Dossier Cet article est issu du dossier «Spécial SIAM 2019» Voir tout le sommaire

Plan Maroc Vert : Les réalisations par filière agricole

Durant la période 2008-2018, 19 contrats programmes ont été signés au total entre le gouvernement et les organisations interprofessionnelles pour la majorité des filières de production. L’investissement global pour la mise en œuvre des dispositions des différents contrats programmes est évalué à près de 166,3 milliards de dirhams. Les contrats programmes actés concernent 14 filières végétales et 5 filières animales. Le point sur les réalisations des principales filières agricoles.

Plan Maroc Vert : Les réalisations par filière agricole

Le 15 avril 2019 à 12:26

Modifié le 15 avril 2019 à 18:51

L’approche « Filières » a été dès le lancement du Plan Maroc Vert un choix stratégique pour le développement du secteur agricole. Cette vision s’est concrétisée par la mise en place d’un cadre contractuel et de partenariat avec les organisations professionnelles. L’objectif visé est la modernisation et le développement des filières de production, à travers l'intégration des différents maillons de la chaîne de valeur en vue d'améliorer la productivité et la qualité.

C’est ainsi que 19 contrats programmes ont été signés durant la période 2008-2018, entre le gouvernement et les organisations interprofessionnelles, pour la majorité des filières de production. Ces contrats programmes fixent les objectifs à atteindre en matières de superficies de plantations, d’effectif du cheptel, d’économie d’eau, d’augmentation de la production, de mise à niveau de l’outil de valorisation et d’amélioration des conditions de commercialisation, tout en précisant les engagements de chacune des deux parties signataires.

19 filières agricoles

L’investissement global pour la mise en œuvre des dispositions des différents contrats programmes est évalué à près de 166,3 milliards de dirhams, dont 45,5 milliards de dirhams pris en charge par l’Etat (soit près de 27%).

À ce jour, ce sont 14 filières végétales qui ont eu leur contrat programme (agrumes, arboriculture fruitière, olivier, palmier dattier, arganier, maraîchage de primeurs, céréales, semences, cultures sucrières, cultures oléagineuses, agriculture biologique, riz, rose à parfum et safran) et 5 filières animales (viandes rouges, lait, aviculture, apiculture, filière cameline).

Pour la mise en œuvre de ces contrats programmes, les interprofessions agricoles ont un rôle important à jouer, ce qui nécessite le renforcement de leurs capacités d’intervention afin qu’elles puissent porter les projets de développement de leurs filières et réaliser ainsi les objectifs fixés par les contrats programmes. C’est pour cette raison qu’une loi sur les interprofessions agricole et halieutique (Loi 03-12) qui régit la création et le financement de ces interprofessions a été mise en place. Depuis l’entrée en vigueur de cette loi, 14 interprofessions ont été reconnues représentant les filières sucrière, agrumicole, oléicole, rizicole, semencière, oléagineuse, biologique, arboricole, safran, argane, apicole, viandes rouges, lait et avicole.

Voici les réalisations des principales filières :

Filière oléicole. Production record de 2 millions de tonnes en 2018/2019

La superficie oléicole s’élève aujourd’hui à 1.073.000 ha contre 773.000 ha en 2009, année de signature du contrat programme, soit une hausse de 39 %. En tonnage moyen, la production en olives ressort à 1,53 million de tonnes durant la période 2016-2018, contre 863.000 tonnes en 2009. La campagne agricole 2018/2019 a été marquée par une production record de 2 millions de tonnes. Pour sa part, la production d’huile d’olive a été, en moyenne, de 150.000 tonnes par an lors de la période 2016-2018 contre 85.000 tonnes en 2009. 

Filière sucrière. Un taux de couverture des besoins de 47%

La production de la filière sucrière est estimée à 555.000 tonnes en 2018 contre 360.000 tonnes en 2013, année de signature du contrat programme. Il s’agit là d’une hausse de 54%. Le taux de couverture des besoins nationaux en sucre s’élève, pour sa part, à 47% en 2018 contre 29% seulement en 2013.

Filière agrumicole. Des réalisations qui dépassent les objectifs 

La superficie du verger agrumicole s’élève à 128.000 ha actuellement (2018), soit un dépassement de 22% par rapport à l’objectif 2018 qui est de 105.000 ha. En tonnage moyen, la production est de 2,44 millions de tonnes actuellement contre 1,3 million de tonnes en 2008 (année de la signature du contrat programme). La hausse de production enregistrée entre 2018 et 2008 est de 88%. La production prévisionnelle pour la campagne 2018/2019 serait un record avec 2,62 millions de tonnes.

Filière maraîchère. La clé est dans la diversification des produits à l’export

Pour période 2015-2017, la production moyenne de maraîchage a été de 7,3 millions de tonnes, dont 2 millions de tonnes  de maraîchage de primeurs  (2015-2017). Ces réalisations sont à comparer avec celles de la campagne de (2008/2009) puisque la production de maraîchage était de 6,7 millions de tonnes, dont 1,7 million de tonnes de maraîchage de primeurs. Pour l’année 2018, on table sur une production prévisionnelle record de primeurs de 2,3 millions de tonnes.

Les exportations des primeurs sont ressorties à 1.181.000 tonnes en 2017/2018 contre 750.000 tonnes seulement en 2008/2009 (année de signature du contrat programme). Il s’agit là d’une hausse de 57% (tomate, poivron, piment, courgette, haricot vert). L’embellie de la filière maraîchère s’explique par la diversification des produits à l’export, notamment, la tomate (tomate ronde, cerise, olivette, grappe, cocktail…) et le développement des exportations des fruits rouges (essentiellement la myrtille et la framboise).

Filière arboricole. Les exportations au beau fixe 

La superficie cultivée de la filière arboricole a été de 346.000 Ha en 2018 contre 265.000 ha en 2009. Pour sa part, la production s’est élevée à 1,7 million de tonnes en 2018 contre 884.000 tonnes en 2009. Les exportations ressortent, par ailleurs, à 21.000 tonnes dont 12.600 tonnes de fruits frais et séchés.

Filière céréalière. Un rendement en croissance de 37%

Durant la période 2010-2018, la filière céréalière a connu une amélioration des rendements de l’ordre de 37% par rapport à la moyenne enregistrée lors de la période 2005/2009 (16,5 qx/ha contre 12 qx/ha). À cela s’ajoute une amélioration de la production moyenne durant la période 2010-2018, qui est passée à 80 millions de qx contre 53 millions de qx comme moyenne enregistrée lors de la période 2000-2008. Pour sa part, le taux de couverture moyen des besoins intérieurs varie entre 50% et 70% depuis le lancement du PMV en 2008, à l’exception de la campagne agricole 2015/2016 qui a enregistré un taux faible ne dépassant pas les 40%. Les semences céréalières ont affiché, en 2018, des disponibilités de 2,2 millions de qx contre 750.000 qx en 2008 (année qui précède la signature du contrat programme). De son côté, le taux d’utilisation des semences certifiées ressort à 24% actuellement contre 11% en 2008, dont 35% pour le blé tendre.

Dattes. Un taux de réalisation de l’objectif de 2020 de 71%

Au titre de la période 2013-2017, la production moyenne est d’environ 114.000 tonnes contre 90.000 tonnes, la moyenne enregistrée au démarrage du contrat programme de la filière du palmier dattier. C’est l’équivalent de près de 71% de l’objectif fixé à l’horizon 2020 (160.000 tonnes). Quant à la campagne 2018/19, la production des dattes est évaluée à 104.000 tonnes.

Filière avicole. Un taux de couverture des besoins de 100% 

En 2018, la filière avicole a enregistré une production de 720.000 tonnes de viandes de volaille, soit 80% de l’objectif de 900.000 tonnes fixé à l’horizon 2020. En 2008, cette production n’était que de 490.000 tonnes. La production d’œufs de consommation est ressortie, pour sa part, à 6,6 milliards d’unités, soit 91,7% de l’objectif de 7,2 milliards d’unités, fixé à l’horizon 2020 (contre 3,7 milliards d’unités produites en 2008). La filière avicole affiche un taux de couverture des besoins en viandes blanches et en œufs de consommation est de 100%.

Filière lait. Des progrès sur toute la ligne

La production laitière s’est établie à 2,55 milliards de litres en 2017 contre 1,8 milliard de litres en 2008, soit 64% de l’objectif de 4 milliards de litres fixé à l’horizon 2020. Résultat, un taux de couverture de la demande du pays en lait et produits laitiers de 96 % contre 88% en 2008. La consommation en lait et dérivés a atteint, par ailleurs, 74 eq litres en 2017 contre 50 eq litres en 2008.

Filière viandes rouges. Une nette amélioration de la production 

La filière des viandes rouges a enregistré une production de 590.000 tonnes en 2017 contre 400.000 tonnes en 2008, soit 96% de l’objectif de 612.000 tonnes, fixé à l’horizon 2020. Ce niveau de production donne lieu à un taux de couverture des besoins en viandes rouges de l’ordre de 98 %. Au Maroc, la consommation en viandes rouges s’établit à 17 kg/habitant/an actuellement contre 11 kg/habitant/an en 2008.  

Filière apicole. Profession du niveau de consommation du miel à 250 g/hab/an

La production de miel a atteint 7.430 tonnes en 2018 contre 4.400 tonnes en 2008. Il est à noter que le niveau de consommation du miel s’est amélioré à 250 g/hab/an enregistré en 2018 contre 200 g/hab/an en 2008. Le taux de couverture des besoins en miel ressort à 63%.

Filière cameline. Hausse de la production de lait et de viandes

En 2017, la production de la filière cameline a atteint 13.975 tonnes de lait et 3.598 tonnes de viandes camelines contre 8.020 tonnes de lait et 1.930 tonnes de viandes en 2008.

Huile d’Argan. Une augmentation des exportations de 54%

En 2018, la production d’huile d’argan était de 3.635 tonnes, dont 1.119 tonnes exportées contre 726 tonnes seulement, enregistrées en 2011 (une augmentation de 54%).

Safran. La filière renforce ses niveaux de production 

La production de Safran s’est élevée à 6,8 tonnes contre 3,3 tonnes en 2011, soit 75% de l’objectif visé pour 2020 (9 tonnes).

Roses à parfum. Une branche agricole qui prend du galon

La filière des roses à parfum affiche une nette amélioration. La production a progressé en moyenne de 34% en passant de 2.505 tonnes lors de la période 2003-2007 à 3.350 tonnes pour la période 2015-2018.

Plan Maroc Vert : Les réalisations par filière agricole

Le 15 avril 2019 à11:48

Modifié le 15 avril 2019 à 18:51

Durant la période 2008-2018, 19 contrats programmes ont été signés au total entre le gouvernement et les organisations interprofessionnelles pour la majorité des filières de production. L’investissement global pour la mise en œuvre des dispositions des différents contrats programmes est évalué à près de 166,3 milliards de dirhams. Les contrats programmes actés concernent 14 filières végétales et 5 filières animales. Le point sur les réalisations des principales filières agricoles.

L’approche « Filières » a été dès le lancement du Plan Maroc Vert un choix stratégique pour le développement du secteur agricole. Cette vision s’est concrétisée par la mise en place d’un cadre contractuel et de partenariat avec les organisations professionnelles. L’objectif visé est la modernisation et le développement des filières de production, à travers l'intégration des différents maillons de la chaîne de valeur en vue d'améliorer la productivité et la qualité.

C’est ainsi que 19 contrats programmes ont été signés durant la période 2008-2018, entre le gouvernement et les organisations interprofessionnelles, pour la majorité des filières de production. Ces contrats programmes fixent les objectifs à atteindre en matières de superficies de plantations, d’effectif du cheptel, d’économie d’eau, d’augmentation de la production, de mise à niveau de l’outil de valorisation et d’amélioration des conditions de commercialisation, tout en précisant les engagements de chacune des deux parties signataires.

19 filières agricoles

L’investissement global pour la mise en œuvre des dispositions des différents contrats programmes est évalué à près de 166,3 milliards de dirhams, dont 45,5 milliards de dirhams pris en charge par l’Etat (soit près de 27%).

À ce jour, ce sont 14 filières végétales qui ont eu leur contrat programme (agrumes, arboriculture fruitière, olivier, palmier dattier, arganier, maraîchage de primeurs, céréales, semences, cultures sucrières, cultures oléagineuses, agriculture biologique, riz, rose à parfum et safran) et 5 filières animales (viandes rouges, lait, aviculture, apiculture, filière cameline).

Pour la mise en œuvre de ces contrats programmes, les interprofessions agricoles ont un rôle important à jouer, ce qui nécessite le renforcement de leurs capacités d’intervention afin qu’elles puissent porter les projets de développement de leurs filières et réaliser ainsi les objectifs fixés par les contrats programmes. C’est pour cette raison qu’une loi sur les interprofessions agricole et halieutique (Loi 03-12) qui régit la création et le financement de ces interprofessions a été mise en place. Depuis l’entrée en vigueur de cette loi, 14 interprofessions ont été reconnues représentant les filières sucrière, agrumicole, oléicole, rizicole, semencière, oléagineuse, biologique, arboricole, safran, argane, apicole, viandes rouges, lait et avicole.

Voici les réalisations des principales filières :

Filière oléicole. Production record de 2 millions de tonnes en 2018/2019

La superficie oléicole s’élève aujourd’hui à 1.073.000 ha contre 773.000 ha en 2009, année de signature du contrat programme, soit une hausse de 39 %. En tonnage moyen, la production en olives ressort à 1,53 million de tonnes durant la période 2016-2018, contre 863.000 tonnes en 2009. La campagne agricole 2018/2019 a été marquée par une production record de 2 millions de tonnes. Pour sa part, la production d’huile d’olive a été, en moyenne, de 150.000 tonnes par an lors de la période 2016-2018 contre 85.000 tonnes en 2009. 

Filière sucrière. Un taux de couverture des besoins de 47%

La production de la filière sucrière est estimée à 555.000 tonnes en 2018 contre 360.000 tonnes en 2013, année de signature du contrat programme. Il s’agit là d’une hausse de 54%. Le taux de couverture des besoins nationaux en sucre s’élève, pour sa part, à 47% en 2018 contre 29% seulement en 2013.

Filière agrumicole. Des réalisations qui dépassent les objectifs 

La superficie du verger agrumicole s’élève à 128.000 ha actuellement (2018), soit un dépassement de 22% par rapport à l’objectif 2018 qui est de 105.000 ha. En tonnage moyen, la production est de 2,44 millions de tonnes actuellement contre 1,3 million de tonnes en 2008 (année de la signature du contrat programme). La hausse de production enregistrée entre 2018 et 2008 est de 88%. La production prévisionnelle pour la campagne 2018/2019 serait un record avec 2,62 millions de tonnes.

Filière maraîchère. La clé est dans la diversification des produits à l’export

Pour période 2015-2017, la production moyenne de maraîchage a été de 7,3 millions de tonnes, dont 2 millions de tonnes  de maraîchage de primeurs  (2015-2017). Ces réalisations sont à comparer avec celles de la campagne de (2008/2009) puisque la production de maraîchage était de 6,7 millions de tonnes, dont 1,7 million de tonnes de maraîchage de primeurs. Pour l’année 2018, on table sur une production prévisionnelle record de primeurs de 2,3 millions de tonnes.

Les exportations des primeurs sont ressorties à 1.181.000 tonnes en 2017/2018 contre 750.000 tonnes seulement en 2008/2009 (année de signature du contrat programme). Il s’agit là d’une hausse de 57% (tomate, poivron, piment, courgette, haricot vert). L’embellie de la filière maraîchère s’explique par la diversification des produits à l’export, notamment, la tomate (tomate ronde, cerise, olivette, grappe, cocktail…) et le développement des exportations des fruits rouges (essentiellement la myrtille et la framboise).

Filière arboricole. Les exportations au beau fixe 

La superficie cultivée de la filière arboricole a été de 346.000 Ha en 2018 contre 265.000 ha en 2009. Pour sa part, la production s’est élevée à 1,7 million de tonnes en 2018 contre 884.000 tonnes en 2009. Les exportations ressortent, par ailleurs, à 21.000 tonnes dont 12.600 tonnes de fruits frais et séchés.

Filière céréalière. Un rendement en croissance de 37%

Durant la période 2010-2018, la filière céréalière a connu une amélioration des rendements de l’ordre de 37% par rapport à la moyenne enregistrée lors de la période 2005/2009 (16,5 qx/ha contre 12 qx/ha). À cela s’ajoute une amélioration de la production moyenne durant la période 2010-2018, qui est passée à 80 millions de qx contre 53 millions de qx comme moyenne enregistrée lors de la période 2000-2008. Pour sa part, le taux de couverture moyen des besoins intérieurs varie entre 50% et 70% depuis le lancement du PMV en 2008, à l’exception de la campagne agricole 2015/2016 qui a enregistré un taux faible ne dépassant pas les 40%. Les semences céréalières ont affiché, en 2018, des disponibilités de 2,2 millions de qx contre 750.000 qx en 2008 (année qui précède la signature du contrat programme). De son côté, le taux d’utilisation des semences certifiées ressort à 24% actuellement contre 11% en 2008, dont 35% pour le blé tendre.

Dattes. Un taux de réalisation de l’objectif de 2020 de 71%

Au titre de la période 2013-2017, la production moyenne est d’environ 114.000 tonnes contre 90.000 tonnes, la moyenne enregistrée au démarrage du contrat programme de la filière du palmier dattier. C’est l’équivalent de près de 71% de l’objectif fixé à l’horizon 2020 (160.000 tonnes). Quant à la campagne 2018/19, la production des dattes est évaluée à 104.000 tonnes.

Filière avicole. Un taux de couverture des besoins de 100% 

En 2018, la filière avicole a enregistré une production de 720.000 tonnes de viandes de volaille, soit 80% de l’objectif de 900.000 tonnes fixé à l’horizon 2020. En 2008, cette production n’était que de 490.000 tonnes. La production d’œufs de consommation est ressortie, pour sa part, à 6,6 milliards d’unités, soit 91,7% de l’objectif de 7,2 milliards d’unités, fixé à l’horizon 2020 (contre 3,7 milliards d’unités produites en 2008). La filière avicole affiche un taux de couverture des besoins en viandes blanches et en œufs de consommation est de 100%.

Filière lait. Des progrès sur toute la ligne

La production laitière s’est établie à 2,55 milliards de litres en 2017 contre 1,8 milliard de litres en 2008, soit 64% de l’objectif de 4 milliards de litres fixé à l’horizon 2020. Résultat, un taux de couverture de la demande du pays en lait et produits laitiers de 96 % contre 88% en 2008. La consommation en lait et dérivés a atteint, par ailleurs, 74 eq litres en 2017 contre 50 eq litres en 2008.

Filière viandes rouges. Une nette amélioration de la production 

La filière des viandes rouges a enregistré une production de 590.000 tonnes en 2017 contre 400.000 tonnes en 2008, soit 96% de l’objectif de 612.000 tonnes, fixé à l’horizon 2020. Ce niveau de production donne lieu à un taux de couverture des besoins en viandes rouges de l’ordre de 98 %. Au Maroc, la consommation en viandes rouges s’établit à 17 kg/habitant/an actuellement contre 11 kg/habitant/an en 2008.  

Filière apicole. Profession du niveau de consommation du miel à 250 g/hab/an

La production de miel a atteint 7.430 tonnes en 2018 contre 4.400 tonnes en 2008. Il est à noter que le niveau de consommation du miel s’est amélioré à 250 g/hab/an enregistré en 2018 contre 200 g/hab/an en 2008. Le taux de couverture des besoins en miel ressort à 63%.

Filière cameline. Hausse de la production de lait et de viandes

En 2017, la production de la filière cameline a atteint 13.975 tonnes de lait et 3.598 tonnes de viandes camelines contre 8.020 tonnes de lait et 1.930 tonnes de viandes en 2008.

Huile d’Argan. Une augmentation des exportations de 54%

En 2018, la production d’huile d’argan était de 3.635 tonnes, dont 1.119 tonnes exportées contre 726 tonnes seulement, enregistrées en 2011 (une augmentation de 54%).

Safran. La filière renforce ses niveaux de production 

La production de Safran s’est élevée à 6,8 tonnes contre 3,3 tonnes en 2011, soit 75% de l’objectif visé pour 2020 (9 tonnes).

Roses à parfum. Une branche agricole qui prend du galon

La filière des roses à parfum affiche une nette amélioration. La production a progressé en moyenne de 34% en passant de 2.505 tonnes lors de la période 2003-2007 à 3.350 tonnes pour la période 2015-2018.

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.