Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil ECONOMIE ENTREPRISES

Investissement touristique: le fonds H Partners rattrape progressivement son retard 

Lundi 16 avril 2018 à 16h21
PDF Imprimer
Investissement touristique: le fonds H Partners rattrape progressivement son retard
 

Après l’inauguration la semaine dernière de deux hôtels 4* et 5* à Marrakech sous l’enseigne Be Live, ce véhicule d’investissement créé en 2007 par Attijariwafa bank et la BCP ouvrira 3 unités à Casablanca dans deux mois. Une solution sera bientôt trouvée pour l’Oriental Bay Beach de Saidia.

 

Abbas Azzouzi, nommé en 2016 à la tête du fonds d’investissement touristique H Partners, l’a dit de manière franche lors de la conférence de présentation des deux nouveaux hôtels Be Live ouverts à Marrakech en partenariat avec le groupe espagnol Globalia : "C’est vrai, nous avons connu un retard au démarrage (…), on aurait pu aller plus vite. Mais la livraison de 2 hôtels aujourd’hui à Marrakech et l’ouverture dans deux mois de 3 unités à Casablanca (en partenariat avec Louvre Hotels) est une bonne chose".

Cette déclaration vient dix ans après la création du fonds (fin 2007) par ses promoteurs Attijariwafa bank et la BCP. Une période qui a connu très peu de réalisations.

Les projets qui étaient prévus dans les stations Lixus et Mogador n’ont pas abouti. De même, l’Oriental Bay Beach, un hôtel de 1.200 chambres construit à Saidia est fermé depuis 2013.

A propos de cette unité, "une issue sera bientôt trouvée", a dit M. Azzouzi, sans plus de précision.

Des facteurs exogènes

Hormis certains choix faits par le passé et qui restent discutables, des facteurs externes expliquent, selon le management, le retard pris dans l’exécution de la stratégie d’investissement du fonds.

L’éclatement de la crise financière internationale en 2008 a, entre autres, rendu difficile la mobilisation des financements.

Notons qu’à son démarrage, le fonds ciblait une taille de 2,5 milliards de DH de capitaux propres dont 1,4 milliard ont été souscrits par les actionnaires (la CIMR, la CMR, Wafa Assuance et Al Ajial Funds, en plus d’AWB et la BCP). L’objectif en termes d’investissements était de 6 milliards de DH sur cinq ans.

Autre contrainte externe, il fallait gérer le timing de mise sur le marché de certaines unités hôtelières, notamment à Marrakech où la capacité litière est importante.

Certains facteurs spécifiques au secteur touristique expliquent aussi la durée qu’ont nécessité certains projets. "Le processus d’investissement est long entre la conclusion du partenariat avec le gestionnaire, le montage du financement, l’acquisition du foncier, la construction…", a précisé M. Azzouzi.

Si l’on ajoute à ce processus la période de gestion et de désinvestissement, il faudra tabler sur une durée de vie du fonds d’au moins 12 ans.

Mais pour le management de H Partners, il n’y a pas eu que des retards. Hormis l’accélération actuelle des ouvertures, le fonds accompagne le groupe Atlas Hospitality dont il a pris le contrôle en 2012. Ce deuxième groupe hôtelier au Maroc compte aujourd’hui 27 unités.

>>Lire aussi: Atlas Hospitality s'offre un nouveau complexe hôtelier à 200 MDH près de l'aéroport Mohammed 

Hormis les hôtels gérés directement, Atlas Hospitality a noué, fin 2016, un partenariat avec le Tour opérateur européen FTI pour le développement d’une marque de clubs All Inclusive au Maroc (Labranda).

>>Lire aussi: Tourisme: Atlas Hospitality signe 1 million de nuitées avec un TO allemand

Déjà, trois clubs à Marrakech et Agadir ont été apportés par le groupe marocain dans le cadre de ce partenariat 50/50. Le portefeuille cible s’élève à 7 clubs entre Marrakech, Agadir et Chbika.

Des partenariats avec des opérateurs intégrés

Ce genre de partenariats est d’un grand apport pour le tourisme marocain et les opérateurs locaux, car noués avec de grandes enseignes intégrées assurant le transport aérien, la commercialisation à l’international, le marketing, l’assistance...

Ce schéma, adopté par Atlas Hospitality, est aujourd’hui dupliqué par sa maison mère grâce au partenariat avec l’espagnol Globalia, également opérateur intégré avec de l’aérien, des agences de voyage…

Il s’agit donc d’un nouveau modèle de partenariat qui assure la rentabilité et la pérennité des investissements touristiques réalisés, contrairement à ce qui a été fait au démarrage du fonds H Partners.

Et tout porte à croire que ce modèle sera renforcé à l’avenir. Le fonds reste certes discret sur ses ambitions. Mais l’on peut affirmer qu’il est loin d’avoir atteint sa taille cible. Globalia, qui compte déjà 500 chambres à Saidia et maintenant deux unités à Marrakech, veut atteindre 1.500 chambres dans les 3 à 4 années à venir et vise désormais Agadir.

"Nous étudions plusieurs projets dans cette destination", affirme le management du TO espagnol. Ces projets seront-ils développés avec H Partners ? Les deux parties y réfléchissent et préfèrent attendre de voir les résultats des unités récemment ouvertes à Marrakech pour consolider la confiance avant d’entamer l'étape suivante.

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
Agendaarticles_asuivre
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close