Coronavirus : Au Maroc, l'industrie automobile lourdement impactée par la crise

Les usines Renault et PSA sont à l'arrêt. Les équipementiers composant leurs écosystèmes suivent le pas. Le point sur l'impact de la crise du coronavirus sur le premier secteur exportateur du Maroc.

Coronavirus : Au Maroc, l'industrie automobile lourdement affectée par la crise

Le 26 mars 2020 à 11:13

Modifié le 26 mars 2020 à 20:28

Renault Maroc a annoncé, le 17 mars, la suspension temporaire de ses activités industrielles sans préciser de date de reprise. Le lendemain, c'est PSA qui a déclaré la suspension de ses activités pour deux semaines, à partir du 19 mars. Une période qui risque d'être prolongée.

11.000 collaborateurs répartis sur les deux usines de Renault et plus de 1.600 collaborateurs pour PSA sont concernés au Maroc. Soit plus de 17.000 employés pour les deux constructeurs. 

Derrière la décision de ces deux locomotives de l'industrie automobile au Maroc, c'est tout un écosystème qui se retrouve quasiment à l'arrêt avec des dizaines de milliers d'employés au chômage technique. Pour rappel, cette industrie emploie près de 180.000 personnes. 

Près de 250 équipementiers automobiles opèrent au Maroc composant neuf écosystèmes : câblage, intérieur véhicules & sièges, métal emboutissage, batterie, PSA, moteurs, Renault, Delphi et Valeo.

Ces équipementiers sont-ils aujourd'hui tous à l'arrêt ? Il est difficile de répondre clairement à cette question. Car certains écosystèmes sont reliés aux constructeurs présents au Maroc, alors que d'autres sont orientés vers l'export et donc intégrés dans une chaîne de valeur mondiale. Certains opérateurs faisant partie de cette dernière catégorie "ont pu continuer à opérer tant que leur clients maintenaient les commandes", nous explique une source du secteur. 

"Jusqu'à il y a une dizaine de jours, certains équipementiers continuaient à produire car tous les constructeurs n'étaient pas à l'arrêt au niveau mondial", témoigne-t-elle. "Mais la situation évolue tous les jours, les décisions de confinement et d'arrêt d'activité s'enchaînent dans le monde, et même ceux qui avaient encore des clients actifs font face aujourd'hui à l'arrêt des commandes", poursuit notre source.

L'essentiel de l'industrie produit en "just in time" (juste à temps) avec zéro stock. Sans commandes fermes, les équipementiers ne peuvent donc pas continuer à produire et stocker en prévision d'une reprise future.

Selon nos informations, la profession a mis en place une cellule de veille interne pour suivre la situation. Cette cellule fait un monitoring quotidien depuis quelques jours pour recenser l'ensemble des fermetures et le nombre d'emplois touchés.

Les réunions de crise s'enchaînent depuis au moins lundi 23 mars. L'objectif est d'avoir une image réelle et précise de la situation du secteur afin de défendre les intérêts de l'industrie dans le cadre du Comité de veille économique pour faire face aux conséquences de la crise du covid-19. 

L'industrie automobile nécessitera, à l'image d'autres secteurs, des mesures d'accompagnement spécifiques. La profession travaille justement sur ces mesures et n'hésite pas à se projeter au moment de la reprise. 

Nos tentatives pour joindre le bureau de l'Amica sont restées sans réponse. Ce qui est certain, c'est que les exportations seront fortement touchées pendant plusieurs semaines sans aucune visibilité sur la reprise. 

Cette crise inattendue et inédite pourrait fortement compromettre les ambitions marocaines qui d'ailleurs avaient été revues à la hausse en 2019. Le ministre de l'Industrie avait annoncé que : 

- la capacité de production annuelle atteindrait 1 million de véhicules à l’horizon 2022, à travers des extensions des constructeurs existants ou l’installation de nouveaux constructeurs. 

- le chiffre d’affaires à l’export devrait atteindre 100 milliards de DH contre 70 milliards initialement. Le ministère voulait même revoir à la hausse cet objectif et le porter à 200 milliards de DH à l'horizon 2025.

Coronavirus : Au Maroc, l'industrie automobile lourdement impactée par la crise

Le 26 mars 2020 à11:12

Modifié le 26 mars 2020 à 20:28

Les usines Renault et PSA sont à l'arrêt. Les équipementiers composant leurs écosystèmes suivent le pas. Le point sur l'impact de la crise du coronavirus sur le premier secteur exportateur du Maroc.

Renault Maroc a annoncé, le 17 mars, la suspension temporaire de ses activités industrielles sans préciser de date de reprise. Le lendemain, c'est PSA qui a déclaré la suspension de ses activités pour deux semaines, à partir du 19 mars. Une période qui risque d'être prolongée.

11.000 collaborateurs répartis sur les deux usines de Renault et plus de 1.600 collaborateurs pour PSA sont concernés au Maroc. Soit plus de 17.000 employés pour les deux constructeurs. 

Derrière la décision de ces deux locomotives de l'industrie automobile au Maroc, c'est tout un écosystème qui se retrouve quasiment à l'arrêt avec des dizaines de milliers d'employés au chômage technique. Pour rappel, cette industrie emploie près de 180.000 personnes. 

Près de 250 équipementiers automobiles opèrent au Maroc composant neuf écosystèmes : câblage, intérieur véhicules & sièges, métal emboutissage, batterie, PSA, moteurs, Renault, Delphi et Valeo.

Ces équipementiers sont-ils aujourd'hui tous à l'arrêt ? Il est difficile de répondre clairement à cette question. Car certains écosystèmes sont reliés aux constructeurs présents au Maroc, alors que d'autres sont orientés vers l'export et donc intégrés dans une chaîne de valeur mondiale. Certains opérateurs faisant partie de cette dernière catégorie "ont pu continuer à opérer tant que leur clients maintenaient les commandes", nous explique une source du secteur. 

"Jusqu'à il y a une dizaine de jours, certains équipementiers continuaient à produire car tous les constructeurs n'étaient pas à l'arrêt au niveau mondial", témoigne-t-elle. "Mais la situation évolue tous les jours, les décisions de confinement et d'arrêt d'activité s'enchaînent dans le monde, et même ceux qui avaient encore des clients actifs font face aujourd'hui à l'arrêt des commandes", poursuit notre source.

L'essentiel de l'industrie produit en "just in time" (juste à temps) avec zéro stock. Sans commandes fermes, les équipementiers ne peuvent donc pas continuer à produire et stocker en prévision d'une reprise future.

Selon nos informations, la profession a mis en place une cellule de veille interne pour suivre la situation. Cette cellule fait un monitoring quotidien depuis quelques jours pour recenser l'ensemble des fermetures et le nombre d'emplois touchés.

Les réunions de crise s'enchaînent depuis au moins lundi 23 mars. L'objectif est d'avoir une image réelle et précise de la situation du secteur afin de défendre les intérêts de l'industrie dans le cadre du Comité de veille économique pour faire face aux conséquences de la crise du covid-19. 

L'industrie automobile nécessitera, à l'image d'autres secteurs, des mesures d'accompagnement spécifiques. La profession travaille justement sur ces mesures et n'hésite pas à se projeter au moment de la reprise. 

Nos tentatives pour joindre le bureau de l'Amica sont restées sans réponse. Ce qui est certain, c'est que les exportations seront fortement touchées pendant plusieurs semaines sans aucune visibilité sur la reprise. 

Cette crise inattendue et inédite pourrait fortement compromettre les ambitions marocaines qui d'ailleurs avaient été revues à la hausse en 2019. Le ministre de l'Industrie avait annoncé que : 

- la capacité de production annuelle atteindrait 1 million de véhicules à l’horizon 2022, à travers des extensions des constructeurs existants ou l’installation de nouveaux constructeurs. 

- le chiffre d’affaires à l’export devrait atteindre 100 milliards de DH contre 70 milliards initialement. Le ministère voulait même revoir à la hausse cet objectif et le porter à 200 milliards de DH à l'horizon 2025.

A lire aussi


Communication financière

Titre : Avis rectificatif de la convocation AGOA d'Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.