Le ministère de l'Intérieur et l’Institut international des technologies de l’information de l’Inde signeront bientôt un accord portant sur l’utilisation d’un logiciel d’identification numérique de pointe, fruit d’une collaboration sud-sud entre les deux pays, appuyée par l’initiative Identification for Development (ID4D) de la Banque mondiale.

Le ministère de l'Intérieur signera incessament sous peu un accord avec l’Institut international des technologies de l’information de l’Inde en présence du nouveau vice-président du groupe de la Banque mondiale pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, Férid Belhaj. 

Cet accord porte sur l’utilisation d’un logiciel d’identification numérique de pointe, fruit d’une collaboration sud-sud entre les deux pays, appuyée par l’initiative Identification for Development (ID4D) de la Banque mondiale qui vise à promouvoir des innovations pour améliorer l’accès aux programmes sociaux, notamment pour les plus vulnérables. Aucune indication n'est donnée sur les spécificités techniques de ce logiciel. 

L'annonce est faite par un communiqué de la banque mondiale. L’institution internationale est impliquée dans ce projet, piloté par le ministère de l’Intérieur, qu’elle finance à travers un prêt de 100 millions de dollars. 

 >> Lire aussi : Détails sur l’avancement du chantier du registre national de la population

Dans son projet de mise en place du système d’identification national, le Maroc s'est inspiré de l'expérience de l'Inde en la matière. L’objectif est de mettre en place un registre national (RN) et un registre social (RS) permettant d’améliorer le ciblage des populations défavorisées et permettra au gouvernement de faire bénéficier la bonne cible des programmes sociaux et des aides.

Une délégation marocaine accompagnée de la banque mondiale a visité l’Inde, en novembre dernier, pour voir concrètement comment ce système a été mis en place et généralisé à une population de 1,2 milliard de personnes en moins de sept ans.

En mars dernier, le Maroc avait déjà conçu son moteur d’identification. Un projet-pilote a été déployé à Rabat, nous expliquait la directrice des opérations pour le Maghreb à la Banque mondiale, Marie Françoise Marie-Nelly, qui répondait aux questions de Médias24. 

Elle nous expliquait que les équipes du ministère de l’Intérieur et de la Banque mondiale travaillaient sur la définition des choix technologiques à adopter. Après cinq mois, le choix semble aujourd'hui arrêté franchissant ainsi un pas de plus vers la mise en place du système d'identification des citoyens qui permettra in fine un meilleur ciblage des aides sociales. 

Selon les explications qui nous ont été donné sur le sujet, le projet sera déployé à deux niveaux. D'un côté, tous les nouveau-nés auront automatiquement leur identifiant unique dès la naissance. En parallèle, il y aura un effet de rattrapage pour le reste de la population.

Quand le système de l’identifiant unique de la population sera opérationnel, l’étape suivante sera de définir la population cible et éligible aux programmes sociaux et donc la mise en place effective du registre social.

La mise en place du registre social unique est une priorité pour le gouvernement, auquel le Roi Mohammed VI a consacré une bonne partie du discours du trône. "Nous estimons que la nouvelle initiative du «Registre Social Unique» (RSU) est un début prometteur, susceptible d’induire un accroissement progressif du rendement des programmes sociaux, à court et à moyen terme", avait-il dit. Et d'ajouter, "ce Registre est un système national d’enregistrement des familles qui pourront bénéficier des programmes d’appui social. Les ménages habilités à jouir des prestations de ce régime, seront déterminés selon de rigoureux critères objectifs et grâce aux nouvelles technologies". 

>> Lire aussi: Pourquoi et comment le Maroc réforme sa politique sociale et crée un registre de la population

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le ministère de l'Intérieur et l’Institut international des technologies de l’information de l’Inde signeront bientôt un accord portant sur l’utilisation d’un logiciel d’identification numérique de pointe, fruit d’une collaboration sud-sud entre les deux pays, appuyée par l’initiative Identification for Development (ID4D) de la Banque mondiale. 

Le ministère de l'Intérieur signera incessament sous peu un accord avec l’Institut international des technologies de l’information de l’Inde en présence du nouveau vice-président du groupe de la Banque mondiale pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, Férid Belhaj. 

Cet accord porte sur l’utilisation d’un logiciel d’identification numérique de pointe, fruit d’une collaboration sud-sud entre les deux pays, appuyée par l’initiative Identification for Development (ID4D) de la Banque mondiale qui vise à promouvoir des innovations pour améliorer l’accès aux programmes sociaux, notamment pour les plus vulnérables. Aucune indication n'est donnée sur les spécificités techniques de ce logiciel. 

L'annonce est faite par un communiqué de la banque mondiale. L’institution internationale est impliquée dans ce projet, piloté par le ministère de l’Intérieur, qu’elle finance à travers un prêt de 100 millions de dollars. 

 >> Lire aussi : Détails sur l’avancement du chantier du registre national de la population

Dans son projet de mise en place du système d’identification national, le Maroc s'est inspiré de l'expérience de l'Inde en la matière. L’objectif est de mettre en place un registre national (RN) et un registre social (RS) permettant d’améliorer le ciblage des populations défavorisées et permettra au gouvernement de faire bénéficier la bonne cible des programmes sociaux et des aides.

Une délégation marocaine accompagnée de la banque mondiale a visité l’Inde, en novembre dernier, pour voir concrètement comment ce système a été mis en place et généralisé à une population de 1,2 milliard de personnes en moins de sept ans.

En mars dernier, le Maroc avait déjà conçu son moteur d’identification. Un projet-pilote a été déployé à Rabat, nous expliquait la directrice des opérations pour le Maghreb à la Banque mondiale, Marie Françoise Marie-Nelly, qui répondait aux questions de Médias24. 

Elle nous expliquait que les équipes du ministère de l’Intérieur et de la Banque mondiale travaillaient sur la définition des choix technologiques à adopter. Après cinq mois, le choix semble aujourd'hui arrêté franchissant ainsi un pas de plus vers la mise en place du système d'identification des citoyens qui permettra in fine un meilleur ciblage des aides sociales. 

Selon les explications qui nous ont été donné sur le sujet, le projet sera déployé à deux niveaux. D'un côté, tous les nouveau-nés auront automatiquement leur identifiant unique dès la naissance. En parallèle, il y aura un effet de rattrapage pour le reste de la population.

Quand le système de l’identifiant unique de la population sera opérationnel, l’étape suivante sera de définir la population cible et éligible aux programmes sociaux et donc la mise en place effective du registre social.

La mise en place du registre social unique est une priorité pour le gouvernement, auquel le Roi Mohammed VI a consacré une bonne partie du discours du trône. "Nous estimons que la nouvelle initiative du «Registre Social Unique» (RSU) est un début prometteur, susceptible d’induire un accroissement progressif du rendement des programmes sociaux, à court et à moyen terme", avait-il dit. Et d'ajouter, "ce Registre est un système national d’enregistrement des familles qui pourront bénéficier des programmes d’appui social. Les ménages habilités à jouir des prestations de ce régime, seront déterminés selon de rigoureux critères objectifs et grâce aux nouvelles technologies". 

>> Lire aussi: Pourquoi et comment le Maroc réforme sa politique sociale et crée un registre de la population

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.