Les créanciers de la Samir s'opposent à la cession en lots

Première sortie médiatique des créanciers la Samir. Ils s'opposent à la cession en lots et réclament l'examen urgent des offres de rachats. Création d'un comité des créanciers pour ouvrir les négociations avec les autorités publiques.

Les créanciers de la Samir s'opposent à la cession en lots

Le 04 avril 2019 à 13:53

Modifié le 04 avril 2019 à 13:10

Une première. Les créanciers de la Samir ont publié, ce jeudi 4 avril, un communiqué où ils livrent leur position commune sur le dossier Samir. Cette sortie médiatique survient le lendemain d’une réunion tenue le 3 avril à Mohammedia, et ce dans le cadre des travaux d'une assemblée où ils sont regroupés depuis novembre 2018.

Dans leur communiqué, les créanciers rebondissent sur une actualité chaude: le 19 mars dernier, le syndic Abdelkbir Safadi avait initié une demande pour la cession en lots des actifs de la Samir à travers la vente de ses participations dans des filiales. Les salariés avaient fait part de leur inquiétude. Et leur représentant a formulé un refus formel devant le juge-commissaire chargé de la liquidation. C'est au tour des créanciers d'opposer leur veto à cette demande qui est actuellement à l'étude au tribunal de commerce de Casablanca.

Si elle est validée, cette cession (en lots) «entraînera la diminution de la valeur des offres [d'acquisition] et dissuadera des candidats au rachat", alerte les rédacteurs du communiqué. La démarche du syndic « portera préjudice aux créanciers et aux salariés », tranchent-t-ils.

En outre, les créanciers appellent le syndic et le juge-commissaire à « statuer en urgence » sur les offres de rachat actuellement sur la table, a fortiori celles qui « ne sont pas conditionnées » et en attente « de l’approbation de principe du tribunal ».

De même, le syndic est invité à « veiller à la protection des actifs matériels et humains de la société », aujourd’hui menacés de dépérissement. Cela passe par la prolongation du délai de continuité de l'activité, qui expirera le 21 avril 2019. Il est demandé à M. Safadi de requérir cette prolongation auprès du tribunal.

Par ailleurs, l’assemblée des créanciers annonce la création d’un comité en vue de communiquer et ouvrir le dialogue avec les autorités, l’objectif étant de « lever les difficultés » que connait le processus de cession, bloqué depuis son lancement il y a plus de deux ans.

Les créanciers semblent vouloir s'impliquer plus directement dans le dossier. Une nouvelle réunion est prévue le 2 mai 2019 pour en examiner "les évolutions" et prendre les mesures nécessaires pour "protéger les droits des salariés et les intérêts des créanciers", conclut le communiqué.

Communiqué daté 3 avril 2019. Les créanciers de la Samir annoncent leur opposition à la cession en lots des actifs du raffineur.

Tags : La Samir

Les créanciers de la Samir s'opposent à la cession en lots

Le 04 avril 2019 à14:02

Modifié le 04 avril 2019 à 13:10

Première sortie médiatique des créanciers la Samir. Ils s'opposent à la cession en lots et réclament l'examen urgent des offres de rachats. Création d'un comité des créanciers pour ouvrir les négociations avec les autorités publiques.

Une première. Les créanciers de la Samir ont publié, ce jeudi 4 avril, un communiqué où ils livrent leur position commune sur le dossier Samir. Cette sortie médiatique survient le lendemain d’une réunion tenue le 3 avril à Mohammedia, et ce dans le cadre des travaux d'une assemblée où ils sont regroupés depuis novembre 2018.

Dans leur communiqué, les créanciers rebondissent sur une actualité chaude: le 19 mars dernier, le syndic Abdelkbir Safadi avait initié une demande pour la cession en lots des actifs de la Samir à travers la vente de ses participations dans des filiales. Les salariés avaient fait part de leur inquiétude. Et leur représentant a formulé un refus formel devant le juge-commissaire chargé de la liquidation. C'est au tour des créanciers d'opposer leur veto à cette demande qui est actuellement à l'étude au tribunal de commerce de Casablanca.

Si elle est validée, cette cession (en lots) «entraînera la diminution de la valeur des offres [d'acquisition] et dissuadera des candidats au rachat", alerte les rédacteurs du communiqué. La démarche du syndic « portera préjudice aux créanciers et aux salariés », tranchent-t-ils.

En outre, les créanciers appellent le syndic et le juge-commissaire à « statuer en urgence » sur les offres de rachat actuellement sur la table, a fortiori celles qui « ne sont pas conditionnées » et en attente « de l’approbation de principe du tribunal ».

De même, le syndic est invité à « veiller à la protection des actifs matériels et humains de la société », aujourd’hui menacés de dépérissement. Cela passe par la prolongation du délai de continuité de l'activité, qui expirera le 21 avril 2019. Il est demandé à M. Safadi de requérir cette prolongation auprès du tribunal.

Par ailleurs, l’assemblée des créanciers annonce la création d’un comité en vue de communiquer et ouvrir le dialogue avec les autorités, l’objectif étant de « lever les difficultés » que connait le processus de cession, bloqué depuis son lancement il y a plus de deux ans.

Les créanciers semblent vouloir s'impliquer plus directement dans le dossier. Une nouvelle réunion est prévue le 2 mai 2019 pour en examiner "les évolutions" et prendre les mesures nécessaires pour "protéger les droits des salariés et les intérêts des créanciers", conclut le communiqué.

Communiqué daté 3 avril 2019. Les créanciers de la Samir annoncent leur opposition à la cession en lots des actifs du raffineur.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.