Chute de 13% des ventes de voitures neuves à fin juin 2019

Alors que les concessionnaires s’attendent à réaliser une croissance de 5% en 2019, les ventes de voitures neuves ont chuté de 13,7% durant la première moitié de l’année. Serait-ce l’effet de l’arrêt des formules de crédit à 0% par plusieurs opérateurs ?

Chute de 13% des ventes de voitures neuves à fin juin 2019

Le 03 juillet 2019 à 12:17

Modifié le 03 juillet 2019 à 20:24

Un peu plus de 72.500 voitures de tourismes ont été vendues au cours des six premiers mois de 2019, contre 84.000 à la même période de l’année dernière, selon les dernières statistiques de l'Association des importateurs de véhicules au Maroc. Pour rappel, à fin juin 2018, le marché affichait une croissance de 7,4%.

Les concessionnaires ont légèrement compensé cette chute des ventes de VP par la bonne performance du segment des véhicules utilitaires légers (VUL) : +22,5%, à 8.225 unités.

Néanmoins, le score final demeure très négatif : VP et VUL, le marché global des véhicules neufs affiche une baisse de 11%, à 80.735 unités. C’est 10.000 unités de moins en une année.

Sur le segment VP (le gros du marché), la majorité des marques ont accusé le coup :

-          Dacia, avec 29,8% de part de marché, affiche une contre-performance de 14,7%.

-          Renault, 15,5% du marché, fait -9,5%.

-          Hyundai, 7% du marché, fait -2,2%.

-          Volkswagen fait -30% (5,9% du marché).

-          Ford a chuté de 53,4% pour ne détenir que 2,6% du marché.

-          Fiat fait -32% (4% du marché).

-          Nissan fait -36,5% (3% du marché).

-          Toyota fait -17,3% (3% du marché).

Les marques premium ne font pas mieux. BMW chute de 14,4%, Audi de 29,7%, Mercedes de 16,7%, Land Rover de 43,6% et Jaguar de 30,9%.

Seules les marques Peugeot (+17,8%, 7,5% du marché) et Citroën (38,7%) se distinguent, en plus de quelques outsiders comme DS, Kia, Lexus, Suzuki…

Le crédit gratuit arrêté en avril dernier

Ces mauvais scores contrastent avec les prévisions des concessionnaires qui tablaient en début d’année sur la réalisation d’une croissance des ventes de 5% en 2019, le même niveau qu’en 2018.

Cet objectif semble difficilement réalisable. Les mois d’été et la période de la rentrée scolaire sont traditionnellement peu propices aux ventes automobiles. La période de fin d’année suffira-t-elle à redresser la situation sachant que les offres promotionnelles durent désormais toute l’année ?

En tous les cas, des questions se posent sur l’origine de cette baisse, sachant que le marché est structurellement sous-équipé.

La conjoncture économique est certes atone, avec une faible croissance et un ralentissement des dépenses des ménages. Mais ce facteur ne peut à lui seul expliquer la forte chute des ventes.

S’agit-il de l’effet de l’arrêt, en avril dernier, de la formule de crédit à 0% par plusieurs concessionnaires (suite à une décision des sociétés de financement) qui a freiné la demande et donc les ventes ? Possible, mais l’on remarque que même les marques qui ont continué à proposer des formules de financement gratuit accusent le coup, comme Renault-Dacia, Mercedes et Toyota.

La baisse est-elle momentanée en attendant le lancement au Maroc de plusieurs nouveaux modèles pour remplacer ceux arrivés à leur fin de vie ?

S’agit-t-il de la fin d’un cycle haussier qui aura duré 5 ans ? Pour rappel, le marché a enchainé les bonnes performances de 2014 à 2018 : respectivement +1,4% ; +10% ; +24% ; +2% ; +5%.

Médias24 donnera la parole aux concessionnaires pour expliquer cette situation dans un prochain article.

>>Lire aussi: Des concessionnaires expliquent la chute des ventes de voitures neuves

Chute de 13% des ventes de voitures neuves à fin juin 2019

Le 03 juillet 2019 à12:17

Modifié le 03 juillet 2019 à 20:24

Alors que les concessionnaires s’attendent à réaliser une croissance de 5% en 2019, les ventes de voitures neuves ont chuté de 13,7% durant la première moitié de l’année. Serait-ce l’effet de l’arrêt des formules de crédit à 0% par plusieurs opérateurs ?

Un peu plus de 72.500 voitures de tourismes ont été vendues au cours des six premiers mois de 2019, contre 84.000 à la même période de l’année dernière, selon les dernières statistiques de l'Association des importateurs de véhicules au Maroc. Pour rappel, à fin juin 2018, le marché affichait une croissance de 7,4%.

Les concessionnaires ont légèrement compensé cette chute des ventes de VP par la bonne performance du segment des véhicules utilitaires légers (VUL) : +22,5%, à 8.225 unités.

Néanmoins, le score final demeure très négatif : VP et VUL, le marché global des véhicules neufs affiche une baisse de 11%, à 80.735 unités. C’est 10.000 unités de moins en une année.

Sur le segment VP (le gros du marché), la majorité des marques ont accusé le coup :

-          Dacia, avec 29,8% de part de marché, affiche une contre-performance de 14,7%.

-          Renault, 15,5% du marché, fait -9,5%.

-          Hyundai, 7% du marché, fait -2,2%.

-          Volkswagen fait -30% (5,9% du marché).

-          Ford a chuté de 53,4% pour ne détenir que 2,6% du marché.

-          Fiat fait -32% (4% du marché).

-          Nissan fait -36,5% (3% du marché).

-          Toyota fait -17,3% (3% du marché).

Les marques premium ne font pas mieux. BMW chute de 14,4%, Audi de 29,7%, Mercedes de 16,7%, Land Rover de 43,6% et Jaguar de 30,9%.

Seules les marques Peugeot (+17,8%, 7,5% du marché) et Citroën (38,7%) se distinguent, en plus de quelques outsiders comme DS, Kia, Lexus, Suzuki…

Le crédit gratuit arrêté en avril dernier

Ces mauvais scores contrastent avec les prévisions des concessionnaires qui tablaient en début d’année sur la réalisation d’une croissance des ventes de 5% en 2019, le même niveau qu’en 2018.

Cet objectif semble difficilement réalisable. Les mois d’été et la période de la rentrée scolaire sont traditionnellement peu propices aux ventes automobiles. La période de fin d’année suffira-t-elle à redresser la situation sachant que les offres promotionnelles durent désormais toute l’année ?

En tous les cas, des questions se posent sur l’origine de cette baisse, sachant que le marché est structurellement sous-équipé.

La conjoncture économique est certes atone, avec une faible croissance et un ralentissement des dépenses des ménages. Mais ce facteur ne peut à lui seul expliquer la forte chute des ventes.

S’agit-il de l’effet de l’arrêt, en avril dernier, de la formule de crédit à 0% par plusieurs concessionnaires (suite à une décision des sociétés de financement) qui a freiné la demande et donc les ventes ? Possible, mais l’on remarque que même les marques qui ont continué à proposer des formules de financement gratuit accusent le coup, comme Renault-Dacia, Mercedes et Toyota.

La baisse est-elle momentanée en attendant le lancement au Maroc de plusieurs nouveaux modèles pour remplacer ceux arrivés à leur fin de vie ?

S’agit-t-il de la fin d’un cycle haussier qui aura duré 5 ans ? Pour rappel, le marché a enchainé les bonnes performances de 2014 à 2018 : respectivement +1,4% ; +10% ; +24% ; +2% ; +5%.

Médias24 donnera la parole aux concessionnaires pour expliquer cette situation dans un prochain article.

>>Lire aussi: Des concessionnaires expliquent la chute des ventes de voitures neuves

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.