Le HCP prévoit une croissance de 4,3% au quatrième trimestre 2021

Après une croissance de 15,2% au deuxième trimestre, de 5,9% au troisième trimestre, le HCP table une croissance de 4,3%, au dernier trimestre de l'année en cours. Détails.

Le HCP prévoit une croissance de 4,3% au quatrième trimestre 2021

Le 4 octobre 2021 à 19h56

Modifié 7 octobre 2021 à 14h16

Après une croissance de 15,2% au deuxième trimestre, de 5,9% au troisième trimestre, le HCP table une croissance de 4,3%, au dernier trimestre de l'année en cours. Détails.

Le HCP livre ses prévisions de croissance pour le dernier trimestre de l’année 2021. Il estime que la croissance économique se situerait à 4,3% au quatrième trimestre 2021, au lieu d’une baisse de 5,1% au même trimestre de l’année précédente.

Cette croissance serait le fait d’une hausse de 18,5% de la valeur ajoutée agricole et de 2,5% de celle des activités hors agriculture. 

Avec des taux de croissance respectifs estimés à 1% au 1er trimestre, à 15,2% au deuxième trimestre, à 5,1% au troisième trimestre et à 4,3% au quatrième trimestre, l’espoir d’un rebond consistant en 2021, supérieur à 6% sur l’ensemble de l’année, n’est pas vain. Notons que pour les deux premiers trimestres, il s’agit d’un résultat de comptabilité nationale. Alors que dans les deux trimestres suivants, il s’agit de prévisions issues de l’enquête de conjoncture du HCP.

Une croissance tributaire de l’évolution sanitaire

Au niveau de la valeur ajoutée hors agriculture, le HCP explique que l’activité du secteur tertiaire poursuivrait son amélioration, dans les services marchands notamment le commerce, le transport et la restauration.

Dans l’ensemble, le secteur tertiaire contribuerait pour +1,4 point à l’évolution du PIB, au lieu de +0,7 point pour le secondaire.

Dans le même sillage, les activités industrielles, d’électricité et de construction poursuivraient leur raffermissement, amorcé au début de l’année 2021. En revanche, la croissance de l’activité minière ralentirait, s’établissant à +0,8%, en rythme annuel, au lieu de +8,8% une année auparavant.

Pour ce qui est des activités agricoles, elles progresseraient de 18,5%, en variation annuelle. Les perspectives de croissance des productions végétales resteraient favorables, mais les évolutions des filières animales seraient contrastées, du fait notamment de la poursuite du redressement de la production avicole et de la faible dynamique de celle de viande rouge, liée à la modération des abattages du grand cheptel.

Cette performance reste tributaire de l’évolution de la situation sanitaire au Maroc et dans le monde, du déploiement des vaccins à travers le monde et de l’ampleur des mesures de soutien macroéconomique, précise le HCP.

En matière de demande extérieure, le HCP explique « le commerce mondial de biens resterait bien orienté, tiré par les échanges des économies avancées et émergentes, mais sa dynamique s’atténuerait légèrement, après l’ajustement mécanique haussier aux deuxième et troisième trimestres 2021, suite à la forte baisse en 2020. Dans ce contexte, la demande mondiale adressée au Maroc s’améliorerait de 3%, en variation annuelle, lors de la même période« .

La demande intérieure nationale, quant à elle, « poursuivrait son redressement pour le quatrième trimestre successif, portée par le raffermissement des dépenses des ménages, notamment en biens alimentaires et manufacturés et par l’accroissement des dépenses de restauration, des services de loisirs et de transport ».

« Les dépenses publiques poursuivraient leur tendance haussière, situant la hausse de la consommation publique à 4,5%. L’investissement brut progresserait au rythme de 8,1%, tiré par la bonne orientation de l’investissement en produits industriels et de BTP ».

Un troisième trimestre moins bon que les prévisions

Pour ce qui est du troisième trimestre, le HCP avance qu’après avoir progressée de 15,2% au deuxième trimestre, l’économie nationale se serait raffermie de 5,9%, portée par un accroissement de 4,2% de la valeur ajoutée hors agriculture et par une augmentation de 19,6% de celle de l’agriculture.

Il s’agit d’une bonne performance mais qui est en deçà des prévisions faites le HCP au début de l’année, où il tablait sur une croissance de 7,2% pour ce troisième trimestre.

Dans le détail, les branches tertiaires auraient contribué pour +2,2 points à l’évolution du PIB, portées par la bonne orientation des activités de commerce, de transport, d’hébergement et de restauration.

La croissance des activités secondaires aurait, quant à elle, ralenti, portant sa contribution à la croissance du PIB à 1 point. La valeur ajoutée industrielle aurait crû de 3,5%, après +22,8% un trimestre auparavant.

Les activités de la construction auraient, pour leur part, affiché une hausse de 7,1%, dans un contexte d’amélioration des transactions immobilières.

Les activités minières se seraient redressées, au troisième trimestre 2021, de 3,7%, au lieu de -1,1% un trimestre plus tôt.

Par ailleurs, la dynamique des activités agricoles se serait poursuivie au troisième trimestre 2021, au rythme de +19,6%au lieu de +18,6% un trimestre auparavant.

La production végétale serait restée le premier moteur de cette performance, grâce notamment à un accroissement des récoltes de céréales, des maraîchères de saison et de l’arboriculture fruitière, dans un contexte de hausse de la demande des industries locales agroalimentaires.

Au total, la contribution des cultures à la croissance agricole se serait améliorée comparativement au trimestre précédent, parallèlement au renforcement de celle des filières animales.

La reprise de la production avicole se serait confortée, avec une hausse de 52%, en variation annuelle, de l’effectif des poussins d’un jour type chair. La collecte du lait se serait, également, intensifiée, profitant du redressement de la production locale des aliments pour les vaches laitières, notamment l’orge et la pulpe sèche de betterave.

Accroissement de la demande intérieure

Dans un contexte d’amélioration de la situation sanitaire, la demande intérieure aurait poursuivi son redressement. La consommation des ménages se serait raffermie de 5,6%, au troisième trimestre 2021, portée par la hausse des achats de biens alimentaires, manufacturés et de services de transport, de restauration et de loisirs.

La consommation des administrations publiques aurait, pour sa part, progressé de 4,2%, au lieu de +4,8% un trimestre plus tôt, en ligne avec l’accroissement des dépenses de fonctionnement administratif.

L’investissement brut se serait raffermi de 6,5%, dans le sillage du raffermissement de l’équipement en produits manufacturés et immobiliers.

Les chiffres du rebond économique au Maroc, selon HCP

Le Maroc est sur une bonne trajectoire de croissance, selon Ahmed Lahlimi

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : Assemblée Générale Ordinaire Annuelle du 28 Mai 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.