Le Maroc risque de suspendre de nouvelles liaisons aériennes à cause des variants

L'hypothèse est largement évoquée dans le milieu médical. Avec le variant anglais qui gagne du terrain à l'étranger, notamment en Europe, le Maroc risque de suspendre ses liaisons aériennes avec tous les pays concernés pour préserver sa situation sanitaire positive.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/23-02-2021/AER11.jpg-oui
Le Maroc risque de suspendre de nouvelles liaisons aériennes à cause des variants

Le 23 février 2021 à 19:33

Modifié le 24 février 2021 à 12:22

Les récentes décisions relatives à la suspension des liaisons aériennes entre le Maroc et 4 nouveaux pays, en plus des 7 autres précédemment annoncées, rappellent les premières mesures appliquées au Maroc en mars 2020, suite à l’apparition du Covid-19 dans le territoire. 

Depuis l'apparition du variant anglais, le Royaume a suspendu les liaisons aériennes avec 11 pays jusqu'à maintenant, sans oublier que la France et le Portugal ont interdit les déplacements non impérieux depuis et vers l’étranger et que les liaisons maritimes avec l’Italie ont également été suspendues le 3 février 2021. 

Justifiées par la forte propagation du variant anglais à l’étranger, ces décisions de suspendre les liaisons aériennes laissent penser qu’une fermeture totale des frontières, ou en tous les cas une suspension d'une grande partie des liaisons aériennes, voire toutes, n'est pas impossible. En tous les cas, cette hypothèse est largement évoquée dans le milieu médical concerné par la lutte anti-Covid qui pense à tous les pays où le variant anglais représente un vecteur important de contamination. La suspension des liaisons aériennes à partir des pays de forte présence du variant anglais, le temps que la campagne de vaccination progresse davantage, semble le seul moyen d'éviter un confinement total au Maroc.

Séquençages génomiques, protocole renforcé et suspensions de vols : Le Maroc se protège contre les variants

Jointe par Médias24, une source médicale bien informée explique que “le Maroc s’achemine vers une fermeture des frontières, comme l’année dernière. La situation sanitaire actuelle est en amélioration au Maroc, nous ne devons pas laisser les variants du virus arriver en masse et casser cette dynamique positive”, nous indique-t-on.  

La propagation de plusieurs variants du Coronavirus, aussi virulents et inquiétants les uns que les autres, a poussé plusieurs pays à mettre en place des restrictions, parfois très strictes, allant jusqu’au confinement général. 

Pour éviter d’en arriver là, mais aussi pour préserver les acquis en termes de vaccination, d’allégement du système de santé et de reprise des activités économiques (malgré le couvre-feu et les restrictions de déplacement), il est nécessaire de se protéger contre les nouvelles souches à travers une surveillance génomique, déjà mise en place, ainsi qu’une éventuelle fermeture des frontières qui a de fortes chances d'être concrétisée. 

Activé depuis avril 2020, le plan national de surveillance génomique a été renforcé suite à l'apparition de nouvelles souches du virus à l'étranger. Ce protocole permet de détecter et de suivre les mutations prioritaires du virus et de procéder au séquençage génomique, systématiquement réalisés sur les prélèvements effectués sur les voyageurs internationaux. 

De plus, le ministère de la Santé a annoncé, à la mi-février, la constitution d'un consortium de laboratoires chargé d'identifier les variants de SARS-CoV2 circulant au Maroc et de les caractériser par séquençage génomique. 

Toujours dans la même optique, le gouvernement a une nouvelle fois reconduit, lundi 15 février et pour une durée de 15 jours, les restrictions de déplacement et de rassemblement. Parmi elles, un couvre-feu de 21h à 6h.   

Le variant anglais gagne du terrain en France

Si le Maroc ne compte “que” 24 cas du variant anglais, tous venus de France, la situation à l’étranger est beaucoup plus inquiétante et nous sert d’exemple à éviter. 

En effet, la circulation du variant britannique s’intensifie à l’étranger, notamment en France où il constitue 36% des cas positifs, selon les chiffres du 18 février. 

Pis, “il y a certaines zones où le variant détecté en Grande-Bretagne a quasiment remplacé la souche initiale du Covid-19. C’est le cas par exemple à Dunkerque où le taux du variant britannique est à 72% et où l’incidence, en hausse régulière, dépasse les 600 cas pour 100.000 habitants par semaine”, rapporte BFM Tv

Selon la même source, le variant anglais ne représentait, aux dates des 7 et 8 janvier 2021, que 3,3% des cas positifs. Il s’agit d’un bond inquiétant qui confirme la force de propagation de ce variant, puisqu'il est 70% plus rapide que la souche initiale. C’est pourquoi la France avait instauré un couvre-feu de 20h à 06h en décembre dernier et l'a avancé à 18h en janvier.  

Carte interactive sur les mesures de restrictions en Europe à consulter ici , à date du 23/02/2021

L'Allemagne, l’un des pays avec lesquels le Maroc a suspendu ses liaisons aériennes, est toujours confinée et le restera jusqu'au 7 mars. La proportion du variant britannique (B.1.1.7), dit "variant du Kent", dans les échantillons de tests positifs examinés dans le pays, est passée de moins de 6% à plus de 22% en deux semaines

Également confiné, le Royaume-Uni, où le variant est apparu pour la première fois, vient à peine de dévoiler un plan de déconfinement progressif. Selon ce dernier, la réouverture des écoles aura lieu le 8 mars, mais la reprise des services en salle pour les cafés et restaurants n’est prévue que pour mi-mai

Le confinement général, instauré le 4 janvier dans le pays, a permis d’améliorer la situation sanitaire, même si le "variant du Kent" est toujours présent, et que d’autres ont été identifiés à Liverpool, Bristol et Essex. "Certains d’entre eux présentent la même modification génétique, plus résistante aux vaccins que le variant sud-africain, lui aussi présent dans le pays", rapporte Le Monde.

Le Maroc risque de suspendre de nouvelles liaisons aériennes à cause des variants

Le 23 février 2021 à19:38

Modifié le 24 février 2021 à 12:22

L'hypothèse est largement évoquée dans le milieu médical. Avec le variant anglais qui gagne du terrain à l'étranger, notamment en Europe, le Maroc risque de suspendre ses liaisons aériennes avec tous les pays concernés pour préserver sa situation sanitaire positive.

com_redaction-96

Les récentes décisions relatives à la suspension des liaisons aériennes entre le Maroc et 4 nouveaux pays, en plus des 7 autres précédemment annoncées, rappellent les premières mesures appliquées au Maroc en mars 2020, suite à l’apparition du Covid-19 dans le territoire. 

Depuis l'apparition du variant anglais, le Royaume a suspendu les liaisons aériennes avec 11 pays jusqu'à maintenant, sans oublier que la France et le Portugal ont interdit les déplacements non impérieux depuis et vers l’étranger et que les liaisons maritimes avec l’Italie ont également été suspendues le 3 février 2021. 

Justifiées par la forte propagation du variant anglais à l’étranger, ces décisions de suspendre les liaisons aériennes laissent penser qu’une fermeture totale des frontières, ou en tous les cas une suspension d'une grande partie des liaisons aériennes, voire toutes, n'est pas impossible. En tous les cas, cette hypothèse est largement évoquée dans le milieu médical concerné par la lutte anti-Covid qui pense à tous les pays où le variant anglais représente un vecteur important de contamination. La suspension des liaisons aériennes à partir des pays de forte présence du variant anglais, le temps que la campagne de vaccination progresse davantage, semble le seul moyen d'éviter un confinement total au Maroc.

Séquençages génomiques, protocole renforcé et suspensions de vols : Le Maroc se protège contre les variants

Jointe par Médias24, une source médicale bien informée explique que “le Maroc s’achemine vers une fermeture des frontières, comme l’année dernière. La situation sanitaire actuelle est en amélioration au Maroc, nous ne devons pas laisser les variants du virus arriver en masse et casser cette dynamique positive”, nous indique-t-on.  

La propagation de plusieurs variants du Coronavirus, aussi virulents et inquiétants les uns que les autres, a poussé plusieurs pays à mettre en place des restrictions, parfois très strictes, allant jusqu’au confinement général. 

Pour éviter d’en arriver là, mais aussi pour préserver les acquis en termes de vaccination, d’allégement du système de santé et de reprise des activités économiques (malgré le couvre-feu et les restrictions de déplacement), il est nécessaire de se protéger contre les nouvelles souches à travers une surveillance génomique, déjà mise en place, ainsi qu’une éventuelle fermeture des frontières qui a de fortes chances d'être concrétisée. 

Activé depuis avril 2020, le plan national de surveillance génomique a été renforcé suite à l'apparition de nouvelles souches du virus à l'étranger. Ce protocole permet de détecter et de suivre les mutations prioritaires du virus et de procéder au séquençage génomique, systématiquement réalisés sur les prélèvements effectués sur les voyageurs internationaux. 

De plus, le ministère de la Santé a annoncé, à la mi-février, la constitution d'un consortium de laboratoires chargé d'identifier les variants de SARS-CoV2 circulant au Maroc et de les caractériser par séquençage génomique. 

Toujours dans la même optique, le gouvernement a une nouvelle fois reconduit, lundi 15 février et pour une durée de 15 jours, les restrictions de déplacement et de rassemblement. Parmi elles, un couvre-feu de 21h à 6h.   

Le variant anglais gagne du terrain en France

Si le Maroc ne compte “que” 24 cas du variant anglais, tous venus de France, la situation à l’étranger est beaucoup plus inquiétante et nous sert d’exemple à éviter. 

En effet, la circulation du variant britannique s’intensifie à l’étranger, notamment en France où il constitue 36% des cas positifs, selon les chiffres du 18 février. 

Pis, “il y a certaines zones où le variant détecté en Grande-Bretagne a quasiment remplacé la souche initiale du Covid-19. C’est le cas par exemple à Dunkerque où le taux du variant britannique est à 72% et où l’incidence, en hausse régulière, dépasse les 600 cas pour 100.000 habitants par semaine”, rapporte BFM Tv

Selon la même source, le variant anglais ne représentait, aux dates des 7 et 8 janvier 2021, que 3,3% des cas positifs. Il s’agit d’un bond inquiétant qui confirme la force de propagation de ce variant, puisqu'il est 70% plus rapide que la souche initiale. C’est pourquoi la France avait instauré un couvre-feu de 20h à 06h en décembre dernier et l'a avancé à 18h en janvier.  

Carte interactive sur les mesures de restrictions en Europe à consulter ici , à date du 23/02/2021

L'Allemagne, l’un des pays avec lesquels le Maroc a suspendu ses liaisons aériennes, est toujours confinée et le restera jusqu'au 7 mars. La proportion du variant britannique (B.1.1.7), dit "variant du Kent", dans les échantillons de tests positifs examinés dans le pays, est passée de moins de 6% à plus de 22% en deux semaines

Également confiné, le Royaume-Uni, où le variant est apparu pour la première fois, vient à peine de dévoiler un plan de déconfinement progressif. Selon ce dernier, la réouverture des écoles aura lieu le 8 mars, mais la reprise des services en salle pour les cafés et restaurants n’est prévue que pour mi-mai

Le confinement général, instauré le 4 janvier dans le pays, a permis d’améliorer la situation sanitaire, même si le "variant du Kent" est toujours présent, et que d’autres ont été identifiés à Liverpool, Bristol et Essex. "Certains d’entre eux présentent la même modification génétique, plus résistante aux vaccins que le variant sud-africain, lui aussi présent dans le pays", rapporte Le Monde.

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

IMMOLOG : Indicateurs du 4ème trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.