La FIFA rejette les accusations de Lekjaâ comme étant infondées. Contacté par Médias24, le porte-parole de l'instance internationale du football nous a fourni une réaction de la FIFA aux questions soulevées dans la lettre de Lekjaâ.

Fouzi Lekjaâ, président de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a adressé en date du 25 mars au président de la FIFA Gianni Infantino, une lettre dans laquelle il exprime l'inquiétude du Maroc quant à une partie de la procédure de notation. A titre d'exemple, il évoque le retard dans la transmission d'informations précieuses demandées par le comité marocain en décembre et reçues seulement 48 heures avant la date limite de dépôt des bid books.

Il a noté que "la FRMF a demandé à de nombreuses reprises à la FIFA, et ce dès le 6 décembre 2017, de recevoir la méthodologie détaillée du processus de notation, et ses conditions d’application par la Task Force", en expliquant que "ces informations étaient de nature à orienter tout ou partie du contenu du dossier de candidature qui était en cours de constitution" par la Fédération.

M. Lekjaa était surpris de constater que "le système de notation reçu le 14 mars ajoute de nouveaux critères techniques qui ne figuraient pas dans les prescriptions transmises initialement par la FIFA. Il modifie certains critères existants et impose de nouvelles règles/limitations".

"Ces éléments n’ont jamais été portés à la connaissance de la FRMF durant la préparation de son dossier de candidature", souligne-t-il. Il cite des nouveautés dans le domaine de l'hébergement, des stades, des distances, des villes....

LIRE EGALEMENT: LA LETTRE DE LEKJAA A INFANTINO

Médias24 a contacté ce mardi 3 avril, le porte-parole de la FIFA à qui nous avons posé les questions suivantes:

- Quelle est la réponse de la FIFA aux inquiétudes marocaines concernant ce scoring system?

- Pourquoi la FIFA a-t-elle changé les critères de notation?

- Pourquoi la FIFA a-t-elle attendu le 14 mars pour envoyer le scoring system au Maroc, soit à peine 48 heures avant la date limite réglementaire de dépôt du 16 mars à 17h?

- Les nouveaux critères semblent être faits sur mesure pour écarter le Maroc de la compétition. Par exemple, l'exigence pour la première fois d'une taille minimale d'une ville hôte (250.0001 habitants pour obtenir un score de 2), alors que la FIFA connaissait déjà les 12 villes marocaines proposées par le Maroc. Quelle est la réponse de la FIFA?

- M. Infantino répondra-t-il à M. Lekjaa?

- Y a-t-il une possibilité de changer les critères de notation? est-ce envisagé?

- La notation établie par la Task Force peut-elle changer? sachant qu'elle joue un rôle très important pour la constitution des dossiers de candidature. 

 

Le porte-parole de la FIFA nous a transmis la déclaration suivante, en réponse à nos questions:

"La FIFA a reçu une correspondance par courrier électronique et une lettre de la Fédération marocaine (FRMF) concernant le système de notation qui sera utilisé par le groupe de travail sur l'évaluation des offres de 2026.
"Comme expliqué à plusieurs reprises, le processus d'appel d'offres pour la Coupe du monde de la FIFA 2026 a été conçu pour évaluer les offres par rapport à des critères objectifs et éviter ainsi un retour aux décisions secrètes et subjectives du passé.
Le but de l'évaluation technique est de déterminer si les offres répondent aux exigences minimales en termes d'infrastructure et de critères de revenus /coûts.
"Contrairement à ce que la FRMF implique, les exigences d'hébergement, clairement définies dans les documents d'inscription aux enchères et dans les autres documents d'appel d'offres /d'hébergement fournis en 2017, n'ont pas changé.

"Le système de notation fournit simplement une méthodologie pour évaluer et documenter la mesure dans laquelle les offres soumises satisfont à ces exigences dans certains domaines clés.

"La plupart des critères utilisés dans le système de notation ne constituent pas des conditions sine qua non, ce qui signifierait l'exclusion d'un soumissionnaire s'il n'est pas respecté, mais simplement des éléments objectifs qui font partie de l'évaluation de l'offre.

"Par exemple, la distance entre l'aéroport et la ville hôte est simplement un élément de la manière dont un sous-critère de transport (connectivité interurbaine) est évalué, mais ne constitue pas en soi une exigence.

"En effet, une ville d'accueil pourrait encore répondre aux exigences minimales de transport sans satisfaire à une telle exigence individuelle sur l'emplacement de l'aéroport, en particulier si d'autres critères sont satisfaits.

"De plus, en ce qui concerne les scores minimums qui pourraient avoir pour effet de rendre un site inadéquat, un seuil inférieur est fixé par rapport aux exigences d'hébergement. Par exemple, pour la distance entre les hôtels des équipes / arbitres et les sites d'entraînement, le système de notation nécessite 30 minutes maximum alors que dans les conditions d'hébergement, il était de 20 minutes maximum.
En outre, afin d'éviter des offres non viables, par exemple avec la création d'éléphants blancs - ce que la FIFA a déjà critiqué par le passé - le système de notation évalue avec des critères objectifs la pertinence et la durabilité de l'infrastructure présentée dans les offres.

"Par conséquent, le contenu du cahier des charges obligatoire exigeait que chaque soumissionnaire fournisse des informations sur la taille des villes hôtes, l'utilisation actuelle de chaque stade (si existant) et l'utilisation prévue future de tous les stades, ainsi que la présence moyenne des événements dans une ville hôte. La FIFA tirera des conclusions fiables quant à la nécessité d'une certaine capacité de stade après 2026.
Le système de notation a été communiqué aux deux soumissionnaires dès qu'il a été approuvé par le groupe de travail sur l'évaluation des soumissions de 2026, ce qui est pleinement conforme au processus déterminé dans l'enregistrement des soumissions.

"En principe, la base de la préparation d'une offre ne devrait pas être le système de notation pour l'évaluation technique, mais plutôt les exigences que la FIFA a fourni aux soumissionnaires en 2017 à travers les exigences d'appel d'offres et d'hébergement.

"Sur la base de ses statuts, ces exigences ont été déterminées par la FIFA pour assurer les meilleures conditions à tous les participants de l'événement, tels que les équipes, les spectateurs et les supporters, les médias et les radiodiffuseurs et les officiels de la FIFA".

En gros, la FIFA rejette les remarques de Lekjaâ, qui sont des remarques objectives et fondées sur des faits. Mais l'explication de l'instance footballistique internationale n'est pas assez précise ni totalement convaincante.

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

La FIFA rejette les accusations de Lekjaâ comme étant infondées. Contacté par Médias24, le porte-parole de l'instance internationale du football nous a fourni une réaction de la FIFA aux questions soulevées dans la lettre de Lekjaâ.

Fouzi Lekjaâ, président de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a adressé en date du 25 mars au président de la FIFA Gianni Infantino, une lettre dans laquelle il exprime l'inquiétude du Maroc quant à une partie de la procédure de notation. A titre d'exemple, il évoque le retard dans la transmission d'informations précieuses demandées par le comité marocain en décembre et reçues seulement 48 heures avant la date limite de dépôt des bid books.

Il a noté que "la FRMF a demandé à de nombreuses reprises à la FIFA, et ce dès le 6 décembre 2017, de recevoir la méthodologie détaillée du processus de notation, et ses conditions d’application par la Task Force", en expliquant que "ces informations étaient de nature à orienter tout ou partie du contenu du dossier de candidature qui était en cours de constitution" par la Fédération.

M. Lekjaa était surpris de constater que "le système de notation reçu le 14 mars ajoute de nouveaux critères techniques qui ne figuraient pas dans les prescriptions transmises initialement par la FIFA. Il modifie certains critères existants et impose de nouvelles règles/limitations".

"Ces éléments n’ont jamais été portés à la connaissance de la FRMF durant la préparation de son dossier de candidature", souligne-t-il. Il cite des nouveautés dans le domaine de l'hébergement, des stades, des distances, des villes....

LIRE EGALEMENT: LA LETTRE DE LEKJAA A INFANTINO

Médias24 a contacté ce mardi 3 avril, le porte-parole de la FIFA à qui nous avons posé les questions suivantes:

- Quelle est la réponse de la FIFA aux inquiétudes marocaines concernant ce scoring system?

- Pourquoi la FIFA a-t-elle changé les critères de notation?

- Pourquoi la FIFA a-t-elle attendu le 14 mars pour envoyer le scoring system au Maroc, soit à peine 48 heures avant la date limite réglementaire de dépôt du 16 mars à 17h?

- Les nouveaux critères semblent être faits sur mesure pour écarter le Maroc de la compétition. Par exemple, l'exigence pour la première fois d'une taille minimale d'une ville hôte (250.0001 habitants pour obtenir un score de 2), alors que la FIFA connaissait déjà les 12 villes marocaines proposées par le Maroc. Quelle est la réponse de la FIFA?

- M. Infantino répondra-t-il à M. Lekjaa?

- Y a-t-il une possibilité de changer les critères de notation? est-ce envisagé?

- La notation établie par la Task Force peut-elle changer? sachant qu'elle joue un rôle très important pour la constitution des dossiers de candidature. 

 

Le porte-parole de la FIFA nous a transmis la déclaration suivante, en réponse à nos questions:

"La FIFA a reçu une correspondance par courrier électronique et une lettre de la Fédération marocaine (FRMF) concernant le système de notation qui sera utilisé par le groupe de travail sur l'évaluation des offres de 2026.
"Comme expliqué à plusieurs reprises, le processus d'appel d'offres pour la Coupe du monde de la FIFA 2026 a été conçu pour évaluer les offres par rapport à des critères objectifs et éviter ainsi un retour aux décisions secrètes et subjectives du passé.
Le but de l'évaluation technique est de déterminer si les offres répondent aux exigences minimales en termes d'infrastructure et de critères de revenus /coûts.
"Contrairement à ce que la FRMF implique, les exigences d'hébergement, clairement définies dans les documents d'inscription aux enchères et dans les autres documents d'appel d'offres /d'hébergement fournis en 2017, n'ont pas changé.

"Le système de notation fournit simplement une méthodologie pour évaluer et documenter la mesure dans laquelle les offres soumises satisfont à ces exigences dans certains domaines clés.

"La plupart des critères utilisés dans le système de notation ne constituent pas des conditions sine qua non, ce qui signifierait l'exclusion d'un soumissionnaire s'il n'est pas respecté, mais simplement des éléments objectifs qui font partie de l'évaluation de l'offre.

"Par exemple, la distance entre l'aéroport et la ville hôte est simplement un élément de la manière dont un sous-critère de transport (connectivité interurbaine) est évalué, mais ne constitue pas en soi une exigence.

"En effet, une ville d'accueil pourrait encore répondre aux exigences minimales de transport sans satisfaire à une telle exigence individuelle sur l'emplacement de l'aéroport, en particulier si d'autres critères sont satisfaits.

"De plus, en ce qui concerne les scores minimums qui pourraient avoir pour effet de rendre un site inadéquat, un seuil inférieur est fixé par rapport aux exigences d'hébergement. Par exemple, pour la distance entre les hôtels des équipes / arbitres et les sites d'entraînement, le système de notation nécessite 30 minutes maximum alors que dans les conditions d'hébergement, il était de 20 minutes maximum.
En outre, afin d'éviter des offres non viables, par exemple avec la création d'éléphants blancs - ce que la FIFA a déjà critiqué par le passé - le système de notation évalue avec des critères objectifs la pertinence et la durabilité de l'infrastructure présentée dans les offres.

"Par conséquent, le contenu du cahier des charges obligatoire exigeait que chaque soumissionnaire fournisse des informations sur la taille des villes hôtes, l'utilisation actuelle de chaque stade (si existant) et l'utilisation prévue future de tous les stades, ainsi que la présence moyenne des événements dans une ville hôte. La FIFA tirera des conclusions fiables quant à la nécessité d'une certaine capacité de stade après 2026.
Le système de notation a été communiqué aux deux soumissionnaires dès qu'il a été approuvé par le groupe de travail sur l'évaluation des soumissions de 2026, ce qui est pleinement conforme au processus déterminé dans l'enregistrement des soumissions.

"En principe, la base de la préparation d'une offre ne devrait pas être le système de notation pour l'évaluation technique, mais plutôt les exigences que la FIFA a fourni aux soumissionnaires en 2017 à travers les exigences d'appel d'offres et d'hébergement.

"Sur la base de ses statuts, ces exigences ont été déterminées par la FIFA pour assurer les meilleures conditions à tous les participants de l'événement, tels que les équipes, les spectateurs et les supporters, les médias et les radiodiffuseurs et les officiels de la FIFA".

En gros, la FIFA rejette les remarques de Lekjaâ, qui sont des remarques objectives et fondées sur des faits. Mais l'explication de l'instance footballistique internationale n'est pas assez précise ni totalement convaincante.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.