Au lendemain de la découverte des corps d’une Norvégienne et d’une Danoise, les hommes du BCIJ ont interpellé ce mardi matin un premier suspect, soupçonné d'être l'auteur principal des deux crimes. Selon nos informations, les criminels qui étaient au nombre de trois campaient à proximité du lieu du crime. Après avoir commis leur forfait, ils se sont enfuis mais ont été identifiés par la caméra d’un gîte voisin de campeurs. A la lumière des derniers éléments, il semble que leur arrestation ne soit plus qu’une question d’heures ou de jours.

Contactés par Médias24, quatre guides de la région d’Imlil nous aident à dessiner les contours d'un scénario ayant conduit trois personnes à s’attaquer à deux jeunes touristes qui avaient décidé de camper dans une région montagneuse non surveillée à 10 kilomètres du village d'Imlil.

Choqués et indignés par ce crime, les habitants de la région collaborent, nuit et jour, activement à l’enquête pour démasquer l’identité des criminels qui ont "attenté à l’image de leur région, en pleine haute saison de trekking, mais aussi à celle de Marrakech qui est la locomotive touristique du Maroc". Pour nos interlocuteurs, il ne fait aucun doute que les criminels ne sont pas originaires d'Imlil car le tourisme n'existe dans cette région que grâce aux étrangers. 

Selon nos sources, les gendarmes assistés des éléments du Bureau central d’investigations judiciaires ont retrouvé une tente abandonnée à proximité du lieu où ont été découverts les cadavres.

Plusieurs témoins visuels affirment que ce campement, qui aurait abrité les suspects avant qu’ils ne passent à l’acte, avait été isolé par les autorités avec un cordon de sécurité pour recueillir des indices exploitables et éviter d'être pollué par des personnes extérieures à l'enquête.

De plus, d’après un guide ayant 40 ans d’expérience dans cette région, les gendarmes ont même trouvé la carte d’identité d’un des trois suspects. Une info à prendre pour le moment avec précaution.

Sachant que tous les Marocains porteurs d’une carte d’identité nationale doivent préalablement déposer leurs empreintes digitales à la préfecture qui l'a délivrée, les experts de l’identité judiciaire verront leur tâche facilitée en recueillant dans et autour de cette tente des traces du passage des suspects.

Nos interlocuteurs affirment également que la célérité de l’arrestation du premier suspect s’explique par l’exploitation décisive des images d’une caméra de surveillance.

"Après avoir commis leur acte ignoble, les trois criminels ont paniqué et ont quitté précipitamment leur tente qui se trouvait à quelques centaines de mètres de celle des victimes.

"Lors de leur fuite, ils ont emprunté un chemin de traverse et sont passés par le douar Armed. C’est là que la caméra d’une auberge a filmé leur passage entre 2 et 3 heures du matin.

"Cela a permis aux enquêteurs de déterminer leur nombre et d’identifier leurs visages et corpulences pour pouvoir établir des avis de recherche transmis à toutes les forces de sécurité du Royaume.

"En arrivant à Imlil, les trois suspects ont préféré emprunter une autre route car il y a une caméra de surveillance visible à l’entrée de ce village. Pour l’instant, ils sont éparpillés dans la nature mais au regard des moyens mobilisés, leur cavale ne devrait pas durer longtemps", avance notre source.

Selon nos informations, la zone est en effet complètement bouclée par les autorités qui ont établi un quartier général sur place.

Plusieurs brigades de gendarmes qui ratissent les environs sont aidées par un hélicoptère qui effectue des vols stationnaires pour détecter un éventuel bivouac sauvage des deux fugitifs.  

De plus, un groupe cynophile, assisté d’effets personnels des fugitifs s’est également déployé sur la zone pour entamer ce qui ressemble de plus en plus à une traque à l’homme à l'aide de plusieurs chiens.

Concernant l'identité des victimes, la presse norvégienne a révélé que la première nommée Louisa Vesterager Jespersen était une Danoise de 24 ans et que la deuxième appelée  Ueland Maren était une Norvégienne de 28 ans.

 

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Au lendemain de la découverte des corps d’une Norvégienne et d’une Danoise, les hommes du BCIJ ont interpellé ce mardi matin un premier suspect, soupçonné d'être l'auteur principal des deux crimes. Selon nos informations, les criminels qui étaient au nombre de trois campaient à proximité du lieu du crime. Après avoir commis leur forfait, ils se sont enfuis mais ont été identifiés par la caméra d’un gîte voisin de campeurs. A la lumière des derniers éléments, il semble que leur arrestation ne soit plus qu’une question d’heures ou de jours. 

Contactés par Médias24, quatre guides de la région d’Imlil nous aident à dessiner les contours d'un scénario ayant conduit trois personnes à s’attaquer à deux jeunes touristes qui avaient décidé de camper dans une région montagneuse non surveillée à 10 kilomètres du village d'Imlil.

Choqués et indignés par ce crime, les habitants de la région collaborent, nuit et jour, activement à l’enquête pour démasquer l’identité des criminels qui ont "attenté à l’image de leur région, en pleine haute saison de trekking, mais aussi à celle de Marrakech qui est la locomotive touristique du Maroc". Pour nos interlocuteurs, il ne fait aucun doute que les criminels ne sont pas originaires d'Imlil car le tourisme n'existe dans cette région que grâce aux étrangers. 

Selon nos sources, les gendarmes assistés des éléments du Bureau central d’investigations judiciaires ont retrouvé une tente abandonnée à proximité du lieu où ont été découverts les cadavres.

Plusieurs témoins visuels affirment que ce campement, qui aurait abrité les suspects avant qu’ils ne passent à l’acte, avait été isolé par les autorités avec un cordon de sécurité pour recueillir des indices exploitables et éviter d'être pollué par des personnes extérieures à l'enquête.

De plus, d’après un guide ayant 40 ans d’expérience dans cette région, les gendarmes ont même trouvé la carte d’identité d’un des trois suspects. Une info à prendre pour le moment avec précaution.

Sachant que tous les Marocains porteurs d’une carte d’identité nationale doivent préalablement déposer leurs empreintes digitales à la préfecture qui l'a délivrée, les experts de l’identité judiciaire verront leur tâche facilitée en recueillant dans et autour de cette tente des traces du passage des suspects.

Nos interlocuteurs affirment également que la célérité de l’arrestation du premier suspect s’explique par l’exploitation décisive des images d’une caméra de surveillance.

"Après avoir commis leur acte ignoble, les trois criminels ont paniqué et ont quitté précipitamment leur tente qui se trouvait à quelques centaines de mètres de celle des victimes.

"Lors de leur fuite, ils ont emprunté un chemin de traverse et sont passés par le douar Armed. C’est là que la caméra d’une auberge a filmé leur passage entre 2 et 3 heures du matin.

"Cela a permis aux enquêteurs de déterminer leur nombre et d’identifier leurs visages et corpulences pour pouvoir établir des avis de recherche transmis à toutes les forces de sécurité du Royaume.

"En arrivant à Imlil, les trois suspects ont préféré emprunter une autre route car il y a une caméra de surveillance visible à l’entrée de ce village. Pour l’instant, ils sont éparpillés dans la nature mais au regard des moyens mobilisés, leur cavale ne devrait pas durer longtemps", avance notre source.

Selon nos informations, la zone est en effet complètement bouclée par les autorités qui ont établi un quartier général sur place.

Plusieurs brigades de gendarmes qui ratissent les environs sont aidées par un hélicoptère qui effectue des vols stationnaires pour détecter un éventuel bivouac sauvage des deux fugitifs.  

De plus, un groupe cynophile, assisté d’effets personnels des fugitifs s’est également déployé sur la zone pour entamer ce qui ressemble de plus en plus à une traque à l’homme à l'aide de plusieurs chiens.

Concernant l'identité des victimes, la presse norvégienne a révélé que la première nommée Louisa Vesterager Jespersen était une Danoise de 24 ans et que la deuxième appelée  Ueland Maren était une Norvégienne de 28 ans.

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.