Les Marocains rapatriés pourront désormais être confinés à domicile

C’est un changement majeur apporté par une circulaire du ministre de la Santé Khalid Ait Taleb datée du 6 juillet, adressée aux directeurs régionaux de la santé (circulaire 50 DELM/00) et au Conseil de l’ordre national des médecins (circulaire 51 DELM/00).

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/07-07-2020/rapatriementmarocainsdespagneMAP0.jpg-oui
Les Marocains rapatriés pourront désormais être confinés à domicile Arrivée d'un groupe de Marocains rapatriés d'Espagne. (Photo MAP)

Le 07 juillet 2020 à 10:46

Modifié le 07 juillet 2020 à 19:06

Le contenu des deux circulaires est d’ailleurs identique. Seul le destinataire change.

La circulaire est une mise à jour que la Santé publique réalise périodiquement au vu de l’évolution des connaissances et des recommandations de l’OMS. Les changements effectués par rapport aux précédentes circulaires, en particulier la 38 DELM du 20 mai, ont été décidés par la commission marocaine scientifique et technique dédiée au Covid-19 et qui s’était réunie quelques jours auparavant.

Depuis le 20 mai, les cas contact sont confinés à domicile

Pour ce qui concerne les cas contacts, aucun changement important n’est apporté. Depuis le 20 mai, les cas contacts (à haut risque ou pas), sont invités à s’isoler chez eux pendant 14 jours, avec un test de dépistage le 1er jour et le 7e jour. Jusqu’au 20 mai, ils étaient placés dans des structures dédiés (circulaire 29 DELM du 5 avril). Donc, pour les cas contacts, la circulaire décrit les investigations avec beaucoup de détails, la surveillance, les recommandations.

Le changement majeur se situe au niveau de la conduite à tenir à l’arrivée des Marocains bloqués à l’étranger, nous explique Dr Abdelkrim Meziane Bellefquih, chef de division des maladies transmissibles au ministère de la Santé publique :

-auparavant, le jour de l’arrivée, chaque individu subissait un test PCR. Si le test est positif, hospitalisation. S’il est négatif, confinement obligatoire dans une structure dédiée du type hôtel. Un deuxième test est effectué le 9e jour. Si le résultat est négatif, la personne est invitée à effectuer 5 jours supplémentaires de confinement volontaire chez elle. SI le test est positif, c’est l’hospitalisation.

Cette conduite à tenir a changé, nous explique notre interlocuteur. Voici ce qui est désormais appliqué :

-A l’arrivée des groupes de Marocains rapatriés, il y a un test PCR, un questionnaire et un examen clinique.

               *si le test est positif : hospitalisation.

               * si le test est négatif sans aucun signe clinique : isolement volontaire à son domicile pendant 14 jours en refaisant le PCR pendant cet auto-isolement. On demande à l’intéressé une déclaration sur l’honneur ainsi que le téléchargement et l’activation de l’application Wyqaytna.

               *si le test est négatif mais qu’il y a des signes cliniques susceptibles d’évoquer la maladie ou une notion de contact étroit avec des malades, confinement 7 jours (au lieu de 9) dans une structure dédiée au bout desquels on refait le test PCR. SI ce test est positif : hospitalisation. S’il est négatif, auto-isolement chez soi pendant 7 jours supplémentaires.

Hausse attendue des guérisons

Est-ce que cette évolution, validée par des éléments scientifiques, est susceptible d’encourager les rapatriements ? “Oui“, répond Dr Meziane Belefquih.

Devant la hausse du nombre de cas actifs, est-ce que le ministère de la Santé n’a pas envisagé l’hospitalisation à domicile ?

Notre interlocuteur explique que cette option n’est pas à l’ordre du jour. Elle introduit en effet une inégalité entre les malades en fonction de leurs moyens matériels : tous n’ont pas une chambre individuelle ni des salles de bains individuelles et tous ne peuvent pas, pour des raisons matérielles, respecter scrupuleusement les mesures de précaution à domicile.

Alors comment fait-on pour gérer la hausse actuelle des cas actifs? Dr Meziane Bellefquih répond en deux points :

1. Le Maroc est en train de créer de nouvelles structures comme les hôpitaux de campagne de Sidi Yahya ou Benslimane.

2. Le nombre de guérisons augmente depuis le lundi 6 juillet et c’était attendu. Cette hausse va se poursuivre au fur et à mesure que les périodes de 9 jours s'écouleront depuis l’apparition des clusters professionnels.

Ci-dessus: fac-similés de la circulaire du 20 mai qui avait instauré l'isolement à domicile pour les cas contacts.

Ci-dessous, fac similés de la circulaire du 6 juillet qui a instauré le confinement à domicile

pour une grande partie des Marocains rapatriés de l'étranger

Arrivée d'un groupe de Marocains rapatriés d'Espagne.

Les Marocains rapatriés pourront désormais être confinés à domicile

Le 07 juillet 2020 à10:47

Modifié le 07 juillet 2020 à 19:06

C’est un changement majeur apporté par une circulaire du ministre de la Santé Khalid Ait Taleb datée du 6 juillet, adressée aux directeurs régionaux de la santé (circulaire 50 DELM/00) et au Conseil de l’ordre national des médecins (circulaire 51 DELM/00).

Le contenu des deux circulaires est d’ailleurs identique. Seul le destinataire change.

La circulaire est une mise à jour que la Santé publique réalise périodiquement au vu de l’évolution des connaissances et des recommandations de l’OMS. Les changements effectués par rapport aux précédentes circulaires, en particulier la 38 DELM du 20 mai, ont été décidés par la commission marocaine scientifique et technique dédiée au Covid-19 et qui s’était réunie quelques jours auparavant.

Depuis le 20 mai, les cas contact sont confinés à domicile

Pour ce qui concerne les cas contacts, aucun changement important n’est apporté. Depuis le 20 mai, les cas contacts (à haut risque ou pas), sont invités à s’isoler chez eux pendant 14 jours, avec un test de dépistage le 1er jour et le 7e jour. Jusqu’au 20 mai, ils étaient placés dans des structures dédiés (circulaire 29 DELM du 5 avril). Donc, pour les cas contacts, la circulaire décrit les investigations avec beaucoup de détails, la surveillance, les recommandations.

Le changement majeur se situe au niveau de la conduite à tenir à l’arrivée des Marocains bloqués à l’étranger, nous explique Dr Abdelkrim Meziane Bellefquih, chef de division des maladies transmissibles au ministère de la Santé publique :

-auparavant, le jour de l’arrivée, chaque individu subissait un test PCR. Si le test est positif, hospitalisation. S’il est négatif, confinement obligatoire dans une structure dédiée du type hôtel. Un deuxième test est effectué le 9e jour. Si le résultat est négatif, la personne est invitée à effectuer 5 jours supplémentaires de confinement volontaire chez elle. SI le test est positif, c’est l’hospitalisation.

Cette conduite à tenir a changé, nous explique notre interlocuteur. Voici ce qui est désormais appliqué :

-A l’arrivée des groupes de Marocains rapatriés, il y a un test PCR, un questionnaire et un examen clinique.

               *si le test est positif : hospitalisation.

               * si le test est négatif sans aucun signe clinique : isolement volontaire à son domicile pendant 14 jours en refaisant le PCR pendant cet auto-isolement. On demande à l’intéressé une déclaration sur l’honneur ainsi que le téléchargement et l’activation de l’application Wyqaytna.

               *si le test est négatif mais qu’il y a des signes cliniques susceptibles d’évoquer la maladie ou une notion de contact étroit avec des malades, confinement 7 jours (au lieu de 9) dans une structure dédiée au bout desquels on refait le test PCR. SI ce test est positif : hospitalisation. S’il est négatif, auto-isolement chez soi pendant 7 jours supplémentaires.

Hausse attendue des guérisons

Est-ce que cette évolution, validée par des éléments scientifiques, est susceptible d’encourager les rapatriements ? “Oui“, répond Dr Meziane Belefquih.

Devant la hausse du nombre de cas actifs, est-ce que le ministère de la Santé n’a pas envisagé l’hospitalisation à domicile ?

Notre interlocuteur explique que cette option n’est pas à l’ordre du jour. Elle introduit en effet une inégalité entre les malades en fonction de leurs moyens matériels : tous n’ont pas une chambre individuelle ni des salles de bains individuelles et tous ne peuvent pas, pour des raisons matérielles, respecter scrupuleusement les mesures de précaution à domicile.

Alors comment fait-on pour gérer la hausse actuelle des cas actifs? Dr Meziane Bellefquih répond en deux points :

1. Le Maroc est en train de créer de nouvelles structures comme les hôpitaux de campagne de Sidi Yahya ou Benslimane.

2. Le nombre de guérisons augmente depuis le lundi 6 juillet et c’était attendu. Cette hausse va se poursuivre au fur et à mesure que les périodes de 9 jours s'écouleront depuis l’apparition des clusters professionnels.

Ci-dessus: fac-similés de la circulaire du 20 mai qui avait instauré l'isolement à domicile pour les cas contacts.

Ci-dessous, fac similés de la circulaire du 6 juillet qui a instauré le confinement à domicile

pour une grande partie des Marocains rapatriés de l'étranger

A lire aussi


Communication financière

LafargeHolcim Maroc : Communication semestrielle 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.