Microcrédit: le report des échéances est accordé aux demandeurs en crise

Les emprunteurs auprès des associations de microcrédit peuvent également bénéficier du report des échéances de leurs crédits. Plus de 900.000 personnes sont concernées avec un encours dépassant les 7 milliards de DH. Des annonces plus détaillées sont attendues incessamment.

Microcrédit: le report des échéances est accordé aux demandeurs en crise

Le 31 mars 2020 à 15h10

Modifié 19 novembre 2021 à 11h44

Les emprunteurs auprès des associations de microcrédit peuvent également bénéficier du report des échéances de leurs crédits. Plus de 900.000 personnes sont concernées avec un encours dépassant les 7 milliards de DH. Des annonces plus détaillées sont attendues incessamment.

Depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, le comité de veille économique (CVE) a multiplié les mesures de soutien en faveur des différents acteurs: les entreprises en difficulté, les salariés et les travailleurs de l’informel.

Parmi ces mesures figure le report des échéances de crédits auprès du secteur bancaire. Une mesure officiellement opérationnelle depuis lundi 30 mars. Se pose alors la question sur le sort des emprunteurs du réseau des associations du mircrocrédit.

Selon les derniers chiffres disponibles sur le site de la Fédération nationale des associations du microcrédit (Fnam) arrêtés à fin juin 2019, le microcrédit compte 908.751 clients actifs avec un encours de 7,21 milliards de DH dont 3,59 milliards de DH de prêts débloqués au premier semestre de 2019. Le microcrédit moyen est de 7.933 DH. 

Cette population est-elle aussi concernée par les mesures de report des échéances ? Médias24 a posé la question à la Fnam.

« Quand il y a des demandes de report, on les satisfait immédiatement », nous répond Ahmed Ghazali, président de la Fnam. Le report est accordé automatiquement aux demandeurs qui ont été touchés par les répercussion de la crise sanitaire.

« Nous sommes dans une logique de proximité avec notre clientèle et nous sommes à l’écoute de leurs besoins, c’est l’ADN même de la microfinance. Mais il va falloir aller plus loin, il nous faut une posture commune au sein de la profession. Nous sommes en train de la maturer », ajoute notre interlocuteur.

En effet, le président de la Fnam nous assure que les membres de la Fédération nationale des associations de microcrédit sont en concertation, depuis quelques jours déjà, entre eux et avec les autorités, pour présenter un dispositif plus global.

« Nous sommes conscients de la nécessité d’être solidaires dans le cadre du processus en cours et des mesures à mettre en place pour aider socialement et économiquement notre pays. Nous allons incessamment avoir de la visibilité sur cette question », conclut notre source qui assure qu’une communication se fera dans les meilleurs délais.

La microfinance touche une population fragile à risque qui ne peut prétendre à des financements auprès du secteur bancaire. De ce fait les associations de la microfinance sont beaucoup plus fragiles économiquement et financièrement. Selon les chiffre de la Fnam, le ratio portefeuille à risque 30 jours s’est établi autour des 4.11% fin juin 2019.

Le dispositif doit donc être réfléchi de telle sorte à soulager les populations impactées par la crise tout en préservant l’équilibre financier et économique des associations de microfinance.

Lire aussi: Ce qu’il faut savoir sur le report des échéances de crédit pour les particuliers

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

TAQA Morocco : Avis de convocation

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.