Stroc Industrie: Le plan de sauvegarde validé par le tribunal

Le tribunal de commerce de Casablanca a validé le plan de sauvegarde proposé par Stroc Industrie. Le jugement de validation a été prononcé ce jeudi 9 mai 2019.

Stroc Industrie: Le plan de sauvegarde validé par le tribunal NABIL ZIYATT, PDG DE STROC INDUSTRIE

Le 09 mai 2019 à 10:41

Modifié le 10 mai 2019 à 12:17

Le plan devra être exécuté dans un délai n'excédant pas 5 ans. A défaut, Stroc Industrie risquerait de voir la sauvegarde reconvertie en redressement ou en liquidation.

Par ailleurs, le tribunal a ordonné le maintien des organes de la procédure. Il s'agit de Mohamed Tougani, syndic désigné lors du jugement de sauvegarde en juillet 2018 et des contrôleurs (BCP, Air Liquide et le représentant des salariés).

Le verdict du tribunal s'est essentiellement basé sur un rapport déposé début avril par le syndic chargé de la procédure. Ce rapport détaillait le bilan financier, économique et social de l’entreprise. Au vu de ce bilan, le syndic avait proposé d'approuver le plan de sauvegarde, tout en surveillant de près l’évolution de l’entreprise.

Appelés à formuler leurs avis, le parquet et le juge-commissaire Mehdi Salem s'était également positionnés pour l'adoption du plan. Idem pour les contrôleurs, qui ont formulé des observations favorables.

Selon nos informations, le plan de Stroc englobe des rééchelonnements et des remises partielles ou totales de dettes. Stroc veut réduire à moitié certaines dettes fiscales (IS, taxe professionnelle et taxe d’habitation).

Le plan tend aussi à l’annulation des pénalités et des amendes et des intérêts de retards, qu’elles concernent des dettes fiscales, bancaires ou sociales. Par ailleurs, la société veut accéder aux fonds aujourd’hui gelés auprès de certaines banques (20 MDH chez BMCI).

Selon nos informations, le montant des créances déclarées dépasse actuellement les 900 MDH. Certaines créances sont reconnues par Stroc Industrie, d’autres sont contestées et beaucoup sont en cours d’analyse. Mais le montant définitif ne sera arrêté qu’au terme de la procédure de vérification des créances.

Stroc s’engage à régler ses paiements annuellement à partir de 2020 et jusqu’à 2024. Pour y parvenir, l’entreprise table sur une croissance de son chiffre d’affaires. Selon les prévisions de son management, ce chiffre s’établira à 320 MDH en 2020 et grimperait à plus de 700 MDH durant les deux années suivantes. La société fait valoir des engagements contractuels pour la réalisation de grands projets, notamment avec le groupe OCP.

>>Lire aussi: Stroc Industrie: l'avenir de l'entreprise se jouera ce jeudi 9 mai

NABIL ZIYATT, PDG DE STROC INDUSTRIE

Stroc Industrie: Le plan de sauvegarde validé par le tribunal

Le 09 mai 2019 à10:41

Modifié le 10 mai 2019 à 12:17

Le tribunal de commerce de Casablanca a validé le plan de sauvegarde proposé par Stroc Industrie. Le jugement de validation a été prononcé ce jeudi 9 mai 2019.

Le plan devra être exécuté dans un délai n'excédant pas 5 ans. A défaut, Stroc Industrie risquerait de voir la sauvegarde reconvertie en redressement ou en liquidation.

Par ailleurs, le tribunal a ordonné le maintien des organes de la procédure. Il s'agit de Mohamed Tougani, syndic désigné lors du jugement de sauvegarde en juillet 2018 et des contrôleurs (BCP, Air Liquide et le représentant des salariés).

Le verdict du tribunal s'est essentiellement basé sur un rapport déposé début avril par le syndic chargé de la procédure. Ce rapport détaillait le bilan financier, économique et social de l’entreprise. Au vu de ce bilan, le syndic avait proposé d'approuver le plan de sauvegarde, tout en surveillant de près l’évolution de l’entreprise.

Appelés à formuler leurs avis, le parquet et le juge-commissaire Mehdi Salem s'était également positionnés pour l'adoption du plan. Idem pour les contrôleurs, qui ont formulé des observations favorables.

Selon nos informations, le plan de Stroc englobe des rééchelonnements et des remises partielles ou totales de dettes. Stroc veut réduire à moitié certaines dettes fiscales (IS, taxe professionnelle et taxe d’habitation).

Le plan tend aussi à l’annulation des pénalités et des amendes et des intérêts de retards, qu’elles concernent des dettes fiscales, bancaires ou sociales. Par ailleurs, la société veut accéder aux fonds aujourd’hui gelés auprès de certaines banques (20 MDH chez BMCI).

Selon nos informations, le montant des créances déclarées dépasse actuellement les 900 MDH. Certaines créances sont reconnues par Stroc Industrie, d’autres sont contestées et beaucoup sont en cours d’analyse. Mais le montant définitif ne sera arrêté qu’au terme de la procédure de vérification des créances.

Stroc s’engage à régler ses paiements annuellement à partir de 2020 et jusqu’à 2024. Pour y parvenir, l’entreprise table sur une croissance de son chiffre d’affaires. Selon les prévisions de son management, ce chiffre s’établira à 320 MDH en 2020 et grimperait à plus de 700 MDH durant les deux années suivantes. La société fait valoir des engagements contractuels pour la réalisation de grands projets, notamment avec le groupe OCP.

>>Lire aussi: Stroc Industrie: l'avenir de l'entreprise se jouera ce jeudi 9 mai

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.