La loi organique sur l'amazigh validée par la Cour constitutionnelle

C'est un événement pour la communauté amazighe. La Cour constitutionnelle a validé, le 5 septembre, la loi organique sur l'officialisation de la langue amazighe après son adoption au Parlement. Toutefois, l'application de la loi nécessitera beaucoup de temps et de volonté.

La loi organique sur l'Amazigh validée par la Cour Constitutionnelle

Le 07 septembre 2019 à 10:57

Modifié le 09 septembre 2019 à 10:50

Les lois organiques devant compléter et mettre en oeuvre les dispositions de la Constitution de 2011, elles doivent toutes passer par la Cour constitutionnelle pour en vérifier la conformité à la loi suprême.

La loi organique sur l'officialisation de la langue amazighe a été adopté en juillet dernier au Parlement après plus de deux ans de blocage et huit ans d'attente.

Le processus a connu une accélération en début d'année 2019, entre autres en raison du démarrage de l'examen de la loi-cadre sur l'éducation mais surtout d'un amendement refusé du PAM visant à introduire dans la nouvelle loi portant statut de Bank Al-Maghrib d'une disposition relative à l'introduction de l'Amazigh dans les billets de banque et les pièces de monnaie.

Le défenseur de la langue amazighe, Ahmed Aassid, attribue le retard d’adoption du texte à la farouche opposition du parti au pouvoir, à savoir le PJD. Selon lui, pour des raisons idéologiques, ce parti n’a jamais privilégié l’Amazigh ou les autres langues hormis l’arabe.

Quoiqu'il en soit, cette loi organique est maintenant adoptée. Elle permettra d'officialiser la langue amazighe dans tous les domaines prioritaires de la vie publique et de l'intégrer dans les secteurs de l'enseignement, de la législation et l'action parlementaire, les médias et la communication, ainsi que dans les différents domaines liés à la création artistique et culturelle.

Lors de son processus d'adoption, la majorité parlementaire y a introduit un amendement de taille précisant que la langue amazighe s'écrit et se lit en tifinagh. Ce point faisait l'objet d'un désaccord entre les groupes parlementaires.

Malgré cette avancée, les défenseurs de la langue amazigue craignent une loi "adoptée pour la symbolique ou pour la forme" en raison du caractère "vague" de certaines de ses dispositions mais surtout de la longue période accordée pour son application.

La loi dispose qu'elle entre en vigueur dès sa publication au Bulletin officiel, mais en prenant en compte les articles 31 et 32 qui prévoient que plusieurs dispositions entreront en vigueur dans un délais compris entre 5 et 15 ans et que les ministères, collectivités territoriales et institutions constitutionnelles doivent mettre en place des plans d'introduction progressive de la langue amazighe dans la vie publique.

La loi organique sur l'amazigh validée par la Cour constitutionnelle

Le 07 septembre 2019 à10:57

Modifié le 09 septembre 2019 à 10:50

C'est un événement pour la communauté amazighe. La Cour constitutionnelle a validé, le 5 septembre, la loi organique sur l'officialisation de la langue amazighe après son adoption au Parlement. Toutefois, l'application de la loi nécessitera beaucoup de temps et de volonté.

Les lois organiques devant compléter et mettre en oeuvre les dispositions de la Constitution de 2011, elles doivent toutes passer par la Cour constitutionnelle pour en vérifier la conformité à la loi suprême.

La loi organique sur l'officialisation de la langue amazighe a été adopté en juillet dernier au Parlement après plus de deux ans de blocage et huit ans d'attente.

Le processus a connu une accélération en début d'année 2019, entre autres en raison du démarrage de l'examen de la loi-cadre sur l'éducation mais surtout d'un amendement refusé du PAM visant à introduire dans la nouvelle loi portant statut de Bank Al-Maghrib d'une disposition relative à l'introduction de l'Amazigh dans les billets de banque et les pièces de monnaie.

Le défenseur de la langue amazighe, Ahmed Aassid, attribue le retard d’adoption du texte à la farouche opposition du parti au pouvoir, à savoir le PJD. Selon lui, pour des raisons idéologiques, ce parti n’a jamais privilégié l’Amazigh ou les autres langues hormis l’arabe.

Quoiqu'il en soit, cette loi organique est maintenant adoptée. Elle permettra d'officialiser la langue amazighe dans tous les domaines prioritaires de la vie publique et de l'intégrer dans les secteurs de l'enseignement, de la législation et l'action parlementaire, les médias et la communication, ainsi que dans les différents domaines liés à la création artistique et culturelle.

Lors de son processus d'adoption, la majorité parlementaire y a introduit un amendement de taille précisant que la langue amazighe s'écrit et se lit en tifinagh. Ce point faisait l'objet d'un désaccord entre les groupes parlementaires.

Malgré cette avancée, les défenseurs de la langue amazigue craignent une loi "adoptée pour la symbolique ou pour la forme" en raison du caractère "vague" de certaines de ses dispositions mais surtout de la longue période accordée pour son application.

La loi dispose qu'elle entre en vigueur dès sa publication au Bulletin officiel, mais en prenant en compte les articles 31 et 32 qui prévoient que plusieurs dispositions entreront en vigueur dans un délais compris entre 5 et 15 ans et que les ministères, collectivités territoriales et institutions constitutionnelles doivent mettre en place des plans d'introduction progressive de la langue amazighe dans la vie publique.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.