Grève des étudiants en médecine: le gouvernement améliore son offre

Les ministères de l'Education nationale et de la Santé ont présenté ce mercredi une nouvelle proposition aux étudiants en médecine. La nouvelle offre concerne le concours du résidanat et la 6e année en médecine dentaire.

Le 29 mai 2019 à 16:22

Modifié le 30 mai 2019 à 14:08

Nouvelle tentative du gouvernement pour absorber la tension dans les facultés de médecine générale, dentaire et de pharmacie et sauver l'année universitaire.

A la veille d'une marche nationale annoncée pour le jeudi 30 mai par les étudiants en médecine, les ministères de l'Education nationale et de la Santé ont présenté une nouvelle proposition, ce mercredi 29 mai, lors d'une conférence de presse. 

La nouvelle offre concerne deux points: l'ouverture du concours du résidanat aux étudiants des facultés privées et l'ajout récent d'une 6e année en médecine dentaire. "Les seuls points restants du dernier projet d'accord proposé par les deux départements", soulignent les deux ministres qui disent "avoir répondu à 90% du dossier revendicatif des étudiants".

S'attachant à la légitimité de l'ouverture du concours du résidanat à "tous les titulaires d'un doctorat en médecine", le département de l'Enseignement supérieur s'engage à revoir le coefficient des épreuves de titre (moyenne des 5 ans d'études et de l'examen clinique de 7e année)". L'objectif est de garantir l'égalité des chances entre les étudiants du public et du privé (souvent réputés bénéficier de notes exagérées). Les étudiants, eux, s'opposent carrément à l'intégration des étudiants du privé dans les examens du résidanat organisés par les facultés publiques.

De son côté, le ministère de la Santé promet l'augmentation des postes budgétaires pour les résidents et l'ouverture, à court terme, de CHU dans chaque région du Royaume. "Le nombre de postes dédiés aux résidents contractuels est passé de 197 en 2017, à 521 en 2018 et 700 postes en 2019", a souligné le ministre Anass Doukkali.

Pour ce qui est de la 6e année en médecine dentaire récemment ajoutée au cursus, que les étudiants rejettent, le ministère justifie cette mesure par l'alignement sur les modèles internationaux et les obstacles rencontrés par les lauréats de l'ancien modèle, dans la recherche de stages dans les cabinets.

Une convention sera ainsi signée par les Facultés de médecine dentaire et l'Ordre national des médecins dentistes pour faciliter l'accès des étudiants aux cliniques dentaires, a annoncé à cette occasion, le ministre de l'Education nationale, Saaid Amzazi.

Les étudiants devront ainsi effectuer, durant la 6e année, des stages de 6 mois dans le Centre de consultations et de traitements dentaires (CCTD) et 6 mois dans des cliniques privées. 

Les deux départements de tutelle s'engagent, par ailleurs, à assurer les équipements nécessaires et rappellent, à cet effet, l'ouverture du centre pilote de soins dentaires à Rabat. 

Actuellement, la première promotion du nouveau modèle (6 ans) est attendue dans deux ans. Le temps, selon les deux ministères, d'approfondir les discussions à ce sujet.

Les ministères regrettent un manque de communication

Depuis février dernier, 5 réunions ont été tenues avec les représentants des étudiants en médecine. Les ministères regrettent à cet effet, un "manque de communication sur leur offre au niveau des assemblées générales des représentants des étudiants".

Les ministères tiennent, par ailleurs, au maintien des examens, prévus du 10 au 24 juin, en assurant toutes les conditions de flexibilité et de décalage entre les épreuves.

Rappelons que lors de sa dernière sortie au Parlement, le ministre de l'Education nationale a tenu à tempérer ses propos: "Il ne s'agit pas d'une menace, mais un appel aux étudiants que j'exhorte à regagner les classes".

Grève des étudiants en médecine: le gouvernement améliore son offre

Le 29 mai 2019 à16:57

Modifié le 30 mai 2019 à 14:08

Les ministères de l'Education nationale et de la Santé ont présenté ce mercredi une nouvelle proposition aux étudiants en médecine. La nouvelle offre concerne le concours du résidanat et la 6e année en médecine dentaire.

Nouvelle tentative du gouvernement pour absorber la tension dans les facultés de médecine générale, dentaire et de pharmacie et sauver l'année universitaire.

A la veille d'une marche nationale annoncée pour le jeudi 30 mai par les étudiants en médecine, les ministères de l'Education nationale et de la Santé ont présenté une nouvelle proposition, ce mercredi 29 mai, lors d'une conférence de presse. 

La nouvelle offre concerne deux points: l'ouverture du concours du résidanat aux étudiants des facultés privées et l'ajout récent d'une 6e année en médecine dentaire. "Les seuls points restants du dernier projet d'accord proposé par les deux départements", soulignent les deux ministres qui disent "avoir répondu à 90% du dossier revendicatif des étudiants".

S'attachant à la légitimité de l'ouverture du concours du résidanat à "tous les titulaires d'un doctorat en médecine", le département de l'Enseignement supérieur s'engage à revoir le coefficient des épreuves de titre (moyenne des 5 ans d'études et de l'examen clinique de 7e année)". L'objectif est de garantir l'égalité des chances entre les étudiants du public et du privé (souvent réputés bénéficier de notes exagérées). Les étudiants, eux, s'opposent carrément à l'intégration des étudiants du privé dans les examens du résidanat organisés par les facultés publiques.

De son côté, le ministère de la Santé promet l'augmentation des postes budgétaires pour les résidents et l'ouverture, à court terme, de CHU dans chaque région du Royaume. "Le nombre de postes dédiés aux résidents contractuels est passé de 197 en 2017, à 521 en 2018 et 700 postes en 2019", a souligné le ministre Anass Doukkali.

Pour ce qui est de la 6e année en médecine dentaire récemment ajoutée au cursus, que les étudiants rejettent, le ministère justifie cette mesure par l'alignement sur les modèles internationaux et les obstacles rencontrés par les lauréats de l'ancien modèle, dans la recherche de stages dans les cabinets.

Une convention sera ainsi signée par les Facultés de médecine dentaire et l'Ordre national des médecins dentistes pour faciliter l'accès des étudiants aux cliniques dentaires, a annoncé à cette occasion, le ministre de l'Education nationale, Saaid Amzazi.

Les étudiants devront ainsi effectuer, durant la 6e année, des stages de 6 mois dans le Centre de consultations et de traitements dentaires (CCTD) et 6 mois dans des cliniques privées. 

Les deux départements de tutelle s'engagent, par ailleurs, à assurer les équipements nécessaires et rappellent, à cet effet, l'ouverture du centre pilote de soins dentaires à Rabat. 

Actuellement, la première promotion du nouveau modèle (6 ans) est attendue dans deux ans. Le temps, selon les deux ministères, d'approfondir les discussions à ce sujet.

Les ministères regrettent un manque de communication

Depuis février dernier, 5 réunions ont été tenues avec les représentants des étudiants en médecine. Les ministères regrettent à cet effet, un "manque de communication sur leur offre au niveau des assemblées générales des représentants des étudiants".

Les ministères tiennent, par ailleurs, au maintien des examens, prévus du 10 au 24 juin, en assurant toutes les conditions de flexibilité et de décalage entre les épreuves.

Rappelons que lors de sa dernière sortie au Parlement, le ministre de l'Education nationale a tenu à tempérer ses propos: "Il ne s'agit pas d'une menace, mais un appel aux étudiants que j'exhorte à regagner les classes".

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.