Le déficit budgétaire s’est stabilisé à 41 MMDH en 2019

La cession de 8% du capital de Maroc Telecom et les mécanismes de financement innovants ont sauvé le budget de l’Etat. Les dépenses et l’investissement en hausse de plus de 5%.

Le déficit budgétaire s’est stabilisé à 41 MMDH en 2019

Le 29 janvier 2020 à 11:05

Modifié le 04 février 2020 à 16:03

En 2018, le déficit budgétaire représentait 3,7% du PIB. Compte tenu de la stagnation du déficit en valeur et de la légère progression attendue du PIB en 2019, le déficit en proportion du PIB devrait s’alléger. En octobre dernier, le ministre des finances a annoncé le chiffre de 3,5% du PIB.

Notons toutefois que même si le déficit a stagné, le besoin de financement du Trésor a augmenté de 11,8% ou 4,9 milliards de DH pour s’élever à 46,2 milliards, et ce, compte tenu des opérations en instance.

Ce besoin a été comblé à hauteur de 29 milliards par des emprunts sur le marché domestique et -de 17 milliards par des emprunts extérieurs.

En tous les cas, la stagnation du déficit à 41 milliards de DH aurait été impossible sans la cession de 8% du capital de Maroc Telecom (5,3 milliards de DH) et l’activation des nouveaux mécanismes de financement innovants (9,4 milliards de DH).

Car il faut savoir que les recettes fiscales ont faiblement évolué (+1,3%) pour atteindre 212 milliards de DH, alors que les dépenses ordinaires ont augmenté de 5%, à 223,5 milliards de DH en raison de l’alourdissement de la masse salariale et des autres dépenses de fonctionnement.

Sans parler de la progression de 7,3% de l’investissement budgétaire qui a totalisé 70,4 milliards de DH en 2019.

Le déficit budgétaire s’est stabilisé à 41 MMDH en 2019

Le 29 janvier 2020 à11:06

Modifié le 04 février 2020 à 16:03

La cession de 8% du capital de Maroc Telecom et les mécanismes de financement innovants ont sauvé le budget de l’Etat. Les dépenses et l’investissement en hausse de plus de 5%.

En 2018, le déficit budgétaire représentait 3,7% du PIB. Compte tenu de la stagnation du déficit en valeur et de la légère progression attendue du PIB en 2019, le déficit en proportion du PIB devrait s’alléger. En octobre dernier, le ministre des finances a annoncé le chiffre de 3,5% du PIB.

Notons toutefois que même si le déficit a stagné, le besoin de financement du Trésor a augmenté de 11,8% ou 4,9 milliards de DH pour s’élever à 46,2 milliards, et ce, compte tenu des opérations en instance.

Ce besoin a été comblé à hauteur de 29 milliards par des emprunts sur le marché domestique et -de 17 milliards par des emprunts extérieurs.

En tous les cas, la stagnation du déficit à 41 milliards de DH aurait été impossible sans la cession de 8% du capital de Maroc Telecom (5,3 milliards de DH) et l’activation des nouveaux mécanismes de financement innovants (9,4 milliards de DH).

Car il faut savoir que les recettes fiscales ont faiblement évolué (+1,3%) pour atteindre 212 milliards de DH, alors que les dépenses ordinaires ont augmenté de 5%, à 223,5 milliards de DH en raison de l’alourdissement de la masse salariale et des autres dépenses de fonctionnement.

Sans parler de la progression de 7,3% de l’investissement budgétaire qui a totalisé 70,4 milliards de DH en 2019.

A lire aussi


0-0

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.