Taghazout Bay: quel sera l’impact des suspensions et démolitions du 15 février?

Au surlendemain des suspensions et démolitions de certaines constructions de la station Taghazout Bay, Médias24 a interrogé plusieurs sources fiables sur l’impact de ces décisions des autorités locales. Selon nos interlocuteurs, l’ouverture des trois derniers hôtels, prévue courant 2020, ne sera pas retardée mais la partie immobilière résidentielle risque d’être finalisée et fonctionnelle seulement en 2021.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/17-02-2020/Bay0.jpg-oui
Taghazout Bay: Quel sera l’impact des suspensions et démolitions du 15 février ? Taghazout Bay: Quel sera l’impact des suspensions et destructions du 15 février ?

Le 17 février 2020 à 17:16

Modifié le 18 février 2020 à 16:46

L’état d’avancement des travaux de la station balnéaire, démarrés en 1990, sera-t-il impacté par les suspensions et démolitions, effectuées samedi 15 février, sur ordre des caïds d’Aourir et de Taghazout?

Les responsables des sociétés incriminées tétanisés

Joints par Médias24, la plupart des responsables de la Société d’aménagement et de promotion de la station Taghazout Bay (SAPST) ont refusé de répondre à cette question et de faire le point sur le projet.

Ainsi, le dirigeant d’une des 4 sociétés de la SAPST (CDG Développement, Ithmar El Mawarid, Sud Partners, et la SMIT) qui a été sommé de détruire des résidences immobilières nous a déclaré, manifestement très mal à l’aise, qu’il n’était pas autorisé à faire le moindre commentaire.

Après plusieurs tentatives auprès de responsables des sociétés accusées de dépassement ou de construction non autorisée, un membre du consortium a finalement bien voulu répondre en se voulant rassurant et en excluant tout impact important ou report de l’ouverture des hôtels restants.

Les hôtels restants ouvriront dans les délais

"Avant tout, il faut rappeler qu’une partie de la station qui a fait l’actualité le week-end dernier est fonctionnelle avec les ouvertures du golf en 2014, et celles des hôtels Hyatt Place et Sol House en 2015.

"Aujourd’hui, après les décisions de suspendre les travaux ou de détruire certains bâtiments, aucune annonce officielle n’a affirmé que l’ouverture des 3 hôtels en cours de finalisation serait reportée.

"Seul le Fairmont a été accusé de dépassement en construisant un étage supplémentaire non autorisé. Après sa destruction, la remise à niveau ne prendra pas plus de quelques semaines, voire 2 ou 3 mois.

"Sachant que les derniers hôtels en construction sont en cours de finalisation, le Hilton et enfin le deuxième Hyatt en front de mer devraient être inaugurés en été ou au plus tard au dernier trimestre de l'année courante. 

Impact sur le tourisme national

"Au final, ce ne sont pas les chantiers des établissements hôteliers qui vont être retardés mais plutôt le programme immobilier résidentiel car plusieurs dizaines de villas ont été démolies.

"Si impact il y a, ce sera donc au niveau des arrivées du tourisme interne car ces résidences ont toutes été achetées, à l’avance, par des nationaux", explique notre interlocuteur qui préfère rester anonyme.

Un constat confirmé par Fouzi Zemrani, vice-président de la CNT (Confédération nationale du tourisme) qui préfère parler "d’un mal pour un bien".

"Les démolitions et suspensions, un mal pour un bien"

"Selon moi, il faut prendre ces suspensions et démolitions comme une bonne nouvelle car la haute saison pour Taghazout (et Agadir) est censée se situer en hiver et pas en été et parce que la seule destination qui peut vraiment la concurrencer est les îles Canaries.

"Sachant que l’ouverture finale de toute l’offre hôtelière était prévue pour l’été prochain voire à la fin de l’année, cela laisse donc de la marge pour régler les dysfonctionnements et dépassements constatés.

Une ouverture précipitée

"Pour avoir visité la station en 2019, je pense qu’il aurait été préférable de l’ouvrir dans sa totalité une fois achevés tous les chantiers (hôteliers et résidentiels) car pour l’instant, elle n’est vraiment pas sexy.

"En effet, les clients des hôtels ouverts souffrent des nuisances sonores et visuelles sans parler du manque d’animation. Pour résumer, elle vit la même situation que la station de Saïdia dans le passé.

"Idem pour la partie résidentielle qui doit multiplier le nombre de touristes nationaux. Sachant que c’est une station balnéaire de dernière génération, un petit report de quelques mois voire d’une année n’est pas très grave", conclut Zemrani.

Pour rappel, elle a été lancée au début des années 90 dans le cadre du plan Azur qui avait planifié la création de 6 stations balnéaires: Mediterrania Saïdia, Port Lixus, Mogador Essaouira, Taghazout-Argana Bay, Mazagan Beach Resort et enfin Plage blanche-Guelmim.

D’une superficie de 615 hectares, Taghazout Bay, située à 18 kilomètres d’Agadir, aura coûté 10 MMDH à la SAPST qui regroupe 4 investisseurs que sont CDG Développement (45%), Ithmar El Mawarid (25%), Sud Partners à travers Akwa Group (25%) et enfin la Société marocaine d’ingénierie touristique (5%).

Taghazout Bay: Quel sera l’impact des suspensions et destructions du 15 février ?

Taghazout Bay: quel sera l’impact des suspensions et démolitions du 15 février?

Le 17 février 2020 à17:16

Modifié le 18 février 2020 à 16:46

Au surlendemain des suspensions et démolitions de certaines constructions de la station Taghazout Bay, Médias24 a interrogé plusieurs sources fiables sur l’impact de ces décisions des autorités locales. Selon nos interlocuteurs, l’ouverture des trois derniers hôtels, prévue courant 2020, ne sera pas retardée mais la partie immobilière résidentielle risque d’être finalisée et fonctionnelle seulement en 2021.

L’état d’avancement des travaux de la station balnéaire, démarrés en 1990, sera-t-il impacté par les suspensions et démolitions, effectuées samedi 15 février, sur ordre des caïds d’Aourir et de Taghazout?

Les responsables des sociétés incriminées tétanisés

Joints par Médias24, la plupart des responsables de la Société d’aménagement et de promotion de la station Taghazout Bay (SAPST) ont refusé de répondre à cette question et de faire le point sur le projet.

Ainsi, le dirigeant d’une des 4 sociétés de la SAPST (CDG Développement, Ithmar El Mawarid, Sud Partners, et la SMIT) qui a été sommé de détruire des résidences immobilières nous a déclaré, manifestement très mal à l’aise, qu’il n’était pas autorisé à faire le moindre commentaire.

Après plusieurs tentatives auprès de responsables des sociétés accusées de dépassement ou de construction non autorisée, un membre du consortium a finalement bien voulu répondre en se voulant rassurant et en excluant tout impact important ou report de l’ouverture des hôtels restants.

Les hôtels restants ouvriront dans les délais

"Avant tout, il faut rappeler qu’une partie de la station qui a fait l’actualité le week-end dernier est fonctionnelle avec les ouvertures du golf en 2014, et celles des hôtels Hyatt Place et Sol House en 2015.

"Aujourd’hui, après les décisions de suspendre les travaux ou de détruire certains bâtiments, aucune annonce officielle n’a affirmé que l’ouverture des 3 hôtels en cours de finalisation serait reportée.

"Seul le Fairmont a été accusé de dépassement en construisant un étage supplémentaire non autorisé. Après sa destruction, la remise à niveau ne prendra pas plus de quelques semaines, voire 2 ou 3 mois.

"Sachant que les derniers hôtels en construction sont en cours de finalisation, le Hilton et enfin le deuxième Hyatt en front de mer devraient être inaugurés en été ou au plus tard au dernier trimestre de l'année courante. 

Impact sur le tourisme national

"Au final, ce ne sont pas les chantiers des établissements hôteliers qui vont être retardés mais plutôt le programme immobilier résidentiel car plusieurs dizaines de villas ont été démolies.

"Si impact il y a, ce sera donc au niveau des arrivées du tourisme interne car ces résidences ont toutes été achetées, à l’avance, par des nationaux", explique notre interlocuteur qui préfère rester anonyme.

Un constat confirmé par Fouzi Zemrani, vice-président de la CNT (Confédération nationale du tourisme) qui préfère parler "d’un mal pour un bien".

"Les démolitions et suspensions, un mal pour un bien"

"Selon moi, il faut prendre ces suspensions et démolitions comme une bonne nouvelle car la haute saison pour Taghazout (et Agadir) est censée se situer en hiver et pas en été et parce que la seule destination qui peut vraiment la concurrencer est les îles Canaries.

"Sachant que l’ouverture finale de toute l’offre hôtelière était prévue pour l’été prochain voire à la fin de l’année, cela laisse donc de la marge pour régler les dysfonctionnements et dépassements constatés.

Une ouverture précipitée

"Pour avoir visité la station en 2019, je pense qu’il aurait été préférable de l’ouvrir dans sa totalité une fois achevés tous les chantiers (hôteliers et résidentiels) car pour l’instant, elle n’est vraiment pas sexy.

"En effet, les clients des hôtels ouverts souffrent des nuisances sonores et visuelles sans parler du manque d’animation. Pour résumer, elle vit la même situation que la station de Saïdia dans le passé.

"Idem pour la partie résidentielle qui doit multiplier le nombre de touristes nationaux. Sachant que c’est une station balnéaire de dernière génération, un petit report de quelques mois voire d’une année n’est pas très grave", conclut Zemrani.

Pour rappel, elle a été lancée au début des années 90 dans le cadre du plan Azur qui avait planifié la création de 6 stations balnéaires: Mediterrania Saïdia, Port Lixus, Mogador Essaouira, Taghazout-Argana Bay, Mazagan Beach Resort et enfin Plage blanche-Guelmim.

D’une superficie de 615 hectares, Taghazout Bay, située à 18 kilomètres d’Agadir, aura coûté 10 MMDH à la SAPST qui regroupe 4 investisseurs que sont CDG Développement (45%), Ithmar El Mawarid (25%), Sud Partners à travers Akwa Group (25%) et enfin la Société marocaine d’ingénierie touristique (5%).

A lire aussi


Communication financière

Communiqué de presse post Assemblée Générale Ordinaire de la société Aluminium du Maroc, réuni le 29 Juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.