Coronavirus: voici le détail du plan de riposte marocain

Le Maroc a relevé son degré de vigilance pour se préparer à toute éventualité d'importation de la version 2019 du coronavirus sur le sol national. Voici le détail du plan national de veille et de riposte mis en place par le ministère de la Santé.

Coronavirus : Voici le détail du plan de riposte marocain Mohamed Loudiyi, Directeur de de l’Épidémiologie et de Lutte contre les Maladies lors d'un point de presse sur le Covid-19.

Le 02 mars 2020 à 19:38

Modifié le 03 mars 2020 à 22:44

Le coronavirus est aux portes du Maroc mais il n'y a pour l'heure aucun cas confirmé sur le sol national. Les données communiquées par le ministère de la Santé de façon continue avancent qu'au 2 mars, 27 cas possibles ont été détectés mais exclus après analyses en laboratoires.

(MISE A JOUR: Lundi 2 mars dans la soirée, le ministère de la Santé a annoncé le premier cas avéré de coronavirus. Un jeune Marocain de 39 ans qui s'est rendu à la ville de Bergamo en Italie et qui est rentré au Maroc par avion le 27 février.)

Le degré de vigilance est élevé car le risque d'importation du virus l'est également du fait que plusieurs pays proches du Maroc, comme l'Espagne, la France et l'Italie, ont été contaminés. 

Dimanche 1er mars, le comité national de pilotage créé depuis la déclaration du COVID-19 a annoncé que des mesures supplémentaires seraient prises éventuellement. Ces mesures portent notamment sur "le report des manifestations sportives et culturelles programmées dans notre pays, l’annulation des rassemblements de masse et la gestion des voyages vers et en provenance des pays qui connaissent une propagation communautaire".

C'est dire que la menace est prise avec le plus grand sérieux. Sur le papier et à la lecture du plan national de veille et riposte à l'infection au Covid-19, le Maroc semble être paré à tous les risques.

Médias24 fait une lecture de ce document qui explique la façon avec laquelle le Maroc compte combattre sur son sol cette épidémie qui touche 65 pays, avec 88.930 cas confirmés et plus de 3.000 morts dans le monde en deux mois (données OMS, 02/03/2020).

Le document relatif au plan national de veille et de riposte détaille justement les informations à connaître et la démarche à suivre en fonction des cas qui se présentent. Ce plan vise à : 

- prévenir l’introduction sur le territoire national du Covid-19;

- détecter précocement les cas et contenir la propagation ;

- organiser une réponse nationale adaptée du système de santé ;

- renforcer les mesures de prévention et de contrôle de l’infection en milieu de soins.

Que veut dire un cas possible?

Comme expliqué plus haut, le Maroc déclare avoir détecté 27 cas possibles qui se sont avérés négatifs après analyses. 

Que veut-on dire par un "cas possible" ? Il s'agit de toute personne présentant une infection respiratoire aiguë (IRA) avec fièvre et toux, et ayant voyagé ou séjourné dans une zone de transmission interhumaine du virus dans les 14 jours précédant l'apparition des symptômes.

Un "cas possible", c'est également toute personne présentant une infection respiratoire aiguë avec fièvre et toux dans les 14 jours suivant un contact physique étroit avec un cas confirmé d’infection par le Covid-19 ou toute personne ayant travaillé ou ayant séjourné dans un hôpital dans lequel un cas d’infection au Covid-19 a été confirmé.

Un "cas possible" est suspect. Il ne devient un "cas confirmé" qu'après réalisation d'analyses par des techniques de biologie moléculaire, au niveau d’un laboratoire agréé par le ministère de la Santé qui indiquent la présence du Covid-19.

Le plan de veille et de riposte précise par ailleurs que "toute survenue de cas groupés d'infections respiratoires aiguës graves hospitalisées, avec ou sans notion de voyage ou résidence en zone géographique à risque, doit être signalée et investiguée, en particulier chez le personnel soignant". 

Détection, signalement et prise en charge des cas

Le Maroc a établi deux procédures à suivre. La première détaille la démarche à suivre au niveau des ports et aéroports et la seconde s’attarde quant à elle sur la conduite à tenir face à un cas possible de Covid-19.

Dans les deux procédures, l’information est primordiale. Un circuit de partage de l’information avec les services sanitaires concernés est mis en place avec des fiches détaillées à remplir.

"Devant tout "cas possible", le professionnel de santé signale le cas immédiatement par téléphone à la délégation du ministère de la Santé concernée. Tout cas possible doit faire l’objet d’une notification immédiate par téléphone par la délégation à la Direction Régionale de la Santé (DRS) et à la Direction de l’Épidémiologie et de Lutte contre les Maladies (DELM), est-il expliqué dans le plan de veille et de riposte.

Le plan de surveillance et de riposte exige des services sanitaires de faire un suivi des personnes ayant été en contact direct avec le cas possible afin de prévenir une éventuelle propagation du virus. Une fiche doit reprendre l’identité et les coordonnées de ces personnes qui feront l’objet d’un suivi qui consistera « en une recherche de fièvre et/ou de signes respiratoires. Le suivi sera assuré quotidiennement jusqu’au 14ème jour suivant le dernier contact. Tout contact ayant développé une fièvre et/ou une symptomatologie respiratoire devient un cas possible et fera l’objet d’une déclaration et d’une investigation, selon les mêmes procédures », est-il expliqué.

De façon globale, le dispositif de prise en charge et de contrôle de l’infection comprend :

- Prise en charge des cas : Tout cas possible doit être isolé et doit porter un masque chirurgical. La prise en charge d’un cas possible ou confirmé doit se faire dans une chambre d’isolement en milieu hospitalier. Les cas graves doivent être placés en unité de soins intensifs ou en réanimation en respectant les conditions d’isolement. Le cas doit être immédiatement signalé par téléphone à la Délégation du Ministère de la Santé. Une fois le patient est classé possible, un prélèvement doit être réalisé dans les brefs délais.

- Confirmation du diagnostic : La confirmation biologique est obligatoire chez tout patient répondant à la définition du cas. Là encore la procédure est précise que ce soit au niveau du prélèvement à effectuer et son acheminement aux laboratoires d’analyse. Seuls l’Institut National d’Hygiène, l’Institut Pasteur du Maroc à Casablanca et les laboratoires des services de santé militaire et ceux de la gendarmerie royale sont habilités à effectuer les analyses pour confirmer ou non la présence de Covid-19.

- Transport sécurisé des cas possibles : Tout transfert de patient doit se faire en coordination avec le Délégué du Ministère de la Santé de la Province / Préfecture en respectant les mesures de sécurité et en avisant la structure hospitalière d’accueil. Une procédure détaillée est mise en place qui va de la protection de l’équipe à l’attitude à adopter par le chauffeur en passant par la décontamination du véhicule. A l’arrivée à l’hôpital, le patient doit emprunter un circuit spécial prédéfini afin d’éviter tout contact avec les usagers de l’hôpital.

D'autres mesures, plus techniques et à l'adresse des professionnels de la santé, sont également mises en place. 

Voici la procédure mise en place pour prévenir l’importation du virus

Voici la procédure mise en place pour la prise en charge des « cas possibles »

 

Lire aussi : 

>> LE MINISTERE DE LA SANTE FAIT LE POINT

>> OMS: LE MAROC DISPOSE DES MOYENS POUR FAIRE FACE AU CORONAVIRUS

>> LE RISQUE QUE LE CORONAVIRUS SOIT IMPORTE AU MAROC EST ELEVE (OFFICIEL)

>> L'EPIDEMIE SE RAPPROCHE DU MAROC

>> LES MESURES DE PRECAUTION A PRENDRE

>>TOURISME: LES OPERATEURS MAROCAINS S'ATTENDENT AU PIRE

Mohamed Loudiyi, Directeur de de l’Épidémiologie et de Lutte contre les Maladies lors d'un point de presse sur le Covid-19.

Coronavirus: voici le détail du plan de riposte marocain

Le 02 mars 2020 à20:46

Modifié le 03 mars 2020 à 22:44

Le Maroc a relevé son degré de vigilance pour se préparer à toute éventualité d'importation de la version 2019 du coronavirus sur le sol national. Voici le détail du plan national de veille et de riposte mis en place par le ministère de la Santé.

Le coronavirus est aux portes du Maroc mais il n'y a pour l'heure aucun cas confirmé sur le sol national. Les données communiquées par le ministère de la Santé de façon continue avancent qu'au 2 mars, 27 cas possibles ont été détectés mais exclus après analyses en laboratoires.

(MISE A JOUR: Lundi 2 mars dans la soirée, le ministère de la Santé a annoncé le premier cas avéré de coronavirus. Un jeune Marocain de 39 ans qui s'est rendu à la ville de Bergamo en Italie et qui est rentré au Maroc par avion le 27 février.)

Le degré de vigilance est élevé car le risque d'importation du virus l'est également du fait que plusieurs pays proches du Maroc, comme l'Espagne, la France et l'Italie, ont été contaminés. 

Dimanche 1er mars, le comité national de pilotage créé depuis la déclaration du COVID-19 a annoncé que des mesures supplémentaires seraient prises éventuellement. Ces mesures portent notamment sur "le report des manifestations sportives et culturelles programmées dans notre pays, l’annulation des rassemblements de masse et la gestion des voyages vers et en provenance des pays qui connaissent une propagation communautaire".

C'est dire que la menace est prise avec le plus grand sérieux. Sur le papier et à la lecture du plan national de veille et riposte à l'infection au Covid-19, le Maroc semble être paré à tous les risques.

Médias24 fait une lecture de ce document qui explique la façon avec laquelle le Maroc compte combattre sur son sol cette épidémie qui touche 65 pays, avec 88.930 cas confirmés et plus de 3.000 morts dans le monde en deux mois (données OMS, 02/03/2020).

Le document relatif au plan national de veille et de riposte détaille justement les informations à connaître et la démarche à suivre en fonction des cas qui se présentent. Ce plan vise à : 

- prévenir l’introduction sur le territoire national du Covid-19;

- détecter précocement les cas et contenir la propagation ;

- organiser une réponse nationale adaptée du système de santé ;

- renforcer les mesures de prévention et de contrôle de l’infection en milieu de soins.

Que veut dire un cas possible?

Comme expliqué plus haut, le Maroc déclare avoir détecté 27 cas possibles qui se sont avérés négatifs après analyses. 

Que veut-on dire par un "cas possible" ? Il s'agit de toute personne présentant une infection respiratoire aiguë (IRA) avec fièvre et toux, et ayant voyagé ou séjourné dans une zone de transmission interhumaine du virus dans les 14 jours précédant l'apparition des symptômes.

Un "cas possible", c'est également toute personne présentant une infection respiratoire aiguë avec fièvre et toux dans les 14 jours suivant un contact physique étroit avec un cas confirmé d’infection par le Covid-19 ou toute personne ayant travaillé ou ayant séjourné dans un hôpital dans lequel un cas d’infection au Covid-19 a été confirmé.

Un "cas possible" est suspect. Il ne devient un "cas confirmé" qu'après réalisation d'analyses par des techniques de biologie moléculaire, au niveau d’un laboratoire agréé par le ministère de la Santé qui indiquent la présence du Covid-19.

Le plan de veille et de riposte précise par ailleurs que "toute survenue de cas groupés d'infections respiratoires aiguës graves hospitalisées, avec ou sans notion de voyage ou résidence en zone géographique à risque, doit être signalée et investiguée, en particulier chez le personnel soignant". 

Détection, signalement et prise en charge des cas

Le Maroc a établi deux procédures à suivre. La première détaille la démarche à suivre au niveau des ports et aéroports et la seconde s’attarde quant à elle sur la conduite à tenir face à un cas possible de Covid-19.

Dans les deux procédures, l’information est primordiale. Un circuit de partage de l’information avec les services sanitaires concernés est mis en place avec des fiches détaillées à remplir.

"Devant tout "cas possible", le professionnel de santé signale le cas immédiatement par téléphone à la délégation du ministère de la Santé concernée. Tout cas possible doit faire l’objet d’une notification immédiate par téléphone par la délégation à la Direction Régionale de la Santé (DRS) et à la Direction de l’Épidémiologie et de Lutte contre les Maladies (DELM), est-il expliqué dans le plan de veille et de riposte.

Le plan de surveillance et de riposte exige des services sanitaires de faire un suivi des personnes ayant été en contact direct avec le cas possible afin de prévenir une éventuelle propagation du virus. Une fiche doit reprendre l’identité et les coordonnées de ces personnes qui feront l’objet d’un suivi qui consistera « en une recherche de fièvre et/ou de signes respiratoires. Le suivi sera assuré quotidiennement jusqu’au 14ème jour suivant le dernier contact. Tout contact ayant développé une fièvre et/ou une symptomatologie respiratoire devient un cas possible et fera l’objet d’une déclaration et d’une investigation, selon les mêmes procédures », est-il expliqué.

De façon globale, le dispositif de prise en charge et de contrôle de l’infection comprend :

- Prise en charge des cas : Tout cas possible doit être isolé et doit porter un masque chirurgical. La prise en charge d’un cas possible ou confirmé doit se faire dans une chambre d’isolement en milieu hospitalier. Les cas graves doivent être placés en unité de soins intensifs ou en réanimation en respectant les conditions d’isolement. Le cas doit être immédiatement signalé par téléphone à la Délégation du Ministère de la Santé. Une fois le patient est classé possible, un prélèvement doit être réalisé dans les brefs délais.

- Confirmation du diagnostic : La confirmation biologique est obligatoire chez tout patient répondant à la définition du cas. Là encore la procédure est précise que ce soit au niveau du prélèvement à effectuer et son acheminement aux laboratoires d’analyse. Seuls l’Institut National d’Hygiène, l’Institut Pasteur du Maroc à Casablanca et les laboratoires des services de santé militaire et ceux de la gendarmerie royale sont habilités à effectuer les analyses pour confirmer ou non la présence de Covid-19.

- Transport sécurisé des cas possibles : Tout transfert de patient doit se faire en coordination avec le Délégué du Ministère de la Santé de la Province / Préfecture en respectant les mesures de sécurité et en avisant la structure hospitalière d’accueil. Une procédure détaillée est mise en place qui va de la protection de l’équipe à l’attitude à adopter par le chauffeur en passant par la décontamination du véhicule. A l’arrivée à l’hôpital, le patient doit emprunter un circuit spécial prédéfini afin d’éviter tout contact avec les usagers de l’hôpital.

D'autres mesures, plus techniques et à l'adresse des professionnels de la santé, sont également mises en place. 

Voici la procédure mise en place pour prévenir l’importation du virus

Voici la procédure mise en place pour la prise en charge des « cas possibles »

 

Lire aussi : 

>> LE MINISTERE DE LA SANTE FAIT LE POINT

>> OMS: LE MAROC DISPOSE DES MOYENS POUR FAIRE FACE AU CORONAVIRUS

>> LE RISQUE QUE LE CORONAVIRUS SOIT IMPORTE AU MAROC EST ELEVE (OFFICIEL)

>> L'EPIDEMIE SE RAPPROCHE DU MAROC

>> LES MESURES DE PRECAUTION A PRENDRE

>>TOURISME: LES OPERATEURS MAROCAINS S'ATTENDENT AU PIRE

A lire aussi


Communication financière

Titre : Avis rectificatif de la convocation AGOA d'Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.