quelle stratégie de déconfinement le Maroc adoptera-t-il ? Optera-t-on pour la stratégie du « stop-and-go » ? En d'autres termes, alterner entre des périodes de confinement général et des périodes de retour à la « normale » général. Ou ira-t-on vers un déconfinement régional ? Dans ce cas de figure, le cas de la région de Casablanca sera problématique. Le cœur de l'économie marocaine est le plus touché par l'épidémie. Sera-t-il traité de la même façon que d'autres régions qui ne comptent plus de cas actifs ou de nouveaux cas depuis plusieurs jours ?

En tout cas, on semble prendre le chemin inverse de celui que nous avons mené pour entrer en confinement. Il est utile de rappeler les décisions prises depuis la déclaration du premier cas confirmé au covid-19 le 2 mars dernier pour voir le chemin parcouru durant ces 70 jours de confinement : 

- 02 mars : Enregistrement du 1er cas.

- 03 mars : Enregistrement du 2ème cas - interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes.

- 09 mars : Suspension des vols Maroc - Italie

- 10 mars : Suspension des liaisons maritimes Maroc - Italie

- 11 mars : Création du comité de veille économique Covid-19

- 13 mars : Suspension des cours dans les établissements scolaires et universitaires

- 14 mars : Interdiction des rassemblements publics de plus de 50 personnes

- 15 mars : Suspension de tous les vols internationaux

- 16 mars : Fermeture des espaces publics (cafés, restaurants, cinémas, salles de sport, mosquées...)

- 17 mars : Réduction de la capacité des moyens de transport à 50% 

- 20 mars : Déclaration de l'état d'urgence sanitaire - confinement

- 21 mars : Interdiction des déplacements entre les villes (exception pour l'approvisionnement)

- 22 mars : Suspension de la distribution de la presse papier

- 07 avril : Instauration du port obligatoire des masques

- 18 avril : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au 20 mai

- 23 avril : Interdiction des déplacements nocturnes entre 19h et 05h (Ramadan)

- 19 mai : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au 10 juin

Le Maroc entame le déconfinement sans l'annoncer officiellement

Le 28 mai 2020 à20:34

Modifié le 30 mai 2020 à 11:18

Officiellement, l'état d'urgence sanitaire et le confinement sont en vigueur jusqu'au 10 juin. Néanmoins, au lendemain de Aid Al Fitr, plusieurs décisions officielles ou officieuses ont permis un assouplissement des restrictions. Analyse.

Sauf changement de dernière minute, nous sommes à 13 jours de la fin de l'Etat d'urgence Sanitaire et du confinement, en vigueur depuis le 20 mars.

Mais la vie semble déjà reprendre son cours normal petit à petit. Les conditions du confinement sont assouplies jour après jour depuis la fin du Ramadan bien que l'état d'urgence sanitaire et le confinement soient encore en vigueur en vertu de la loi. 

Sommes-nous déjà face à un déconfinement qui ne dit pas son nom ? Les trois semaines de prolongement du confinement sont-elles une sorte de période tampon pendant laquelle les pouvoirs publics cherchent à mettre les bases d'un déconfinement progressif et amener les citoyens à maintenir les réflexes de la période d'urgence au-delà du 10 juin ? 

Tout porte à le croire. Car le déconfinement, s'il n'est pas bien mené, pourrait être dangereux avec le risque d'avoir une nouvelle vague de contaminations bien plus grave que celle que nous avons vécue jusque-là. 

De passage au Parlement le 18 mai pour annoncer justement le prolongement du confinement au 10 juin, le chef du gouvernement Saad Eddine Elotmani l'a bien souligné. "Sortir du confinement est plus difficile que d'y entrer. Le confinement est une épreuve, certes, mais cela nous a permis des acquis, dont la maîtrise de la propagation." 

Tous les experts conseillent et recommandent une stratégie qui allie reprise des activités économiques et maintien de mesures de contrôle, pour maintenir un taux bas de reproduction du virus.

Et c'est justement ce que le Maroc est en train d'opérer depuis ce mardi 26 mai, encouragé certainement par des indicateurs évoluant dans le bon sens. Les indicateurs décisifs pour une levée du confinement sont : 

- Un taux de létalité inférieur à 3% : c'est le cas depuis plusieurs jours.

- Un taux de cas graves ou critiques inférieur à 10% : Actuellement, il est de 1% au Maroc. 

- Un taux d'utilisation des moyens de réanimation inférieur à 30% : Il est de 4% au Maroc.

- Un taux de reproduction inférieur à 1 pendant deux semaines au moins : C'est le seul indicateur qui n'est pas toujours stabilisé, sachant qu'il y a des disparités importantes entre les régions. 

Les décisions d'assouplissement du confinement se succèdent 

Ce 28 mai, deux décisions majeures ont été annoncées officiellement appuyant l'hypothèse qu'il n'y aura pas une autre prolongation du confinement au-delà du 10 juin. 

La première est l'autorisation accordée aux cafés et restaurants pour reprendre leur activité pour les services à emporter et livraison à domicile.

La deuxième est l'annonce faite par l'ONCF au sujet de la reprise progressive du trafic ferroviaire à partir du 1er juin.

Cette dernière annonce fait écho à une autre décision des autorités publiques annoncée le 26 mai. Le ministère de l'Intérieur a précisé que les déplacements entre les villes étaient autorisés sur présentation uniquement d'ordres de mission, dûment signés par les employeurs et que cela dispensait les employés de tout autre document. 

Mais d'autres annonces ou décisions qui ont eu lieu ces derniers jours, versent toutes dans ce sens comme l'autorisation accordée par le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports Othmane El Ferdaous à la presse écrite pour la reprise de l'impression et la diffusion de leurs éditions à partir du 26 mai en respectant les mesures sanitaires. Dans le sillage de cette reprise, les kiosques et les librairies ont également ont été autorisés à reprendre. 

Par ailleurs, les commerces sont également autorisés à reprendre leurs activités commerciales. Cela dit, cette autorisation n'a pas fait l'objet d'une annonce officielle des pouvoirs publics. Elle est laissée à la discrétion des représentants des autorités locales qui contactent les commerces dans leur juridiction pour les informer qu'ils peuvent reprendre s'ils le souhaitent.

En plus de cela, bon nombre d'entreprises, notamment industrielles, ont repris ou se préparent à accueillir de nouveau les salariés ou une partie dans les sièges. 

Même l'ONDA est en train de préparer la réouverture des aéroports. Les préparatifs ont déjà commencé à l'aéroport Mohammed V, avec notamment l'installation de stickers de distanciation, même si la date de reprise du trafic aérien n'est toujours pas fixée.

Voici une vidéo de Moulay Hafid Elalamy, diffusée ce jeudi 28 mai dans la soirée, expliquant la reprise progressive des activités économiques :

Aucun plan de déconfinement officiel n'est annoncé

Ces décisions et annonces, qu'elles soient officielles ou officieuses, sont annonciatrices d'une reprise de l'activité économique, d'un assouplissement des conditions de confinement, mais non d'un déconfinement à proprement dit. 

Est-ce qu'elles font partie du plan de déconfinement du gouvernement ? On ne saura le dire, d'autant plus que le chef du gouvernement et le CVE n'ont pas encore annoncé ce plan tant attendu. 

Si la date du 10 juin semble actée, sauf surprise, d'autres questions restent en suspens. Quelle stratégie de déconfinement le Maroc adoptera-t-il ? Optera-t-on pour la stratégie du « stop-and-go » ? En d'autres termes, alterner entre des périodes de confinement général et des périodes de retour à la « normale » général. Ou ira-t-on vers un déconfinement régional ? Dans ce cas de figure, le cas de la région de Casablanca sera problématique. Le cœur de l'économie marocaine est le plus touché par l'épidémie. Sera-t-il traité de la même façon que d'autres régions qui ne comptent plus de cas actifs ou de nouveaux cas depuis plusieurs jours ?

En tout cas, on semble prendre le chemin inverse de celui que nous avons mené pour entrer en confinement. Il est utile de rappeler les décisions prises depuis la déclaration du premier cas confirmé au covid-19 le 2 mars dernier pour voir le chemin parcouru durant ces 70 jours de confinement : 

- 02 mars : Enregistrement du 1er cas.

- 03 mars : Enregistrement du 2ème cas - interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes.

- 09 mars : Suspension des vols Maroc - Italie

- 10 mars : Suspension des liaisons maritimes Maroc - Italie

- 11 mars : Création du comité de veille économique Covid-19

- 13 mars : Suspension des cours dans les établissements scolaires et universitaires

- 14 mars : Interdiction des rassemblements publics de plus de 50 personnes

- 15 mars : Suspension de tous les vols internationaux

- 16 mars : Fermeture des espaces publics (cafés, restaurants, cinémas, salles de sport, mosquées...)

- 17 mars : Réduction de la capacité des moyens de transport à 50% 

- 20 mars : Déclaration de l'état d'urgence sanitaire - confinement

- 21 mars : Interdiction des déplacements entre les villes (exception pour l'approvisionnement)

- 22 mars : Suspension de la distribution de la presse papier

- 07 avril : Instauration du port obligatoire des masques

- 18 avril : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au 20 mai

- 23 avril : Interdiction des déplacements nocturnes entre 19h et 05h (Ramadan)

- 19 mai : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au 10 juin

A lire aussi


Communication financière

Aluminium du Maroc : Communiqué de presse suivant la réunion du Conseil d’Administration, réuni le 29 Juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.