Nouvelle CNIE : la polémique sur l'intégration de l'Amazigh portée au Parlement

Le projet de loi 04.20 sur la nouvelle CNIE sera examiné mercredi 17 juin en commission de l'intérieur à la Chambre des représentants. Le texte suscite une polémique autour de l'absence de l'amazigh dans la nouvelle CNIE.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/16-06-2020/CNIE20200.jpg-oui
Nouvelle CNIE : la polémique sur l'intégration de l'Amazigh portée au Parlement

Le 16 juin 2020 à 19:03

Modifié le 16 juin 2020 à 19:06

Déposé le 3 juin à la Chambre des représentants par le ministère de l’Intérieur, le projet de loi 04.20 relatif à la carte nationale d’identité électronique, sera examiné ce mercredi 17 juin, lors d’une réunion de la commission de l’intérieur.

Parmi les points à discuter durant cette réunion, un fait déjà polémique: l'absence de la langue amazighe dans le projet de loi 04.20.

Dans sa version déposée au Parlement, le texte prévoit que la nouvelle version de la CNIE comportera les informations du citoyen marocain en langue arabe et caractères latins. La langue amazighe n’est pas prévue par le projet de loi.

Cette omission a suscité quelques réactions, notamment au sein du Parlement.

Intégration de l'amazigh: ce que dit la loi

Ibtissame Azzaoui, parlementaire du PAM, prévoit d'interpeller le ministre de l'Intérieur lors de la réunion prévue ce mercredi 17 juin.

Jointe par Médias24, la députée estime que "tout dépendra de la volonté politique des groupes parlementaires".

"En théorie, il ne devrait pas y avoir de blocage mais plutôt un consensus pour que cette nouvelle version de la carte nationale d’identité tienne compte et affiche les informations en langue amazighe, ou a minima, qu'elle présente un certain nombre d’informations en cette langue, ne serait-ce que les titres", ajoute la même source.

La loi organique 26-16, relative aux étapes de la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe et les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les différents secteurs prioritaires de la vie public, prévoit dans son article 21, que la carte nationale d’identité entre autres documents officiels, doit être rédigée en langue amazighe, à côté de la langue arabe.

Cela dit, l'article 31 de la loi organique 26-16 prévoit l'application de l'article 21 sur une échéance de 10 ans, à compter de la publication du texte au Bulletin Officiel, soit jusqu'en 2029. 

En attendant que cette question soit tranchée, ou au moins discutée, il convient de rappeler ce que prévoit le projet de loi 04.20.

Nouvelle CNIE: sécurité maximale

Ultra sécurisée, la nouvelle version de la CNIE sera dotée d’une bande chiffrée et protégée par un code PIN. 

Tout citoyen marocain âgé de 16 ans minimum peut l'obtenir à sa demande. Elle peut, toutefois, être délivrée au mineur de moins de 16 ans sur demande du tuteur légal. 

Parmi ses nouveautés: la lecture électronique, qui nécessite un appareil adéquat. 

Grâce à la carte nationale d'identité électronique, le citoyen marocain n'aura plus besoin de présenter d'acte de naissance, de certificat de résidence, de certificat de vie ou de certificat de nationalité. C'est là son principal apport. 

La nouvelle version de la CNIE permettra d'accélérer la digitalisation de l'administration mais aussi de simplifier et de digitaliser les démarches administratives.

Pour rappel, les citoyens ne seront pas obligés de demander la nouvelle version à moins qu'il soit nécessaire de renouveler sa carte en cas de perte, après expiration de la période de validité, ou bien pour opérer des modifications (de nom, lieu de résidence etc.).

Nouvelle CNIE : la polémique sur l'intégration de l'Amazigh portée au Parlement

Le 16 juin 2020 à19:06

Modifié le 16 juin 2020 à 19:06

Le projet de loi 04.20 sur la nouvelle CNIE sera examiné mercredi 17 juin en commission de l'intérieur à la Chambre des représentants. Le texte suscite une polémique autour de l'absence de l'amazigh dans la nouvelle CNIE.

Déposé le 3 juin à la Chambre des représentants par le ministère de l’Intérieur, le projet de loi 04.20 relatif à la carte nationale d’identité électronique, sera examiné ce mercredi 17 juin, lors d’une réunion de la commission de l’intérieur.

Parmi les points à discuter durant cette réunion, un fait déjà polémique: l'absence de la langue amazighe dans le projet de loi 04.20.

Dans sa version déposée au Parlement, le texte prévoit que la nouvelle version de la CNIE comportera les informations du citoyen marocain en langue arabe et caractères latins. La langue amazighe n’est pas prévue par le projet de loi.

Cette omission a suscité quelques réactions, notamment au sein du Parlement.

Intégration de l'amazigh: ce que dit la loi

Ibtissame Azzaoui, parlementaire du PAM, prévoit d'interpeller le ministre de l'Intérieur lors de la réunion prévue ce mercredi 17 juin.

Jointe par Médias24, la députée estime que "tout dépendra de la volonté politique des groupes parlementaires".

"En théorie, il ne devrait pas y avoir de blocage mais plutôt un consensus pour que cette nouvelle version de la carte nationale d’identité tienne compte et affiche les informations en langue amazighe, ou a minima, qu'elle présente un certain nombre d’informations en cette langue, ne serait-ce que les titres", ajoute la même source.

La loi organique 26-16, relative aux étapes de la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe et les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les différents secteurs prioritaires de la vie public, prévoit dans son article 21, que la carte nationale d’identité entre autres documents officiels, doit être rédigée en langue amazighe, à côté de la langue arabe.

Cela dit, l'article 31 de la loi organique 26-16 prévoit l'application de l'article 21 sur une échéance de 10 ans, à compter de la publication du texte au Bulletin Officiel, soit jusqu'en 2029. 

En attendant que cette question soit tranchée, ou au moins discutée, il convient de rappeler ce que prévoit le projet de loi 04.20.

Nouvelle CNIE: sécurité maximale

Ultra sécurisée, la nouvelle version de la CNIE sera dotée d’une bande chiffrée et protégée par un code PIN. 

Tout citoyen marocain âgé de 16 ans minimum peut l'obtenir à sa demande. Elle peut, toutefois, être délivrée au mineur de moins de 16 ans sur demande du tuteur légal. 

Parmi ses nouveautés: la lecture électronique, qui nécessite un appareil adéquat. 

Grâce à la carte nationale d'identité électronique, le citoyen marocain n'aura plus besoin de présenter d'acte de naissance, de certificat de résidence, de certificat de vie ou de certificat de nationalité. C'est là son principal apport. 

La nouvelle version de la CNIE permettra d'accélérer la digitalisation de l'administration mais aussi de simplifier et de digitaliser les démarches administratives.

Pour rappel, les citoyens ne seront pas obligés de demander la nouvelle version à moins qu'il soit nécessaire de renouveler sa carte en cas de perte, après expiration de la période de validité, ou bien pour opérer des modifications (de nom, lieu de résidence etc.).

A lire aussi


Communication financière

SONASID : Effets de la crise sanitaire sur les résultats du 1er semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.