Taghazout bay: Suspension du chantier et démolition de constructions

Des informations appuyées par des photos et des vidéos amateurs ainsi que plusieurs document signés par les autorités locales de Taghazout dans la région d'Agadir, font état de suspension de chantiers de Taghazout Bay et de destruction de constructions, essentiellement des villas en bord de mer. Vérification faite, voici les faits avérés.

Taghazout bay : Suspension du chantier et démolition de constructions

Le 16 février 2020 à 10:37

Modifié le 18 février 2020 à 19:30

A Taghazout, l'heure était à la confusion ce week-end du 15 et 16 février. Des informations font état de suspension de travaux dans le chantier de la station Taghazout Bay, l'une des stations touristiques du plan Azur.

Des photos amateurs montrent des forces de l'ordre effectuant des descentes dans des chantiers. Une vidéo qui, semble-t-il, a été filmée dans la nuit de samedi à dimanche, montre des ouvriers s'attelant à la destruction d'une construction dans la station balnéaire.

D'autres vidéos ont été publiées, dimanche 16 février dans la journée, faisant état de la poursuite de l'opération de démolition.

Les démolitions sont effectuées sur ordre du Caid d'Aourir et du Caid de Taghazout. Ils ont ordonné, selon plusieurs documents dont Médias24 détient copie, la démolition de plusieurs constructions:

-La société Pick Albatros Morocco for Tourism and investment a été sommée d'arrêter immédiatement les travaux et de démolir dans un délai de 48 heures:

*un  local technique non autorisé d'une superficie de 100 m2 environ

*des locaux non autorisés sur le toit du bâtiment réservé à l'accueil, sur une superficie d'environ 200 m2

et ce au niveau du Lot n°5 de la zone touristique de Taghazout.

-La société Sud Partners a été sommée de démolir sous 48 heures les constructions suivantes:

*étage (partiel) non autorisé rajouté par le promoteur au dessus de deux ailes;

*un sous-sol non autorisé rajouté au niveau de trois ailes;

*non respect du coefficient d'occupation du sol en augmentant la superficie construite au niveau de trois ailes.

*changement de l'emplacement des citernes de gaz sans autorisation;

*modification non autorisée d'une façade

et ce, au niveau du Lot 4.2 de la nouvelle station touristique de Taghazout.

-La société Sud Partners a été sommée de détruire sous 48 heures,

*24 villas dont les numéros sont indiqués, pour dépassement des superficies autorisées au niveau des sous-sols.

-La société Madaëf a été sommée de détruire dans un délai de 48 heures:

*4 villas de 160 m2 chacune qui ont été réalisées sans disposer des autorisations de construction.

*Il a également ordonné la destruction d'extensions non autorisées réalisées au deuxième étage d'un bâtiment.

Ces infractions à la loi relative à l'urbanisme ont été constatées le vendredi 14 février sur le chantier du projet Hyatt Regency.

Le document destiné à Madaëf est adressé à tort à Mounia Boucetta, ex-secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, en tant que représentante légale de Madaef, société d'investissement touristique du groupe CDG. Contactée, cette dernière nous a confirmé qu'elle a "cessé toute activité avec le groupe CDG depuis ma nomination au gouvernement le 5 avril 2017. Et depuis, elle n'a aucune relation juridique ou administrative avec le groupe CDG".


Nous avons tenté de joindre plusieurs sources concernées par ce dossier, mais aucune n'a donné suite à nos sollicitations. Médias24 reviendra sur le sujet avec de plus amples précisions.

La station Taghazout Bay s’étale sur une superficie de 615 ha en front de mer sur une bande côtière de 4,5 km de plages. Taghazout Bay est composée d’ensembles hôteliers, touristiques et résidentiels haut de gamme.

La gestion du projet dans sa globalité est confiée à la Société d'aménagement et de promotion de la station Taghazout (SAPST) créée en 2011 et dont le capital est réparti entre Madaef filiale de la CDG (45%), Ithmar Al Mawarid (25%), Sud Partners (25%) et la Smit (5%).

Taghazout bay: Suspension du chantier et démolition de constructions

Le 16 février 2020 à17:47

Modifié le 18 février 2020 à 19:30

Des informations appuyées par des photos et des vidéos amateurs ainsi que plusieurs document signés par les autorités locales de Taghazout dans la région d'Agadir, font état de suspension de chantiers de Taghazout Bay et de destruction de constructions, essentiellement des villas en bord de mer. Vérification faite, voici les faits avérés.

A Taghazout, l'heure était à la confusion ce week-end du 15 et 16 février. Des informations font état de suspension de travaux dans le chantier de la station Taghazout Bay, l'une des stations touristiques du plan Azur.

Des photos amateurs montrent des forces de l'ordre effectuant des descentes dans des chantiers. Une vidéo qui, semble-t-il, a été filmée dans la nuit de samedi à dimanche, montre des ouvriers s'attelant à la destruction d'une construction dans la station balnéaire.

D'autres vidéos ont été publiées, dimanche 16 février dans la journée, faisant état de la poursuite de l'opération de démolition.

Les démolitions sont effectuées sur ordre du Caid d'Aourir et du Caid de Taghazout. Ils ont ordonné, selon plusieurs documents dont Médias24 détient copie, la démolition de plusieurs constructions:

-La société Pick Albatros Morocco for Tourism and investment a été sommée d'arrêter immédiatement les travaux et de démolir dans un délai de 48 heures:

*un  local technique non autorisé d'une superficie de 100 m2 environ

*des locaux non autorisés sur le toit du bâtiment réservé à l'accueil, sur une superficie d'environ 200 m2

et ce au niveau du Lot n°5 de la zone touristique de Taghazout.

-La société Sud Partners a été sommée de démolir sous 48 heures les constructions suivantes:

*étage (partiel) non autorisé rajouté par le promoteur au dessus de deux ailes;

*un sous-sol non autorisé rajouté au niveau de trois ailes;

*non respect du coefficient d'occupation du sol en augmentant la superficie construite au niveau de trois ailes.

*changement de l'emplacement des citernes de gaz sans autorisation;

*modification non autorisée d'une façade

et ce, au niveau du Lot 4.2 de la nouvelle station touristique de Taghazout.

-La société Sud Partners a été sommée de détruire sous 48 heures,

*24 villas dont les numéros sont indiqués, pour dépassement des superficies autorisées au niveau des sous-sols.

-La société Madaëf a été sommée de détruire dans un délai de 48 heures:

*4 villas de 160 m2 chacune qui ont été réalisées sans disposer des autorisations de construction.

*Il a également ordonné la destruction d'extensions non autorisées réalisées au deuxième étage d'un bâtiment.

Ces infractions à la loi relative à l'urbanisme ont été constatées le vendredi 14 février sur le chantier du projet Hyatt Regency.

Le document destiné à Madaëf est adressé à tort à Mounia Boucetta, ex-secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, en tant que représentante légale de Madaef, société d'investissement touristique du groupe CDG. Contactée, cette dernière nous a confirmé qu'elle a "cessé toute activité avec le groupe CDG depuis ma nomination au gouvernement le 5 avril 2017. Et depuis, elle n'a aucune relation juridique ou administrative avec le groupe CDG".


Nous avons tenté de joindre plusieurs sources concernées par ce dossier, mais aucune n'a donné suite à nos sollicitations. Médias24 reviendra sur le sujet avec de plus amples précisions.

La station Taghazout Bay s’étale sur une superficie de 615 ha en front de mer sur une bande côtière de 4,5 km de plages. Taghazout Bay est composée d’ensembles hôteliers, touristiques et résidentiels haut de gamme.

La gestion du projet dans sa globalité est confiée à la Société d'aménagement et de promotion de la station Taghazout (SAPST) créée en 2011 et dont le capital est réparti entre Madaef filiale de la CDG (45%), Ithmar Al Mawarid (25%), Sud Partners (25%) et la Smit (5%).

A lire aussi


0-0

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.